AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.66 /5 (sur 1141 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : La Seyne-sur-Mer , 1979
Biographie :

Sylvain Prudhomme est un écrivain français.

Il grandit à l’étranger (Niger, Burundi, Île Maurice) avant de venir étudier les Lettres à Paris. Après trois ans d’enseignement à l’université, il anime des ateliers d’écriture. Il est agrégé de lettres modernes.
Il part recueillir des contes dans le nord du Bénin (Contes du pays tammari, Karthala, 2003), participe à la création de la revue Geste. Il est également l’auteur de Les matinées d’Hercule (Serpent à Plumes, 2007), monologue romanesque sur le thème de l’homme qui dort et du voyage immobile et de Le Tanganyika Project (Léo Scheer, 2010).

"Là, avait dit Bahi" a reçu le prix Louis Guilloux 2012.

Il publie en 2014 "Les grands" qui a été élu "Révélation française de l'année 2014" par le magazine Lire.

Paru en 2016, "Légende" a été finaliste du Grand prix de l’Académie française. Ce roman a également reçu le prix François-Billetdoux de la Société civile des auteurs multimédia (SCAM) et le prix Révélation de la Société des Gens de Lettres.

Il collabore chaque mois, depuis 2015, à la chronique "Ecritures" du quotidien Libération
+ Voir plus
Source : http://www.leoscheer.com/
Ajouter des informations
Bibliographie de Sylvain Prudhomme   (16)Voir plus



étiquettes
Videos et interviews (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Avec Maylis de Kerangal (https://ohlesbeauxjours.fr/programme/les-invites/maylis-de-kerangal/) et Sylvain Prudhomme (https://ohlesbeauxjours.fr/programme/les-invites/sylvain-prudhomme/)Rencontre animée par Yann Nicol (https://ohlesbeauxjours.fr/programme/les-invites/yann-nicol/) Oh les beaux jours ! est un jeune festival et pourtant Maylis de Kerangal et Sylvain Prudhomme en sont déjà les compagnons fidèles. Outre le plaisir que nous avons à les réunir, ils ont en commun cette année d'avoir un temps délaissé le genre romanesque pour se glisser, avec brio, dans la peau d'auteurs de nouvelles. Dans Les Orages, Sylvain Prudhomme (prix Femina 2019 pour Sur les routes) explore en treize nouvelles le moment où un être vacille, où tout à coup il est nu. Comme toujours, son écriture précise, tout en délicatesse, donne chair à des personnages qui, cette fois, sont confrontés à des choix, à instants décisifs où leur vie peut basculer. Avec la maîtrise des grands novellistes, l'écrivain parvient à faire résonner ces courts récits, qui dialoguent subrepticement et révèlent avec douceur et éclat les éclaircies qui suivent inévitablement les orages. Et l'on est saisi par sa capacité à faire surgir les possibles de toute vie, à questionner déterminisme et libre-arbitre sans jamais porter de jugement sur les êtres, nous transportant sans effet d'une histoire à l'autre en équilibre sur le fil fragile des existences. Avec Canoës, Maylis de Kerangal a souhaité écrire un « roman en pièces détachés », avec une novella centrale, « Mustang », qu'entourent sept récits. Tous ont en commun de sonder la nature de la voix humaine, ses vibrations et ses mues, sa capacité d'adaptation aux tourments et aux bouleversement de nos vies mais aussi ce qu'elle trahit de nos histoires et de nos origines. Une jeune femme française, qui s'installe en famille dans le Colorado et s'y sent totalement dépaysée, surprend les changements d'inflexion de la voix de son mari quand il lui parle français, révélant son intégration. Un homme ne parvient pas à changer le message du répondeur où l'on entend la voix de sa femme, pourtant morte depuis plus de cinq ans ; un frère qui bégaie peine à féliciter sa soeur qui vient d'obtenir son bac… Habituée à ce qu'elle nomme elle-même des « livres machines », romans aux amples constructions faisant s'imbriquer des rouages multiples, l'écrivaine impressionne ici par la force de monologues écrits à la première personne, où elle confesse être allée chercher sa propre voix parmi celles de ses personnages. Deux recueils de nouvelles comme autant de constellations qui s'assemblent pour faire briller des voix singulières. — À lire Maylis de Kerangal, Canoës, Verticales, 2021. Sylvain Prudhomme, Les Orages, L'Arbalète/Gallimard, 2021. — Une rencontre animée par Yann Nicol et enregistrée en public le 18 juillet 2021 au Centre de la Vieille Charité, à Marseille, lors de la 5e édition du festival Oh les beaux jours !. (https://ohlesbeauxjours.fr/)  — Un podcast produit par Des livres comme des idées (http://deslivrescommedesidees.com/). Montage : Clément Lemari ey Voix : Benoît Paqueteau Musique : The Unreal Story of Lou Reed by Fred Nevché & French 79 (https://ohlesbeauxjours.fr/evenement/the-unreal-story-of-lou-reed-by-fred-neche-french79/) 2021 © Oh les beaux jours ! (https://ohlesbeauxjours.fr/).

