AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.88/5 (sur 691 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1973
Biographie :

Sophie Van der Linden est une romancière et critique.

Son travail critique se spécialise dans la littérature pour la jeunesse, depuis la publication de son premier ouvrage critique en 2000 "Claude Ponti", éditions Être, Prix de la critique en littérature pour la jeunesse. Sophie Van der Linden a depuis publié d'autres ouvrages critiques dédiés à l'illustration pour la jeunesse, parmi lesquels les livres de références "Lire l'album" (L'Atelier du Poisson Soluble, 2006) et "Album[s]", (Actes Sud - De Facto). Elle est également l'éditrice de guides sur la littérature pour la jeunesse publiés par Gallimard Jeunesse "Je cherche un livre pour un enfant".

Depuis 2013, elle publie également des romans en littérature générale, d'abord aux éditions Buchet-Chastel puis chez Gallimard (Collection Sygne). Son premier roman, "La Fabrique du monde", a été publié en août 2013 (Folio, 2014), sélectionné pour le Prix du premier roman et pour le Prix des libraires, il a reçu les prix Palissy, Livre Pourpre, Jeunes Mousquetaires, La Passerelle, Lilly in the Vallée et L'esprit Large.


+ Voir plus
Source : http://www.svdl.fr/svdl/index.php?pages/A-propos-de-Sophie-Van-der-Linden
Ajouter des informations
Bibliographie de Sophie Van der Linden   (18)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Jeunesses - Ponti, Pomme et les poussins Rencontre exceptionnelle avec l'auteur-illustrateur Claude Ponti et l'une de ses plus fameuses lectrices, la chanteur Pomme. En présence de Claude Ponti (A l'aide Blaise !, Ecole des Loisirs) et de Pomme. Une rencontre animée par Sophie van der Linden. Notre site internet : https://www.festivaldulivredeparis.fr/

Podcasts (1)


Citations et extraits (162) Voir plus Ajouter une citation
Je n'ai pas été au bout de ma douleur car je sais qu'elle est sans fin. Pourtant, je dois garder ma fierté. Alors, j'ai repoussé ma colère au fond de mon ventre, je l'ai ratatinée jusqu'à en faire un petit paquet de rien. Et je l'ai laissée là, en me jurant de ne jamais l'oublier. Et de revenir la chercher s'il le fallait.
Commenter  J’apprécie          373
Et je me vois là, dans tout ça. Une petite Chinoise de dix-sept ans, une paysanne, partie à l'usine parce que son grand frère entrait à l'université. Quantité des plus négligeables, petite abeille laborieuse prise au piège de sa ruche. Enfermée là pour une éternité.
(p. 37)
Commenter  J’apprécie          240
Une petite fille, vive comme une fusée d'artifice, tache carmin frottée sur papier aquarellé d'un geste sûr, cingla Henri de toute la fraîcheur du déplacement de l'air marin, lui coupant la route aux pieds, pour remonter vers les habitations.
Commenter  J’apprécie          240
Avec la liberté du rêve et la force de ma volonté, toutes les vies sont à ma portée.
Commenter  J’apprécie          250
"Les oiseaux alors s'envolent,
Comme mille flammes folles,
Puis, formant un anneau de feu,
Ils s'éloignent dans les cieux.
L'oiseau...."..
Commenter  J’apprécie          240
Onze heures du soir, collation de nuit. On est tous comme des morts-vivants. Même pas le courage de parler de Lin. Et arrivent ces interminables heures nocturnes. Ce ne sont d'ailleurs plus des heures ni des minutes, c'est un temps arrêté, mou, de souffrance, dans lequel on s'englue. Dix fois, cent fois, écarquiller les yeux pour chasser le flou, battre des paupières et, sans être vue, arrêter un instant pour se frotter les yeux, les tempes, retrouver un semblant de lucidité. Les néons clignotent. Par moments, je crains de devenir aveugle avant le jour. Les machines continuent de vrombir avec régularité, mais c'est le seul bruit discernable, plus de cris des contremaîtres, plus d'ordres lancés à tue-tête, plus de haut-parleurs, il y a comme un silence, en dépit du bruit sourd des moteurs. J'ai atrocement mal à la nuque. Les points douloureux sont de plus en plus précis. Je change de position, sans cesse, tente de me redresser mais ne tiens pas. Je m'empêche constamment de tout faire valser, de fondre en larmes comme un enfant qui croit encore que pleurer de rage changera les choses, pourra les arrêter. Je souffle, je souffle, tenir. La fatigue, commence à me submerger, la douleur devient si aiguë qu'elle en est insupportable... Mais c'est le chant du premier oiseau du matin. S'accrocher, se réveiller, se secouer. Le tas de tissus de la découpe a considérablement diminué. On est en train de coudre nos dernières pièces, les dernières, toutes dernières...
Commenter  J’apprécie          210
Levant les yeux vers les frondaisons, Henri regarda au travers d'elles le ciel qui s'éclaircissait encore. Peu à peu, sous l'influence conjuguée de la clarté progressive et de sa concentration, le ciel lui apparut au premier plan. Le fond était désormais devenu figure. C'est le même paysage que je regarde, et pourtant, il m'apparaît tout autre. Je voyais des arbres, et je vois maintenant une surface blanche qui perce sur un fond noir tortueux. Ce ne sont plus des frondaisons qui se détachent du ciel, mais plutôt le ciel qui ménage ses percées. Le dessin des formes se fait par le vide. Voilà comment je dois graver : non plus en me concentrant sur la trace en creux du noir, celui du trait, du dessin, mais en dégageant l'espace autour de ce blanc perçant du fond. C'est le vide que je dois désormais traiter comme une figure. p 108-109
Commenter  J’apprécie          190
En permettant aux enfants l’accès à des livres rugueux ou un peu effrayants, on leur autorise une prise de distance avec ce qui les angoisse et pour lequel ils n’ont pas de filtres : des bribes de journaux télévisés, des informations à la radio, des conversations d’adultes, autant d’occasions d’entendre parler de la mort, de la violence, de ce qui est triste. De tels livres s’attachent à déplacer l’objet de la peur par le recours à une esthétique marquée, dans un registre symbolique ou merveilleux, cela pour lui ajouter une perspective.
Commenter  J’apprécie          172
Mes larmes reviennent, chaudes, acides, quand je prends conscience une nouvelle fois que je ne pourrai pas rentrer chez moi pour le jour de l'an.
Mes joues sont irritées.
Je n'aurai pas assez d'argent pour faire le voyage, pas assez pour acheter les cadeaux à la famille. L'an passé j'étais malade, et maintenant je ne pourrai pas.
Si je ne les revois que l'an prochain, cela fera trois ans.
Que vais-je leur dire ? Que vais-je bien pouvoir leur dire ?
Commenter  J’apprécie          170
Si ça continue, je vais faire comme Yuan qui, un jour, a glissé en douce un mot dans la poche d'un pantalon pour hommes, en pensant que le prince charmant qui le porterait trouverait le message et hop, sauterait dans le premier avion pour venir la sauver. Est-ce qu'il leur arrive de penser à nous?
Commenter  J’apprécie          170

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Sophie Van der Linden (817)Voir plus

Quiz Voir plus

BOULE DE SUIF et l'hypocrisie des autres

Qui est l'auteur de cette nouvelle?

Honoré de Balzac
Victor Hugo
Guy de Maupassant
Gustave Flaubert

26 questions
1238 lecteurs ont répondu
Thème : Boule de suif de Guy de MaupassantCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..