AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.05/5 (sur 161 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Stacy Willingham est une auteure américaine. Elle a travaillé comme rédactrice et stratège de marque pour diverses agences de marketing avant de décider d'écrire de la fiction à plein temps.
Elle a obtenu son baccalauréat en journalisme de presse écrite à l'Université de Géorgie et sa maîtrise en écriture du Savannah College of Art & Design. Elle vit actuellement à Charleston (en Caroline du Sud avec Britt son mari, et leur labrador Mako.

Ajouter des informations
Bibliographie de Stacy Willingham   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
C’est un désir ardent de se sentir vivant, car il est impossible de se sentir autrement que vivant quand nous nous retrouvons en sa présence. Alors le monde se couvre d’une ombre brumeuse, et l’existence même du danger est la seule preuve dont nous avons besoin pour en être convaincu : nous sommes vivants. Nous respirons.
Commenter  J’apprécie          50
Dans mon cas, le concept de peur s'est abattu sur moi avec une force telle que mon corps d'adolescente n'en avait jamais fait l'expérience. Une force tellement étouffante que cela devenait douloureux de respirer. Et c'est à ce moment précis, au moment de cette chute, que j'ai compris que les monstres ne se cachent pas dans les bois ; ce ne sont pas des ombres dans les arbres ou des choses invisibles tapies dans les recoins sombres. Non, les vrais monstres vivent au grand jour...Et il y avait un monstre, en particulier, que j'ai appris à craindre par-dessus tout.
Commenter  J’apprécie          40
L’apprentissage de la peur devrait être une lente évolution, une progression par étapes qui commencerait avec le père Noël de la galerie commerciale du coin pour passer au croquemitaine sous le lit. Du film interdit aux moins de seize ans qu’une baby-sitter vous laisse regarder, à l’inconnu derrière les vitres teintées d’une voiture tournant au ralenti qui laisse son regard couler sur vous une seconde de trop alors que vous marchez sur le trottoir à la nuit tombante. À mesure que vous le voyez se rapprocher dans votre vision périphérique, vous sentez votre rythme cardiaque s’affoler dans votre poitrine, dans votre nuque et jusqu’à l’arrière de vos orbites. C’est un apprentissage, une progression constante d’une menace perçue à une autre, chaque chose suivante étant raisonnablement plus dangereuse que la précédente.
Commenter  J’apprécie          30
Stacy Willingham
Et il y avait un monstre, en particulier, que j’ai appris à craindre par-dessus tout.
Commenter  J’apprécie          40
Je ne suis pas devenue psychologue pour tirer avantage de cette faille, pour éviter de traiter avec les dealers du centre-ville au profit de la sécurité de la vitre coulissante d’un drive et pour remplacer un petit sachet en plastique par un sac en papier avec le logo de la pharmacie agrémenté d’un ticket de caisse, de bons de réduction pour du dentifrice à moitié prix et un litre de lait à deux pour cent de matière grasse. Je suis devenue psychologue pour aider les gens – encore un cliché, mais c’est vrai. Je suis devenue psychologue parce que je comprends ce que ça fait, que d’être traumatisée ; je le comprends d’une façon qu’aucun enseignement, si complet soit-il, n’arrivera jamais à l’inculquer. Je comprends comment le cerveau peut radicalement faire merder toutes les autres fonctions de votre corps, et comment vos émotions peuvent déformer les choses – des émotions dont vous ne soupçonniez même pas l’existence. Comment ces émotions peuvent vous empêcher de voir, de penser et d’agir clairement. Comment elles peuvent vous faire souffrir de la tête jusqu’au bout de vos doigts, en vous faisant vibrer d’une douleur sourde et palpitante qui ne vous quitte jamais.
Commenter  J’apprécie          10
Je pensais savoir ce qu’étaient les monstres.
Quand j’étais petite, je me les imaginais comme des ombres mystérieuses tapies derrière les vêtements dans ma penderie, sous mon lit, dans les bois. C’était une présence que je pouvais sentir physiquement derrière moi, se rapprochant tandis que je rentrais à la maison à pied après l’école dans l’éclat du soleil couchant. Je ne savais pas comment décrire cette sensation, mais au fond de moi je savais qu’ils étaient là, même si je ne pouvais pas l’expliquer. Mon corps ressentait leur existence. Il ressentait le danger, de cette façon dont votre peau semble fourmiller juste avant qu’une main ne se pose sur une épaule qui ne s’y attend pas, ou comme quand vous comprenez que ce sentiment de malaise dont vous n’arriviez pas à vous défaire était une paire d’yeux qui s’enfonçait à l’arrière de votre crâne, à l’affût derrière les branches d’un buisson qu’on aurait trop laissé pousser.
Mais vous vous retournez, et les yeux ont disparu.
Commenter  J’apprécie          10
Tous les jours, je dévalais en courant cette allée isolée de tout ; au loin, la maison semblait s’éloigner de plus en plus au lieu de se rapprocher petit à petit pour, enfin, être à ma portée. Mes baskets arrachaient des touffes d’herbe, faisaient voler des gravillons et soulevaient de la poussière dans ma course contre… quelque chose, quelqu’un. Ce qui était là, quelque part, à observer. À attendre. À m’attendre. Je trébuchais sur mes lacets, me précipitais en haut de la volée de marches de l’entrée de ma maison et me plaquais dans la chaleur des bras grand ouverts de mon père, qui me murmurait à l’oreille dans un souffle chaud, Je suis là, je suis là. Ses doigts dans mes cheveux, qu’il prenait par poignées. Mes poumons qui piquaient à cause de l’air qui y entrait. Mon cœur qui cognait violemment contre ma poitrine pendant qu’un mot, un seul, prenait forme dans mon esprit : sécurité.
Du moins, c’est ce que je pensais.
Commenter  J’apprécie          10
« Quoi ? »
Je lève les yeux sur la patiente devant moi, raide comme une planche de bois que l’on aurait sanglée sur mon fauteuil en cuir surdimensionné à dossier inclinable. Sur ses genoux, ses doigts sont crispés. Des fentes fines et brillantes à peine visibles contre la peau autrement parfaite de ses mains. Je remarque la présence d’un bracelet à son poignet, une tentative pour cacher une méchante cicatrice d’un violet profond et aux bords irréguliers. Des perles en bois avec une breloque en argent en forme de croix, qui pend comme un rosaire.
Je ramène mon regard sur la jeune fille. Je m’imprègne de l’expression de son visage, de ses yeux. Pas encore de larmes, mais il est encore tôt.
« Je suis désolée, dis-je en jetant un œil aux notes étalées devant moi. Lacey. Ma gorge me démange un peu, c’est tout. Continue, s’il te plaît.
Commenter  J’apprécie          10
« Je suis désolée, dis-je en jetant un œil aux notes étalées devant moi. Lacey. Ma gorge me démange un peu, c’est tout. Continue, s’il te plaît.
— Oh, répond-elle. D’accord. Bon, en tout cas, comme je le disais… Des fois, je suis tellement en colère, vous voyez ce que je veux dire ? Et je ne sais même pas vraiment pourquoi ? C’est comme si j’avais cette rage qui montait en moi, de plus en plus fort, et puis, avant même que je m’en rende compte, j’ai besoin de… »
Elle baisse les yeux sur ses bras, déploie ses doigts comme un éventail. Tel un duvet de verre, de minuscules coupures les parcourent, nichées dans le réseau des lignes que forme sa peau dans les creux entre ses doigts.
« C’est pour évacuer, me dit-elle. Ça m’aide à me calmer. »
Commenter  J’apprécie          10
Personne ne se pose jamais la question de savoir ce qui se passe au plus profond de la nuit, et c’est là tout le cœur du problème. Personne ne s’intéresse à toutes ces choses qui s’agitent quand le monde entier est plongé dans l’insouciance. Un inconnu qui se tapît dans l’ombre, qui s’accroupit sous une fenêtre, ou qui tourne la poignée d’une porte déverrouillée. Un animal en chasse, du sang chaud dégoulinant de ses crocs, après s’être repu de la chair de sa proie. Nous partons du principe que le reste du monde s’endort en même tant que nous. Et le lendemain matin, nous attendons à le retrouver dans le même état que la veille, intact, sans changement. Comme si la vie se mettait en pause uniquement, parce que nous en avons pris une.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Stacy Willingham (170)Voir plus

Quiz Voir plus

Songe à la douceur

Dans le chapitre 1, quelle question revient souvent dans les pensées d'Eugène ?

Est-ce qu'elle l'aime ?
Est-ce qu'il couche avec elle ?
A-t-elle un copain ?

14 questions
230 lecteurs ont répondu
Thème : Songe à la douceur de Clémentine BeauvaisCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..