+ Lire la suite
Podcasts (15) Voir tous


Citations et extraits (333) Voir plus Ajouter une citation
babounette   07 octobre 2018
Awa Beauté de Sylvain Prudhomme
Un grand rire qui lui monte à la gorge.

Un grand rire brusque qui éclate et sort de sa bouche en cascade sans qu'elle puisse rien.

Un rire à faire peur à tous ceux qui l'entendent.

Ce sont des larmes.

C'est un cri.

Je suis Awa

Je suis cette Awa là qui a failli un jour avoir un salon de coiffure et qui n'en aura jamais.

Page 44
Commenter  J’apprécie          510
Fandol   29 octobre 2020
Par les routes de Sylvain Prudhomme
Je leur dis que je les trouve admirables de m’avoir pris. Que pour moi c’est le critère suprême de l’hospitalité : être capable d’ouvrir sa portière au parfait inconnu. (page 37)
Commenter  J’apprécie          400
Cancie   11 septembre 2020
Par les routes de Sylvain Prudhomme
Enfant on rampe. On tombe. On sait le sol par les pieds et les mains. Intimement. Puis le sol s'éloigne. Être adulte c'est ne plus savoir tomber. C'est vivre dans un corps qui a perdu la mémoire du sol, qui ne sait plus vivre avec lui, qui en a peur.
Commenter  J’apprécie          390
Cancie   11 septembre 2020
Par les routes de Sylvain Prudhomme
Cette nuit-là Jeanne est revenue dormir chez moi. C'était la deuxième nuit que nous passions ensemble et ce fut bon. J'ai toujours préféré les deuxièmes fois. On se connaît. On a repensé à la première fois. On a eu le temps de couver de nouveaux désirs, de comprendre après coup des préférences de l'autre à peine soufflées. La deuxième fois c'est encore meilleur.
Commenter  J’apprécie          380
Cancie   03 novembre 2021
Les orages de Sylvain Prudhomme
Est-ce que c’est vrai ce qu’on dit : qu ‘avant d’apprendre à parler les enfants voient des choses que les adultes ne voient pas. Que les très petits enfants sentent. Qu’ils savent. Justement parce qu’ils ne parlent pas. Ne s’assourdissent pas encore les sens du même bavardage que les adultes.
Commenter  J’apprécie          370
Cancie   10 septembre 2020
Par les routes de Sylvain Prudhomme
Ce jour-là je suis resté tout l'après-midi chez lui. J'avais eu besoin autrefois de couper les ponts. Ce dimanche j'ai constaté que ce serait toujours là : ce courant. Cette immédiate intelligence entre nous. Cette intuition chacun des pensées de l'autre.
Commenter  J’apprécie          360
carre   25 juillet 2016
Légende de Sylvain Prudhomme
A mon âge, on se fiche de tout, on peut dire ce qu'on pense.

A tous les âges on peut, vous ne croyez pas ?

Oui, mais je vois que les jeunes sont beaucoup moins courageux que les vieux. Est-ce que c'est l'époque ? Est-ce que c'est la vieillesse ?
Commenter  J’apprécie          360
Fandol   28 octobre 2020
Par les routes de Sylvain Prudhomme
Il y a deux options face au destin : s’épuiser à lutter contre. Ou lui céder. L’accepter joyeusement, gravement, comme on plonge d’une falaise. Pour le meilleur et pour le pire. (page 19)
Commenter  J’apprécie          362
Cancie   27 août 2021
Les orages de Sylvain Prudhomme
J’ai bouffé la douleur de mon gosse jusqu’à m’en rendre malade, m’a dit Ehlmann l’unique fois où je l’ai vu, je l’ai bouffée sans même me rendre compte qu’elle entrait en moi, qu’elle m’envahissait, pénétrait à jamais chaque fibre de mon corps et de mes pensées, que je ne serais plus jamais le même.
Commenter  J’apprécie          350
Cancie   12 septembre 2020
Par les routes de Sylvain Prudhomme
Et alors est-ce qu'après tout la France ce n'est pas ça. Est-ce qu'aujourd'hui pour la plupart d'entre nous elle n'existe pas d'abord sous ce rapport : des forêts et des champs regardés par les vitres de nos voitures ou du TGV. Un bloc de vert et de brun entrevu par-delà une rambarde d'autoroute dont chacun de nous pouvait décrire, pour l'avoir longée mille fois, le renflement,le poli, les diaprures,les rivets.
Commenter  J’apprécie          340

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Complétez ces titres des romans de Dennis Lehane

"Un dernier verre avant ...

la fermeture'
de s'endormir'
la guerre'
le prochain'

8 questions
192 lecteurs ont répondu
Thème : Dennis LehaneCréer un quiz sur cet auteur