AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.56/5 (sur 93 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Bruxelles , le 17/10/1974
Biographie :

Romancier, poète et essayiste, Stéphane Lambert est né à Bruxelles en 1974. Son travail littéraire est marqué par une volonté de dépasser la classification des genres et des formes, préoccupation qui l’a fait se rapprocher des arts plastiques. Dans le diptyque romanesque Les couleurs de la nuit (La Différence, 2010) et Paris Nécropole (L'Âge d'homme, 2014), il interroge la notion d’intériorité dans le chaos du monde contemporain. La question de l’intime est également au cœur d’un cycle autobiographique (Mes morts, Espace Nord, 2007, réédition 2015 ; Mon corps mis à nu, Les Impressions nouvelles, 2013 ; L'Apocalypse heureuse, Arléa, 2022). Interpellé par le processus de création, il a consacré différents livres à des artistes (Monet, impressions de l'étang, Arléa, 2016 ; Mark Rothko, rêver de ne pas être, Les Impressions nouvelles, 2011, réédition Arléa, 2014 ; Nicolas de Staël, le vertige et la foi, Arléa, 2014 ; Vision de Goya, Arléa, 2019 ; "Être moi, toujours plus fort", les paysages intérieurs de Léon Spilliaert, Arléa, 2020 ; Tout est paysage, L'Atelier contemporain, 2021) et à des écrivains (Avant Godot, Arléa, 2016, à propos du lien entre Samuel Beckett et la peinture de Caspar David Friedrich ; Fraternelle mélancolie, Arléa, 2018, à propos de l'amitié entre Herman Melville et Nathaniel Hawthorne). Avant Godot a obtenu le prix Roland de Jouvenel de l’Académie Française en 2017 et Visions de Goya, le prix André Malraux en 2019. Ses textes poétiques sont directement inspirés d’œuvres artistiques : Chapelle du rien (2014), Art Poems (2018) ou encore Ecriture première (2020). Parallèlement à ses livres, il écrit des fictions radiophoniques sur des créateurs (Staël, Monet, Spilliaert, Melville, Goya) et des documentaires de création pour France Culture. Il a co-écrit l’ouvrage Dans le désordre (Actes Sud, 2011 - prix du Meilleur livre sur le théâtre) avec le metteur en scène Claude Régy. Il a publié de nombreux textes en revue, catalogue et ouvrage collectif.

site officiel : http://www.stephanelambert.com/

+ Voir plus
Source : http://www.stephanelambert.com/
Ajouter des informations
Bibliographie de Stéphane Lambert   (26)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"Osons comprendre. L'avenir de l'énergie" de Stéphane Lambert et Ludovic Torbey


Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
Et toute création qui tienne est le fruit de l'équilibre trouvé entre la foi et le vertige. Ou plutôt -- entre le vertige et la foi. L'ordre des mots était important. Car le vertige, ce me semble, est mon plus vieux compagnon. Et se disant cela, il sentait remuer en lui l'ombre de ses démons.
...
c'est dans le vertige, tentait-il encore de penser, comme s'il essayait de reconstruire mentalement ce qui l'avait animé en tant que peintre, c'est dans le vertige que l'artiste tire la matière de son œuvre et c'est par la foi qu'il trouve la force de l'engendrer. Et la foi vient à me manquer. Ces mots-là il les avait murmurés. En les prononçant, il entendit l'écho lointain de sa langue natale. Quelques couleurs illuminérent son esprit. Les longues plages désertes du sud de la Finlande en été et la Neva gelée en hiver. Rythme doux du passage des saisons ... p 34 (édition de poche)
Commenter  J’apprécie          210
p 69 Les noirs de Rothko sont le contraire de la mort épouvantable. Les noirs de Rothko sont un chant qui berce l'appel de l'inconnu. Mais ce n'est pas la terreur. Le cœur est scindé en deux. Vivre ou mourir. L'art est-il autre chose qu'un pont jeté entre ces deux rives ? Vous étiez parvenu à ce point de liaison où la vie passe le relais à la mort. Ceux qui ne verraient que du noir n'auraient-ils jamais compris que votre œuvre était devenue votre vie ?
"L'œuvre une fois accomplie, retire-toi" telle est la loi du ciel. Précepte duTao.
Commenter  J’apprécie          200
Qu'est-ce que l'admiration ? Quel est ce miroir dans lequel prend forme non "se regarder" mais se reconnaître.
De quelle façon une oeuvre vous aura-t-elle fait tellement grandir ? Et que réfléchit la réflexion ?
Notre propre vie s' éclaire à ce que nous admirons et qui ne manque pas de nous dépasser. Il arrive que "Les Grands Morts" - ici Staël et Rothko - soit plus vivants que les vivants.
Anne de Staël, février 2015 (présentation, p.10)
Commenter  J’apprécie          150
N'est-ce pas justement ce que vise l'art de Rothko : rendre toute pensée inefficace et la raison inopérationnelle ? Déverrouiller les résistances, convoquer une autre attention que celle que l'on porte ordinairement sur ce que l'on vit, nous détourner brutalement de notre manière de voir. (p. 83)
Commenter  J’apprécie          150
Être est un état en voie d'extinction.
Commenter  J’apprécie          140
Monet sourit à son tour, gêné.
- Je me rappelle ce que vous* écriviez au sujet de mes Cathédrales. Vous savez que je n'aime pas parler de ce que je fais, mais vous aviez vu si justement... alors qu'ailleurs ce n'était que pluie d'injures... Il n'y a que les moments, disiez-vous, pas d'état durable... C'est vrai !... Ce que je veux peindre, c'est cela : le monde en action... Et pour le suspendre, saisir ses variations, retenir ce qui se désagrège, il me suffit d'un étang... Tout y est !


[*Il s'agit ici de Georges Clémenceau, grand ami de Monet]
Commenter  J’apprécie          100
La création était aussi triste qu'une vilaine maladie avec laquelle il fallait pactiser, et qui vous donnait parfois, par éclair, une raison d'être en vie.
(p. 63)
Commenter  J’apprécie          100
quand je peins la Seine, je n'ai que faire de l'idée de la Seine, je veux être la Seine. Quand je peins la gare Saint-Lazare, de même ! Je veux être le train, la vapeur du train, la structure de la gare, les passagers à quai, le quai... Et quand je peins le 14 juillet, oui, oui, vous m'entendez bien, quand je peins le 14 juillet, je veux être la foule, le drapeau français, la rue, les immeubles environnants, le ciel, la fête nationale ! Vous comprenez ? je veux devenir chaque chose que je peins ! Et plus que tout autre chose, je veux être l'eau ! L'eau à deux faces, à mille faces, qui porte et engloutit, passe et revient, absorbe et reflète, l'eau vers quoi tout chemine... (p. 23)
Commenter  J’apprécie          80
Ceux qui n'ont pas vu vos panneaux - qui n'ont pas fait l'expérience d'être dans la chapelle - ne savent pas que le noir est un abîme contrasté. Le violet très sombre y culmine paisiblement au bord de la noirceur, et la noirceur y est dépourvue de morbidité. La réalité est aveuglante, et vous offrez à vos visiteurs un nouveau champ de vue. Sans encombrement. Comme vous, l'excès de lumière m'affole, et sous la violence des néons je perds pied - je ne reconnais plus rien, ni de moi-même, ni de ce qui m'environne. [•••] Votre Chapelle m'entrouvre la porte de la chambre nocturne, et j'y trouve un calme refuge. Le trop-plein de lumière voit à notre place, nous dicte où, quoi regarder, là où la pénombre nous invite à occuper l'espace à notre manière (manière noire si l'on veut se référer à la technique du mezzotinto), décadenasse le réel et dévoile l'horizon d'autres mondes. (p. 62-63)
Commenter  J’apprécie          70
A l'intérieur de l'homme, tout était brisé. Il n'y avait plus rien de solide.
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Stéphane Lambert (129)Voir plus

Quiz Voir plus

Comment te dire Adieu ?

Tous les garçons et les filles de mon âge Se promènent dans la rue deux par deux Tous les garçons et les filles de mon âge Savent bien ce que c'est d'être ...?...

deux
affreux
heureux
vieux

10 questions
149 lecteurs ont répondu
Thème : Françoise HardyCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..