AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.64 /5 (sur 58 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1971
Biographie :

Stéphane Héaume, né à Paris en 1971, est un romancier français.Il est l'auteur de plusieurs romans :
Le Clos Lothar (Zulma, 2002, Prix du jury Jean-Giono 2002 et Prix Emmanuel-Roblès 2003), Orkhidos (Zulma, 2004), Le Fou de Printzberg (Anne Carrière, 2006), Le Contemplateur (Anne Carrière, 2007)
et La Nuit de Fort-Haggar (Seuil, 2009).
Il écrit également des textes pour la musique.
Avec le compositeur Thierry ESCAICH (né en 1965) :
Valse désarticulée (Théâtre du Lierre, 2007).
Avec le compositeur Richard DUBUGNON (né en 1968) :
Tryptique (Royal Academy of London, 1999 ; reprise à Radio France, 2008), Le Voyage écarlate (La Péniche Opéra, 2002 ; reprise au Festival d’Aix-en-Provence, 2005), Cantata Oscura (Espace Cardin, 2005 ; reprise à Radio France, 2005) et Le Songe Salinas, symphonie lyrique pour mezzo-soprano et orchestre (Théâtre des Champs-Elysées, 2009).

Il a été résident au Domaine de La Prée (Indre) entre 2000 et 2002 (résidence d’artistes parrainée par l’Académie des Beaux-Arts).
Après plusieurs années passées à New York et en Afrique, il vit aujourd'hui à Paris.
+ Voir plus
Source : Wikipédia et http://www.stephaneheaume.com/Biographie.htm
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Interview de Stéphane Héaume lors de la fête du livre de Toulon
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
rabanne   21 février 2018
Le Clos Lothar de Stéphane Héaume
Je voulais m'enrouler dans le calme, dans ce chant, dans le coton chaud des draps, dans les derniers plis de cette nuit où je m'étais jeté à force de fatigue.
Commenter  J’apprécie          282
rabanne   19 février 2018
Le Clos Lothar de Stéphane Héaume
Où coule le vin coule ta peine ; où coule l'encre court ton âme. Il n'était pas possible qu'un jour tu ne descendes pas t'abreuver à la source.
Commenter  J’apprécie          250
rabanne   22 février 2018
Le Clos Lothar de Stéphane Héaume
Mon regard suivit sa silhouette qui s'enfonçait dans l'étendue mauve et feuillue, jusqu'à ce qu'elle ne fût plus qu'un point de lumière fragile, tremblant, qui s'éteignit plus tard, beaucoup plus tard, à la croisée de mes songes.
Commenter  J’apprécie          202
rabanne   22 février 2018
Le Clos Lothar de Stéphane Héaume
Non, je n'achète plus ce parfum ; ni ces crèmes qui rafraîchissaient ma peau flétrie. Je n'en ai plus besoin. Jamais je n'aurais dû y avoir recours. Maquille-t-on son cœur tous les matins ?
Commenter  J’apprécie          92
mosaique92   01 octobre 2016
L'insolite évasion de Sebastian Wimer de Stéphane Héaume
Le pressentiment des dernières fois...

Seul dans les ruelles, ce soir-là, il me semblait que la ville immobile me faisait ses adieux. Tout était calme, murmurant, sans éclat - réglé depuis des siècles. Les habitants vaquaient aux courses habituelles avant la fermeture, qui sortant de la boulangerie Perutz, qui les bras chargés de vêtements propres emballés avec soin dans le papier couleur lune du teinturier Asaël. On se croisait. On se saluait. La courtoisie nocturne était de mise. Étrangement, l’inquiétude s'était retirée des visages comme une mer indésirée. Était-ce bien réel ? Était-ce ma perception faussée par les jours à venir ? Le sentiment de ne plus appartenir aux ombres de la ville tant aimée ? Je me déprenais sans douleur des ponts et des façades, des fontaines, des parcs, des rues et des rigoles. J'abdiquais mon passé sous les voûtes de pierre. Il faut savoir prendre congé de ses plus belles douleurs.
Commenter  J’apprécie          30
rabanne   22 février 2018
Le Clos Lothar de Stéphane Héaume
Le Clos Lothar était une enclave, le dernier bastion, sans doute, d'un monde englouti - et nous-mêmes qui nous y abritions, des naufragés à bout, en attente de l'ultime asphyxie.
Commenter  J’apprécie          40
paraty62   26 mai 2013
Le fou de Printzberg de Stéphane Héaume
Au loin, la mer grise lutte sans bruit contre le rempart démantelé des icebergs. Les glaciers ont déployé leur lave sépulcrale qui s’infiltre au coeur des plus profonds passages en un lent mouvement bleu. Tout brille. Tout scintille. Tout s’enchevêtre et se surmonte. Les lacs inaccessibles, chauffés par les volcans, étirent leur feuillages d’eaux en contrebas des crêtes ; les pics côtoient les combes, les failles, les précipices. Tout glisse, tout s’efface, tout se métamorphose. Les ailes du biplan font comme un doux scalpel. La station thermale surgit dans la baie, prétentieuse, insolite. L’ombre des Dentelles d’Issavùt l’avale bientôt toute entière, barrage et aqueduc, dans son grand halo mauve. Bientôt des rives caillouteuses, à peine esquissées, se dérobent au détour d’un nouveau territoire. Un pâle feu de jade monte des cratères de Printzberg. Le froid dessus, l’incandescent dessous.
Commenter  J’apprécie          20
Corboland78   09 mai 2018
Le Clos Lothar de Stéphane Héaume
Un énorme hoquet se bloqua dans mes oreilles. Je demeurai au centre de la chambre, un peu vacillant, à fixer soudain la bibliothèque et la carapace cuivrée des livres que j’allais lui abandonner. Saisissant l’un d’eux, je l’ouvris à la première page. Mon nom y figurait en lettres gothiques, larges et carrées, et, au-dessus, le titre de l’ouvrage – le septième, dernier de ma plume, testament de mes rêves. J’aimais l’élégant caractère, les gracieux ornements choisis par l’éditeur, ainsi que le format minuscule : cela tenait à la fois du vitrail et de l’enluminure. Le pauvre homme, en imprimant ce conte, ignorait qu’un mois après sa parution, lui et ses employés seraient exécutés.
Commenter  J’apprécie          10
paraty62   26 mai 2013
Le fou de Printzberg de Stéphane Héaume
A présent que le grand silence de l’Arctique m’envahit comme un poison, je comprends pourquoi je suis parti loin de mes oliviers, un matin d’été, vers le froid de Printzberg, approcher le passé de Costa, comprendre sa folie et retrouver sa femme.
Commenter  J’apprécie          20
Corboland78   08 juin 2018
La nuit de Fort-Haggar de Stéphane Héaume
Un grand froissement monta de la place : les amazones amorçaient leur départ. Les survivantes – une cinquantaine – s’étaient regroupées devant l’ancienne mosquée. Elles se comptèrent, firent exécuter un demi-tour à leur bête dont les yeux jaunes brillaient encore de tout leur feu, puis elles s’éloignèrent dans les ruelles, sans hâte, exténuées, dans un monstrueux silence qui recouvrait tout, avant de disparaître dans le grand désert luisant d’où Julia espéra qu’elles ne surgiraient plus, ni dans cette vie, ni dans ses cauchemars.
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur