AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.83 /5 (sur 137 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1897
Mort(e) à : Évêquemont, Yvelines , 1985
Biographie :

Suzanne Rémond, dite Suzanne Pairault est une romancière et traductrice française de livres pour la jeunesse ayant essentiellement travaillé pour les éditions Hachette.

Elle obtient une licence de Lettres à la Sorbonne et part étudier la sociologie en Angleterre pendant deux ans. Vers la fin de la Première Guerre mondiale, elle sert un temps comme infirmière de la Croix-Rouge dans un hôpital anglais.

Elle publie d’abord des livres pour adultes et traduit des œuvres anglaises en français. À partir de 1950, elle publie des romans pour la jeunesse tout en continuant son travail de traducteur.

Elle est surtout connue pour avoir écrit les séries "Jeunes Filles en blanc" (1968-1985), des histoires d'infirmières destinées aux adolescentes, et "Domino" (1968-1980), qui raconte les aventures d'un garçon de douze ans. Les deux séries ont paru aux éditions Hachette respectivement dans la collection Bibliothèque verte et Bibliothèque rose.

Elle reçoit le Prix de la Joie en 1958 pour "Le Rallye de Véronique".

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
zazimuth   10 juillet 2015
La fille d'un grand patron de Suzanne Pairault
Dans la salle de soins, deux infirmières étaient occupées à préparer comme tous les matins, pour chaque malade, les médicaments de la journée. Boîtes et flacons s'alignaient sur la table ; il fallait consulter les fiches, compter les gouttes, répartir gélules et comprimés. Le travail était d'autant plus délicat que toute erreur risquait d'avoir des conséquences graves. (p.9)
Commenter  J’apprécie          60
Cielvariable   24 février 2019
Catherine infirmière de Suzanne Pairault
« JE VOUS AI déjà dit : troisième porte à gauche, après le corridor de l’escalier. Vous pourriez écouter quand on parle, non ? »



Comme le portier refermait brusquement le battant vitré, la jeune fille à qui il s’adressait, cette fois encore, l’entendit mal. Elle resta un instant immobile, indécise, à l’entrée du vestibule dallé de noir et de blanc qui faisait suite à la loge.



Elle était émue – beaucoup plus émue qu’elle ne voulait se l’avouer. La veille, à pareille heure, elle bavardait dans la cour de l’école d’infirmières avec ses camarades. Elles venaient de passer leur examen – le dernier – et se demandaient ce que leur réservait l’avenir. L’une voulait se spécialiser en chirurgie, l’autre en diététique, la troisième cherchait à faire des gardes à domicile. Tout cela semblait bien vague encore.
Commenter  J’apprécie          30
sld09   25 novembre 2017
Florence s'en va et revient de Suzanne Pairault
L'avion prit la piste, stoppa un instant, ronfla plus fort et s'élança pour enfin s'enlever dans le ciel. Bientôt on ne distingua plus qu'une petite tache claire qui s'effaça derrière les nuages. Debout derrière la vitre de l'aéroport, Florence poussa un grand soupir et se dirigea vers la sortie.Celui que l'avion emportait, c'était Gilles, le docteur Gilles Martin, dont elle avait fait connaissance alors qu'il préparait son internat à l'hôpital de Rouville où elle était infirmière. Presque aussitôt, une vive sympathie les avait attirés l'un vers l'autre. Et quand le médecin avait quitté Rouville pour Paris, leurs sentiments n'avaient pas changé.

Commenter  J’apprécie          20
Dranseb   19 juin 2020
Le malade autoritaire de Suzanne Pairault
- Que vas-tu faire, maintenant ? lui avait demandé Yvonne, sa soeur cadette, qui, elle, allait encore au lycée.

- Je ne sais pas, cela dépend de ce qu'on me proposera.

- Tu pourrais te spécialiser, devenir assistante d'un chriurgien ou d'un radiologue.

Emmeline secouait la tête. Tout cela ne l'intéressait pas. Ce qu'elle aimait, elle, c'était le contact avec les malades, les soins qu'on leur donnait tous les jours pour les ramener peu à peu à la santé.

C'était là, pensait-elle, le plus beau rôle pour une infirmière.



Page 8
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   24 février 2019
Catherine infirmière de Suzanne Pairault
Catherine serra la main d’une grande fille blonde et vigoureuse, à l’aspect sportif. Puis sa voisine de gauche se présenta à son tour. Elle s’appelait Bernadette ; elle était jolie, mais froide et un peu distante. On avait l’impression qu’elle ne devait pas se lier facilement.



La quatrième sourit de toutes ses dents, qu’elle avait magnifiques. C’était une jeune mulâtresse, à l’air intelligent et éveillé.



« Je m’appelle Nina. Inutile de vous dire que je suis originaire de la Martinique… »
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   02 février 2016
L'inconnu du caire de Suzanne Pairault
Un nouveau médicament, dis-tu ? Encore un de ces noms barbares, avec des lettres et des chiffres, pour mieux cacher les poisons qu’ils contiennent ! On les connaît, ces grands médecins ! Après avoir fait des expériences sur les animaux, ils en font sur les êtres humains. Je ne veux pas que tu serves de cobaye !
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   24 février 2019
Catherine infirmière de Suzanne Pairault
LA SURVEILLANTE n’avait d’abord vu que le jeune interne. Mais, dès qu’elle aperçut Catherine, ses sourcils se froncèrent, son visage prit une expression indignée.



« Qu’est-ce que cela signifie ? demanda-t-elle d’une voix sèche. Que faites-vous ici, mademoiselle ? C’est vous qui avez amené l’enfant ? »



Laurent répondit le premier :



« Mademoiselle est infirmière. Elle m’a fourni l’aiguille stérile dont j’avais besoin et m’a aidé à faire ma transfusion. »



Mme Pont se tourna vers Catherine.



«Lâchez cet enfant, ordonna-t-elle. Vous, Marcelle, posez-moi cette casserole, qui évidemment ne sert plus à rien, et accompagnez le docteur Thibaut. »
Commenter  J’apprécie          10
Cielvariable   24 février 2019
Catherine infirmière de Suzanne Pairault
La salle était plongée dans une demi-obscurité : la plupart des malades dormaient déjà. On apercevait deux rangées de lits que bossuaient des formes indistinctes. Seul, le premier d’entre eux, près de la porte, était éclairé par une lampe allumée au-dessus de la table de nuit.



Laurent s’approcha doucement. Sur l’oreiller reposait un visage enfantin entouré de cheveux blonds en désordre. Les joues étaient pâles et souillées de boue, les yeux fermés. Un énorme pansement enveloppait l’épaule droite.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   02 février 2016
L'inconnu du caire de Suzanne Pairault
Quand le cœur est en jeu, on n’est jamais trop prudent.
Commenter  J’apprécie          30
Cielvariable   23 février 2019
Salle des urgences de Suzanne Pairault
C'était vrai Florence revoyait l'arrivée de la noyée (inerte sur le brancard que portaient deux infirmiers. C'était une toute jeune femme à peine plus âgée qu'elle sans doute. Son visage était bleuâtre, presque noir; elle ne respirait plus, son cœur avait cessé de battre.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Suzanne Pairault (1928)Voir plus



.. ..