AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.54 /5 (sur 112 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Suresnes , le 27/02/1971
Biographie :

Sylvain Coher est un romancier français né en 1971 à Suresnes.
Sylvain Coher vit et écrit à Nantes et à Paris.

Premier roman aux éditions Joca Seria en 2002, "Hors saison", suivi par deux autres chez le même éditeur: "La Recette de Stein" en 2004 et "Facing" en 2005. En 2006 il signe un autre roman: "Fidéicommis", aux éditions Naïve.

Il est pensionnaire de l'Académie de France à Rome à la Villa Médicis en 2005-2006. À Rome, il rencontre le peintre new-yorkais Jérôme Lagarrigue et publie un premier texte lié à ses œuvres, "Pleine Face", dans la revue d'art et de littérature Éponyme. Il y rencontre également le compositeur Jérôme Combier, qui envisage alors un projet scénique et musical autour de Facing.

Depuis octobre 2006, Sylvain Coher est l’auteur associé du Théâtre de l'Arpenteur (Rennes) pour le projet "Frontière". Dans le cadre de cette collaboration, il a écrit un récit, "Les Effacés", paru en mars 2008 aux éditions Argol.

"Nord-nord-ouest" obtient le prix Ouest-France Étonnants voyageurs 2015.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Rencontre avec Alexandre Civico et Sylvain Coher
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (81) Voir plus Ajouter une citation
Fandol   04 octobre 2019
Vaincre à Rome de Sylvain Coher
Tout autour le claquement des semelles est si fort que le simple battement d'ailes de mes pieds nus me rend invisible.
Commenter  J’apprécie          230
carre   25 mars 2020
Nord-Nord-Ouest de Sylvain Coher
Un naufragé garde l'horreur des flots, même lorsqu'ils sont tranquilles.
Commenter  J’apprécie          230
Fandol   06 octobre 2019
Vaincre à Rome de Sylvain Coher
Les temps du marathon se font et se défont sur les vastes périodes d'ennui et d'apparente immobilité.
Commenter  J’apprécie          190
Fandol   05 octobre 2019
Vaincre à Rome de Sylvain Coher
J'ai toujours préféré courir pour ne pas trop voir et courir pour ne pas trop dire.
Commenter  J’apprécie          180
Fandol   07 octobre 2019
Vaincre à Rome de Sylvain Coher
C'est toujours le genou qui porte et le pied qui tire. Hanche, genou et cheville forment les trois axes qui articulent la course.
Commenter  J’apprécie          170
Cannetille   31 décembre 2019
Vaincre à Rome de Sylvain Coher
l faut avoir souvent perdu pour vouloir gagner à ce point, proteste la Petite Voix. La gagne est le fruit d’un échec, si obscur soit-il.
Commenter  J’apprécie          150
TerrainsVagues   25 août 2015
Nord-Nord-Ouest de Sylvain Coher
Du soleil, il ne resta bientôt qu'un nimbe plus clair se superposant aux gris du ciel. Rien de cuivré, rien de flamboyant. Une brume très fine montait de l'eau et restait suspendue quelques mètres au dessus du voilier, comme une vapeur de cuisson. Slangevar frayait sa route dans l'intervalle, en déchirant le voile brumeux de la pointe du mât.





Commenter  J’apprécie          140
Fandol   06 octobre 2019
Vaincre à Rome de Sylvain Coher
On a inventé la course pour permettre à ceux qui n'avaient aucune raison de courir de courir malgré tout.
Commenter  J’apprécie          150
Fandol   06 octobre 2019
Vaincre à Rome de Sylvain Coher
Papa (son entraîneur) m'a toujours dit qu'un marathon se préparait comme une course au trésor et je sais désormais où se trouve le trésor. Le trésor se trouve en moi, je le porte et le pousse du bout de mes pieds nus. Je le tire comme le cuir d'un ballon qui va droit au but.
Commenter  J’apprécie          140
TerrainsVagues   23 août 2015
Nord-Nord-Ouest de Sylvain Coher
Dogwatch, c'est ce quart de nuit où le corps flanche et réclame le sommeil. Il gagne à l'usure, libère un flot d'endorphines suffisant pour assommer un cheval. Le froid paralyse les muscles, les pensées décousues deviennent des rêves et débordent la réalité pour paître un peu plus loin. Le seul bruit audible est celui de la mer, il recouvre tous les autres. La cinquième ou la sixième vague vous réveille presque aussi vite que les précédentes vous avaient endormi. Dogwatch, La veille du chien est entrecoupée par les soubresauts nerveux du chanfrein, les oreilles restent en alerte pour décoder en permanence le morse complexe venu de l'univers en mouvement. Des ondes et rien de plus. L'eau profonde, le compas titubant dans sa bulle et les voiles assombries par le renflement des cernes.
Commenter  J’apprécie          122
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



.. ..