AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.71 /5 (sur 50 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nantes , le 13 Février 1966
Biographie :

Stéphane Pajot est né à Nantes le 13 février 1966. Très vite, délaissant une carrière musicale au succès aussi fulgurant qu’éphémère, il enfourcha sa mobylette et une nouvelle vocation à la recherche d’un article et d’un cliché à glisser dans sa sacoche pour alimenter le quotidien nantais Presse-Océan. Quinze années plus tard, il poursuit son chemin désormais en voiture dans le même journal et signe de nombreux livres de mémoire sensible à travers le temps et l’histoire de la ville de Nantes et de sa région. On lui doit également une petite dizaine de romans dont l’un a été adapté pour le théâtre.

Courant mai il publiera "L'assassin était le meurtrier", quatrième opus de la série "L'Embaumeur", histoire ayant pour héros récurrent Luc Mandoline, un ancien légionnaire devenu Thanatopracteur et enquêteur à ses heures perdus.
+ Voir plus
Source : https://stephane.pajot.info
Ajouter des informations
Bibliographie de Stéphane Pajot   (24)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
marina53   19 décembre 2014
Anomalie P de Stéphane Pajot
Il est des épilogues qu'on ne devrait jamais écrire, jamais atteindre sous peine de déception. L'idée, l'envie, l'espoir font vivre, le besoin de croire qu'on ne meurt jamais aussi. On ne recommence pas l'histoire. Ou alors, pas la même.
Commenter  J’apprécie          310
marina53   19 décembre 2014
Anomalie P de Stéphane Pajot
Le sommeil a les avantages de la mort sans son petit inconvénient, a dit Albert Cohen.
Commenter  J’apprécie          230
marina53   19 décembre 2014
Anomalie P de Stéphane Pajot
Le possible est déjà fait, l'impossible est en cours. Pour les miracles, prévoir un délai.
Commenter  J’apprécie          220
YvPol   05 octobre 2014
Anomalie P de Stéphane Pajot
Il suffit de percer la bulle du quotidien dans laquelle on vit, de balayer de temps à autre les codes, les idées toutes faites. Souvenez-vous des mondes fabuleux de l'enfance, des histoires extraordinaires.
Commenter  J’apprécie          60
ChezLo   08 janvier 2015
Anomalie P de Stéphane Pajot
Une envie naturelle le fit à nouveau se lever, traverser la cuisine et pousser la porte des W.-C., desquels il ressortit une minute plus tard. Le bruit de la chasse d’eau couvrit la pre- mière détonation qui claqua dans le vent frais de la Loire. La seconde fut étouffée par des cris de mouettes. Dans sa bar- casse, le pêcheur de civelles s’écroula et le petit bateau resta orphelin sans que nul témoin ne s’en émeuve. Le tireur, vêtu d’une veste en tweed et d’une chemise grise, mit sa main en visière. Il fixa quelques secondes la Loire, la maison de Tristan puis s’éclipsa à pied le plus naturellement du monde. Tristan n’avait rien perçu de la tragédie. Un homme avait été assassiné à moins de cent mètres, de l’autre côté du fleuve. De deux balles, l’une dans la tête, l’autre dans la région du cœur.
Commenter  J’apprécie          40
ChezLo   08 janvier 2015
Anomalie P de Stéphane Pajot
La Loire fumait. Tristan Madec avala son café non sucré en deux longues gorgées. Il gardait les yeux fixés sur un pêcheur de civelles qui remontait le courant sur son chalutier zébré rouge et blanc. L’usine de sucre Béghin Say, un bloc de deux constructions de la taille d’un immeuble, avec une très haute cheminée annexe, en imposait de l’autre côté du fleuve. En ce matin de mai, des vapeurs dantesques se détachaient du complexe industriel, surnommé l’Usine Bleue. Bleue mâtinée de grands carreaux blancs, tel un damier géant qui tranchait avec le reste des bâtiments gris terne alentour, dont une fabrique de glace désaffectée. Tristan logeait au lieu-dit la Haute-Île à Trentemoult-les-Nantes, avec ses maisons tarabiscotées d’un siècle évanoui de cap-horniers.
Commenter  J’apprécie          40
YvPol   14 janvier 2012
Aztèques freaks de Stéphane Pajot
Ce clodo, tel que les images d'Epinal le représentaient, était une pure merveille sortie d'un conte des mille et une galères. Comme toutes les légendes entourant la vie des clochards, on devait l'imaginer dormir sur un matelas bourré d'oseille, de lingots d'or. (p.43)
Commenter  J’apprécie          50
ChezLo   08 janvier 2015
Anomalie P de Stéphane Pajot
Les petites anguilles – le fameux « or blanc » dont un kilo comptait deux mille neuf cents alevins – attiraient toutes les convoitises et le marché noir battait son plein. En une quinzaine d’années les tarifs avaient commencé par doubler, puis tripler, quintupler. On en était à douze fois le prix initial. De quoi aiguiser les appétits, le bra- connage, les vols. Ce qui est rare est cher. L’ancien plat du pauvre, qui servait même d’engrais au potager de sa grand- mère, était à présent apprécié des gourmets riches du monde entier.
Commenter  J’apprécie          40
YvPol   14 janvier 2012
Aztèques freaks de Stéphane Pajot
Son vrai nom est Buster Mac Grégoire. Il a la double nationalité. Et tu ne sais pas comment on le surnommait en France ?

- Dis toujours.

- L'Empailleur State Building. (p.160)
Commenter  J’apprécie          20
elleaimelire   17 juin 2019
Le rêve armoricain de Stéphane Pajot
La méduse, tantôt sur lui, tantôt sous lui, dominante ou dominée, imprégnait sa peau, tatouait ses membres, son ventre, ses jambes, son torse. La mousson,
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Petit Pays

Comment s'appelle le père de Gabriel ?

Martin
Mathieu
Michel
Mohammed

50 questions
1710 lecteurs ont répondu
Thème : Petit pays de Gaël FayeCréer un quiz sur cet auteur