AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4 /5 (sur 2 notes)

Nationalité : France
Biographie :

- Psychologue clinicienne, titulaire d’un DIU de thérapies cognitives et comportementales

- Cofondatrice du Centre de traitement du stress et de l’anxiété à Lyon (http://stress-et-anxiete.fr)

- Vient de publier « Vivre mieux dans un monde stressant ».


Source : leprogres.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleil   12 mars 2013
Vivre mieux dans un monde stressant de Stéphanie Bertholon
Le Japon a de nombreuses traditions permettant d'accéder à la sérénité.

La pratique du haïku en est une. Il s'agit de courts poèmes en trois vers et dix-sept syllabes, créés au VIIe siècle.



Selon le poète japonais Matsuo Bashô (1644-1694), la pratique du haïku favorise quatre grandes qualités :

- Sabi : la simplicité et la conscience du temps qui passe et qui altère les choses et les êtres.

- Shôri : la capacité à suggérer l'amour des choses humbles.

- Hosomi : la découverte de la beauté du quotidien.

- Karumi : l'humour, qui allège la gravité des choses.



Ecrire un haïku oblige notre attention à se focaliser sur les détails de la vie et malgré l'aspect lapidaire de cette écriture, il demande une réflexion importante pour suggérer les choses plutôt que les décrire et exprimer une émotion. (...)



Je vous propose de vous inspirer des qualités que les haïkus requièrent : simplicité, prise de conscience du temps, humilité, amour, beauté et humour.
Commenter  J’apprécie          130
petitsoleil   11 mars 2013
Vivre mieux dans un monde stressant de Stéphanie Bertholon
Lorsqu'il y a un but précis, il est certain qu'Internet est un outil précieux, mais j'entends tant de personnes dire qu'elles passent leurs soirées sur le Net sans même voir le temps passer. (...) Sollicités par tous les stimuli, happés par les images, nous cliquons sans prendre de recul sur ce que nous faisons.



L'ennui est plutôt mal perçu de nos jours, parfois même considéré comme le symptôme d'une dépression. Or c'est dans ce temps que notre cerveau est le plus productif. Il est libre de ses connexions neuronales et notre réflexion est culminante. Si notre cerveau est surchargé d'informations, d'images, il est passif et il lui est impossible de tout intégrer. (...)

Et nous cherchons à pallier cette sensation angoissante de vide ou d'inactivité en nous connectant à nos écrans en tout genre.



Face à l'ennui, le cerveau a toujours trouvé des stratégies : permettre la réflexion et la créativité grâce au temps que l'on accorde à notre psychisme pour associer et élaborer librement nos pensées.

On le recommande aux enfants pour qu'ils puissent créer des jeux, qu'ils laissent émerger leur imaginaire. Cependant, les adultes appliquent-ils ce qu'ils recommandent à leurs enfants ?



Il ne s'agit pas de rendre coupable Internet de notre paresse cognitive, mais de nous rendre plus responsables de la manière dont nous utilisons ce média.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
petitsoleil   12 mars 2013
Vivre mieux dans un monde stressant de Stéphanie Bertholon
Il existe un facteur participant à la baisse du niveau de confiance et de motivation au sein des entreprises, c'est le manque de renforcement.

Le renforcement correspond à l'augmentation d'un comportement lorsqu'il conduit à des conséquences. Il est le fondement de nos apprentissages, de notre motivation et du plaisir que nous ressentons.



Prenons un exemple. Un enfant apprend à marcher et nous le félicitons chaque fois qu'il fait un pas. Nous renforçons sa réussite. (...) C'est un renforcement positif.

Admettons que nous disputions cet enfant pour qu'il se mette debout et marche. Et que nous stoppions nos cris dès qu'il arrive à marcher. L'enfant va apprendre que marcher fait cesser les cris. C'est un renforcement négatif.



Le renforcement, qu'il soit positif ou négatif, permet une augmentation du comportement souhaité. Il se distingue de la punition qui a pour but l'élimination d'un comportement.

Aujourd'hui, il est prouvé que le renforcement positif est nettement plus opérant que le renforcement négatif, car il active davantage le circuit de la récompense et du plaisir dans une zone de notre cerveau.

Il stimule cette zone faisant partie du medial forebrain bundle (MFB), dont l'activation mène à la répétition de l'action gratifiante.

