AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.16 /5 (sur 29 notes)

Nationalité : Mexique
Biographie :

Le « sous-commandant Marcos » (en espagnol : Subcomandante Marcos), aussi appelé, dans le cadre de La Otra Campaña (l'« Autre Campagne », mouvement civil lancé à l'initiative des zapatistes, en 2006, pour se démarquer de la campagne électorale mexicaine), El Delegado Zero (le délégué zéro), est le principal dirigeant et porte-parole de l'Armée zapatiste de libération nationale (EZLN). Ce groupe révolutionnaire mexicain est composé de plusieurs milliers d'indiens du Chiapas depuis leur soulèvement en 1994.
L'identité du Sous-commandant Marcos est gardée secrète mais, selon une déclaration du président mexicain Ernesto Zedillo en 1995, Marcos serait en fait Rafael Sebastian Guillen Vicente, un ancien professeur de l'Université autonome métropolitaine de Mexico.
Rafael Sebastian Guillen Vicente serait né en 1957 au nord du Mexique dans une famille relativement aisée. Il suit brillamment des études en philosophie et en lettres à Mexico, recevant la médaille Gabino Barreda du meilleur étudiant de l'université. Sensible aux idées de la Théologie de la Libération, d'Althusser, de Marx et Engels, il affirme ses convictions sociales-démocrates. En 1983, Guillén Vicente est nommé professeur en Sciences et Arts, mais dès 1980, fréquentant un groupe de professeurs révolutionnaires, il s'engage sous le pseudonyme de Marcos dans des projets de santé et d'organisation de syndicats de travailleurs au Chiapas. Il démissionne de l'Université en 1984, année de la création de l'EZLN dont il devient le numéro 5 dans la hiérarchie. En 1993, le sous-commandant Marcos est nommé responsable de la guérilla, puis porte-parole des forces zapatistes.
Très médiatique et populaire, le sous-commandant Marcos est reconnu dans les milieux intellectuels européens de gauche pour ses qualités littéraires, son ironie et son humour. Au fil des années il fait évoluer son discours du marxisme vers l'altermondialisme sans pour autant abandonner la lutte. Il déclare être à la tête d'un "groupe armé qui fait de la politique", se considère comme "un rebelle qui veut des changements sociaux". Mais il précise que "la violence sera toujours inutile" et qu'"un militaire, moi compris, est un homme absurde et irrationnel".
Entretenant le mythe qu'il est devenu, avec son légendaire passe-montagne et sa pipe, le Sous-commandant Marcos nie toujours être Rafael Sebastian Guillen Vicente et la famille de ce dernier déclare ne pas savoir où il se trouve.
+ Voir plus
Source : Wikipédia et http://www.toupie.org
Ajouter des informations
Bibliographie de Subcomandante Marcos   (15)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
ErnestLONDON   30 janvier 2020
Eux et nous de Subcomandante Marcos
En revanche, ce qui est vraiment un danger, un chaos véritable, c’est que n’importe qui devienne collectif, groupe, bande, race, organisation, et pour son propre compte apprenne à dire « oui » et à dire « non », et qu’ils se mettent d’accord entre eux.
Commenter  J’apprécie          120
ErnestLONDON   31 janvier 2020
Eux et nous de Subcomandante Marcos
Le peuple commande et le gouvernement obéit.
Commenter  J’apprécie          114
ErnestLONDON   31 janvier 2020
Eux et nous de Subcomandante Marcos
Appeler n’est pas unir. Nous ne prétendons pas unir sous une direction, ni zapatiste ni de n’importe quelle autre filiation. Nous ne cherchons pas à coopter, recruter, supplanter, avoir l’air, faire semblant, tromper, diriger, subordonner, utiliser. La destination est la même, mais la différence, l’hétérogénéité, l’autonomie des modalités de cheminement, sont la richesse de la Sexta, sont sa force. Nous offrirons le respect, et nous demandons et demanderons le respect. À la Sexta, on adhère sans autre condition que le « non » qui nous convoque et l’engagement de construire les « oui » nécessaires. 
Commenter  J’apprécie          60
Thyuig   09 septembre 2011
Ya basta ! de Subcomandante Marcos
Un chien sans collier, c'est un policier sans son arme. Un être enfin intelligent.
Commenter  J’apprécie          70
Charybde2   04 mai 2016
Marcos, la dignité rebelle de Subcomandante Marcos
Le zapatisme luttte-t-il également contre ces aspects de la globalisation qui paraissent, a priori, si éloignés du combat pour la cause indigène ?

Évidemment. Souvent, les médias, en particulier au Mexique, ne retiennent du zapatisme que ce qui est anecdotique : les armes, la guérilla, le passe-montagne, Marcos… Et ils sous-estiment toute notre réflexion sur d’autres manières de faire de la politique, sur nos analyses concernant la taxe Tobin ou le budget participatif. On accorde moins d’importance au zapatisme en tant que mouvement social ou qu’organisation préoccupée par les questions économiques, sociales et culturelles. Pourtant, le zapatisme n’est pas seulement une résistance, il représente aussi une option, une possibilité de construire une relation humaine différente, fondée sur la conviction qu’un autre monde est possible.
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2   04 mai 2016
Marcos, la dignité rebelle de Subcomandante Marcos
Après l’indépendance du Mexique en 1810, et même après la Révolution de 1911, faite pourtant au cri de « Terre et liberté ! », le sort des Indiens du Chiapas ne s’est pas amélioré. La relégation, l’exploitation, le mépris ont perduré, ainsi que la lente extermination pratiquée désormais par les grands propriétaires terriens, exploitants de café ou de cacao, aidés par des bandes de tueurs à solde et des milices paramilitaires. La Constitution mexicaine ne reconnaît toujours pas, en effet, l’existence des peuples indigènes qui représentent pourtant 10 % de la population totale du pays, soit environ dix millions de personnes. Au prétexte que la majorité est métisse, le Mexique exalte officiellement la figure du métis mais ignore, voire méprise, ses peuples premiers.