Ce système cérébral a participé de la survie de l'espèce.



Il n'est pas rare de constater que le monde du travail est de moins en moins associé à la notion de plaisir. Et, lorsqu'il l'est, c'est corrélé à la notion de réussite, à l'obtention d'une promotion ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
petitsoleil   11 mars 2013
Vivre mieux dans un monde stressant de Stéphanie Bertholon
Pour éloigner le stress, les humains ont adopté des stratégies de contrôle de leur vie. Rassurés de pouvoir tout contrôler, ils perdent une certaine forme de liberté et deviennent les esclaves de leurs comportements.

Notre monde, avec ses progrès technologiques et ses croyances induites, nous pousse à croire que nous sommes capables de tout, que nous n'avons plus aucune limite. Il nous conduit à penser que nous sommes tout-puissants (...) Pourquoi notre environnement génère-t-il de la souffrance ? Deux raisons à cela. D'abord, la recherche de toute-puissance peut favoriser le stress et potentiellement l'épuisement. Ensuite, si nous n'avons pas les moyens ou les ressources d'atteindre cette toute-puissance, nous nous percevons comme impuissants et risquons alors la dépression.
Commenter  J’apprécie          52
petitsoleil   12 mars 2013
Vivre mieux dans un monde stressant de Stéphanie Bertholon
Que constatons-nous comme changements dans le monde du travail ?



- Plus que jamais, ce contexte économique demande une certaine polyvalence, une souplesse encore nommée adaptabilité.

- La concurrence faisant rage, les entreprises à visée commercial exigent de la performance et des résultats. Les objectifs professionnels sont toujours plus élevés.

- Même les secteurs non commerciaux sont soumis au diktat de l'argent.

- Tous les secteurs de la fonction publique doivent faire des économies. (...)



On constate ainsi :

- Une tendance des grandes entreprises à changer de système d'organisation dès qu'un nouveau dirigeant est en poste. (...)

- Les nouvelles procédures sont surtout utilisées pour contrôler ou vérifier la productivité de l'entreprise et du salarié. Dans tous les secteurs d'activité dont l'objectif est financier, la peur a engendré plus de contrôle pour prétendument améliorer les performances. (...)



Comment le management est-il passé de la confiance à la méfiance ?

Comme des parents anxieux vont chercher à se rassurer en téléphonant à leur enfant pour vérifier qu'il est bien rentré, qu'il a bien fait ses devoirs, les managers modernes vérifient que leurs collaborateurs ont bien travaillé.

Il est reconnu que l'anxiété des parents peut avoir un impact négatif dans la construction de la confiance de leur enfant. Ramener des adultes à cette position quasi infantile joue sur le rapport de confiance entre manager et salariés et peut entraver la confiance personnelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
petitsoleil   11 mars 2013
Vivre mieux dans un monde stressant de Stéphanie Bertholon
Le stress est au départ une réponse positive de notre organisme à un changement. Il permet de déployer l'énergie nécessaire pour faire face à un événement.



Depuis l'ère paléolithique, l'homme produit du stress pour survivre. A cette époque, il est un prédateur mais aussi une proie qui doit avoir les moyens de se défendre. L'organisme de l'homme paléolithique déploie déjà un système de défense efficace.



Lorsqu'il est attaqué, ses glandes surrénales (deux glandes situées au-dessus des reins) fabriquent de l'adrénaline, laquelle se libère dans le sang et participe de l'augmentation de sa respiration, de son pouls et de sa tension artérielle pour fournir l'oxygène nécessaire à la réaction instinctive de défense.

Les surrénales produisent ensuite une autre hormone, le cortisol, qui lui permet de fuir ou de se battre pendant la menace.

Les réserves de gras sont transformées alors en carburant, et le sucre est envoyé dans le sang pour fournir de l'énergie pour lutter.

Pour éviter une hémorragie en cas de blessure, du cholestérol et des plaquettes sont acheminés dans la circulation sanguine.



Une fois la menace éloignée, l'homme paléolithique ressentait un besoin de repos durant lequel son rythme cardio-vasculaire ralentissait pour retrouver la normale en quelques heures, selon le principe d'homéostasie qui régule l'organisme.



L'homéostasie se définit comme la capacité de l'organisme à maintenir un état de stabilité interne malgré les changements constants de l'environnement externe. Cette stabilité interne ne signifie pas que tout est statique dans notre corps. Les cellules vivent d'innombrables changements qui, par des effets de compensation, entraînent l'équilibre. (...)



Le stress est ainsi l'expression du système nerveux sympathique qui stimule les fonctions d'anticipation de l'action pour permettre à l'organisme de faire face à un événement potentiellement différent de ce qu'il connaît, et qui nécessite une adaptation.

L'homme moderne a conservé ce mode de défense, mais, au lieu de s'activer en cas de danger concret et de se désactiver une fois la menace éloignée, le stress est déployé de façon moins intense mais continue en raison des menaces modernes perçues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
petitsoleil   11 mars 2013
Vivre mieux dans un monde stressant de Stéphanie Bertholon
"L'homme désire toujours selon le désir de l'Autre", écrit le philosophe René Girard. Nous imitons les désirs et les comportements de ceux qui nous entourent pour appartenir à un même groupe social. L'exclusion ou le rejet du groupe est, pour la plupart d'entre nous, insupportable.

Nous nous laissons influencer et adoptons des comportements nouveaux dictés par le progrès et, sans nous en rendre compte, notre perception des choses et nos émotions s'en trouvent modifiées.

Je fais ainsi l'hypothèse que ces comportements nouveaux créent du stress et le renforcent.
Commenter  J’apprécie          40
petitsoleil   11 mars 2013
Vivre mieux dans un monde stressant de Stéphanie Bertholon
Le principal paradoxe de Facebook est qu'il faut être seul devant son ordinateur pour entrer en contact avec ses amis !

Cela n'annule pas forcément l'envie de sortir avec ses amis, mais cette amitié virtuelle n'a-t-elle pas modifié nos comportements sociaux ? (...)



Auparavant le téléphone jouait un grand rôle relationnel, c'était par la voix que l'on prenait des nouvelles, organisait une sortie, s'invitait ...

Aujourd'hui, un simple clic ou poke ou smiley met en relation avec l'autre.
Commenter  J’apprécie          40
petitsoleil   12 mars 2013
Vivre mieux dans un monde stressant de Stéphanie Bertholon
L'homme moderne n'est pas prêt à accepter les risques inhérents à la vie.

Il cherche à contrôler les imprévus potentiels. Il ne tolère pas l'idée de perdre ou de vivre une expérience douloureuse. Il croit que l'argent peut tout réparer ou alléger la douleur psychologique. (...)



La crise financière actuelle est génératrice d'anxiété et renforce la valeur de l'argent. Plus la peur persiste, plus nous utilisons l'argent pour nous rassurer.

Mais l'argent ne rassure pas à long terme. Ceux qui craignent peut-être le plus la crise sont ceux qui peuvent perdre le plus.



Nous pouvons nous demander si les personnes qui possèdent moins n'ont pas pris l'habitude de s'adapter aux difficultés financières. Elles ajustent leur mode de vie à leurs moyens et sont ainsi plus flexibles. Même si cela représente une source de stress qu'ils préféreraient éviter, les infortunés ont la possibilité de se reposer sur d'autres valeurs, comme la confiance en eux ou la solidarité plutôt que sur des valeurs boursières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
petitsoleil   11 mars 2013
Vivre mieux dans un monde stressant de Stéphanie Bertholon
Pourquoi pouvons-nous être plus stressés par notre monde moderne ?

Trois raisons peuvent l'expliquer.

- La quantité de changements : (...) Notre cerveau est surstimulé par tout ce qui nous entoure.

- La rapidité des changements : (...) Le cerveau n'est pas toujours en mesure de s'adapter aussi vite qu'on le lui impose.

- L'inutilité de certains changements : (...) Nous avons tendance à changer pour faire comme les autres. Même si cette image de "mouton de Panurge" ne plaît à personne, il est scientifiquement démontré qu'un bon tiers d'entre nous a tendance à vouloir faire comme ses semblables pour ne pas se sentir exclu de son groupe social.
Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Stéphanie Bertholon(1)Voir plus
Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Stéphanie Bertholon (5)Voir plus


Quiz Voir plus

Quiz dominos (6) - niveau expert ⚠️

James Hadley Chase

Le grand sommeil
Le faucon de Malte
Pas d'orchidées pour Miss Blandish
Le crime de l'Orient-Express

15 questions
14 lecteurs ont répondu
Thèmes : tribuCréer un quiz sur cet auteur