Ceux-ci demeurent victimes d’une sorte d’ethnocide silencieux. Oubliés de tous, laissés-pour-compte, « invisibles », ils sont condamnés à voir leurs langues, leurs traditions et leurs valeurs plus que millénaires s’éteindre inexorablement. C’est contre une telle fatalité que Marcos et l’Armée zapatiste de libération nationale se sont révoltés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2   04 mai 2016
Marcos, la dignité rebelle de Subcomandante Marcos
Le zapatisme, plus qu’un exemple à suivre, est un symptôme. L’insurrection du 1er janvier 1994 signifie qu’une partie de la population d’Amérique latine refuse d’accepter la logique d’une disparition silencieuse. Le zapatisme n’est pas la règle qui dit aux indigènes des autres pays ce qu’ils doivent faire. Nous partageons plutôt le même sentiment de marginalisation et d’exclusion. Ainsi que la volonté de résistance qui nous pousse à dire : nous ne voulons pas que le monde continue sans nous, nous ne voulons pas disparaître. Mais nous ne voulons pas non plus cesser d’être ce que nous sommes. C’est un processus d’affirmation de notre différence. La lutte des indigènes d’Amérique latine c’est la volonté d’affirmer : nous voulons faire partie de l’histoire nouvelle, de l’histoire du monde ; nous avons quelque chose à dire et nous ne sommes pas disposés à être ce que vous voulez que nous soyons. Nous ne voulons pas nous transformer en sujets dont la valeur sur l’échelle sociale serait déterminée par le pouvoir d’achat et le pouvoir de production.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ErnestLONDON   10 décembre 2018
Marcos, la dignité rebelle de Subcomandante Marcos
Marcos n’aura été qu’un combattant de pas. C’est pourquoi je dis toujours : si tu veux savoir qui est Marcos, qui se cache sous son passe-montagne, prends un miroir et regarde-toi, le visage que tu y découvriras, c’est celui de Marcos. Car nous sommes tous Marcos.
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2   01 mai 2016
Don Durito de la forêt lacandone de Subcomandante Marcos
– Et si on nous bombarde ? insista-t-il.

– Bon… ben… ben, on cherche une grotte ou un truc dans le genre où nous cacher… Ou bien on se met dans un trou… Ou alors on verra bien, dis-je, agacé, puis je regardai ma montre pour insinuer que ce n’était pas le moment de penser aux bombardements.

– Pour moi, ce n’est pas un problème… Je peux me faufiler n’importe où. Mais toi, avec tes grosses bottes et ton nez… Je doute que tu trouves un lieu sûr, dit Durito en se couvrant d’une feuille de huapac.

« Psychologie de la terreur », me dis-je en voyant l’indifférence apparente de Durito devant notre sort… Notre ? Il avait raison ! Lui, il n’aurait pas d’ennuis, mais moi…

Je me levai et je dis à Durito :

– Psst… Psst… Durito !

– Je dors, dit-il blotti sous sa petite feuille.

J’ignorai son sommeil et commençai à bavarder. – Hier, j’ai entendu Camilo et mon autre moi dire qu’il y a beaucoup de grottes dans les parages. Camilo dit qu’il en connaît la plupart. Il y en a des petites où un tatou peut à peine entrer. Il y en a des grandes comme des églises. Mais il dit qu’il y en a une où personne n’ose entrer. Il dit qu’on l’appelle la grotte du Désir.

Durito sembla intéressé. Sa passion des polars le perdrait.

– Et quelle est l’histoire de cette grotte ?

– Eh bien, c’est une très longue histoire. Je l’ai entendue, mais ça remonte à des années… Je ne m’en souviens plus très bien, dis-je pour faire mon intéressant.

– Allez, raconte, dit Durito, de plus en plus intéressé.

J’allumai ma pipe. La mémoire jaillit dans la fumée aromatique, et avec elle… La grotte du Désir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Subcomandante Marcos
de   19 juin 2012
Subcomandante Marcos
Quelque chose s’est rompu cette année, non seulement la fausse image de la modernité que le néolibéralisme nous vendait, non seulement le mensonge des projets gouvernementaux et des aumônes institutionnelles, non seulement l’injuste oubli de la Patrie envers ses habitants indigènes, mais aussi le schéma rigide d’une gauche obnubilée par le fait de vivre du passé et dans le passé. Au milieu de cette navigation de la douleur vers l’espérance, la lutte politique se voit elle même dénudée de ces vêtements oxydés que la douleur lui léga en héritage, de l’espérance, cette espérance qui l’oblige à rechercher de nouvelles formes de lutte, c’est-à-dire des nouvelles façons d’être politiques, de faire de la politique : une nouvelle politique, une nouvelle morale politique, une nouvelle éthique politique qui n’est pas seulement un désir mais la seule façon d’avancer, de sauter la barrière 
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Vampires!

Tommy rencontre Jody mais sa belle a été mordue par Flic Ben Sapir, un vampire âgé de huit siècles qui a fait d'elle une morte vivante. Vous lisez un roman bien déjanté intitulé Les Dents de l'amour, et il est signé:

Carl Hiaasen
Christopher Moore
Jerry Sthal

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thèmes : vampires , vampirisme , vampire et amour , surnaturel , fantastique , horreur , romans policiers et polars , roman noir , littérature , cinema , adapté au cinéma , adaptation , bande dessinée , comicsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..