AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.81 /5 (sur 123 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Montréal , le 18/05/1963
Biographie :

Sylvain Trudel est un écrivain québécois.

Après des études de sciences et de cinéma, il se consacre entièrement à l'écriture à partir de 1985.

Son premier roman pour adultes, Le souffle de l'harmattan, publier en 1986, lui vaut le Prix Molson de l'Académie des lettres et le Prix Canada-Suisse, en plus d'être retenu en finale du Prix du Gouverneur général du Canada.

Suivent deux autres romans, Terre du roi Christian finaliste du Prix Arcades de l'université de Bologue en 1990 et Zara ou la mer noire. En 1994, il publie un recueil de nouvelles, Les prophètes, qui remporte le Prix Edgar-Lespérance.

Sylvain Trudel avait déjà écrit plusieurs nouvelles et trois romans pour adultes quand il a signé sa première œuvre jeunesse en 1995.

Publié dans la collection Premier Roman, "Le monsieur qui se prenait pour l'hiver" connaît un succès immédiat. Sylvain Trudel venait d'implanter son style dans le monde de la littérature jeunesse.

+ Voir plus
Source : felix.cyberscol.qc.ca
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Christian Guay-Poliquin, Julia Le?veille? Trudel, Yannick Legault racontent leurs vision de l'hiver et du Nord québécois à travers leurs travaux et leurs ?uvres.
Podcast (1)

Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
Sachenka   30 octobre 2018
La mer de la tranquillité de Sylvain Trudel
- Je comprends pas.

- Pas grave. De toute façon, personne ne sait rien de rien, mais il faut toujours envisager le pire, parce que, le pire, , c'est le propre de l'homme.
Commenter  J’apprécie          332
Sachenka   17 septembre 2015
Du mercure sous la langue de Sylvain Trudel
Je me rappelle avoir entendu un jour mon grand-père Baillargeon affirmer qu'il n'y a pas trente-six misères, seulement deux : la jeunesse et la vieillesse. On vit ou on meurt, c'est tout, ce sont là les seules vraies misères du monde, qu'il disait.
Commenter  J’apprécie          260
Sachenka   03 novembre 2018
La mer de la tranquillité de Sylvain Trudel
Ce soir-là, avant de nous quitter, mon parrain m'entraîna de nouveau dans ma chambre pour m'offrir son présent seul à seul, d'homme à homme. J'avais déjà reçu une bible, une montre, un dictionnaire... C'est alors que mon oncle Bernard fit un tour de passe-passe et sortit des pans de son veston un magazine pornographique qu'il posa sur mon oreiller.

«Oublie un peu la catéchèse et étudie les sciences naturelles.»
Commenter  J’apprécie          140
mathieupl   01 décembre 2010
Du mercure sous la langue de Sylvain Trudel
L’idée qu’il n’y a peut-être rien après la mort est la seule qui pour moi ressemble à un espoir.
Commenter  J’apprécie          140
mathieupl   01 décembre 2010
Du mercure sous la langue de Sylvain Trudel
Moi si j'avais eu la chance de vivre, j'aurais fait de grands voyages pour visiter toutes ces églises extraordinaires qui ne disent absolument rien sur Dieu, mais tout sur les hommes, ce qui est autrement plus renversant.
Commenter  J’apprécie          130
Sachenka   04 novembre 2018
La mer de la tranquillité de Sylvain Trudel
«Judas a osé vendre Jésus pour trente deniers. C'est scandaleux! Le Christ valait plus que ça. Moi, j'en aurais demandé cent pièces d'argent.»
Commenter  J’apprécie          110
Azarielle   24 septembre 2014
Le Souffle de l'Harmattan de Sylvain Trudel
Les enfants, on est connus pour ça, on a des pouvoirs. Par exemple dans mon assiette, un brocoli c'est un orme, les patates pilées font un château et la sauce c'est l'eau des fossés, et les haricots dans la sauce sont les crocodiles qui font peur aux ennemis. Dans le château, il y a un radis qui règne sur le royaume, et une tour qui emprisonne une petite carotte marinée avec laquelle je suis en amour. Moi je suis juste et je veux tuer le radis parce qu'il a beaucoup d'écus et que les paysans ont faim. Alors, je le bombarde avec les petits pois et une cuillère-catapulte. Quand ça ne suffit pas, je prends la poivrière et je la fais neiger sur le château. Ensuite, je fais tomber la fourchette-grille, je mange un crocodile en passant, puis je tue le radis qui éternue. Je monte alors dans la tour pour délivrer la carotte marinée que j'aime plus que tout au monde. Comme je ne suis pas hypocrite, je bouffe le château, les ormes, les crocodiles. Je ne veux rien laisser dans mon assiette, aucune trace du vieux royaume, pour ne pas que les paysans souffrent. Ils ont déjà bien assez d'une mémoire. Après le souper, je replonge la carotte marinée dans son pot parce que j'aime bien la sauver à chaque repas. Ma mère elle a jamais aimé ça me voir jouer dans mon assiette, et un jour j'ai eu des reproches parce qu'elle n'avait pas les yeux assez perçants pour voir mon royaume. Il faut comprendre que quand on accumule les années tout devient de plus en plus vrai, tellement vrai que bientôt l'invisible n'a plus place et que les royaumes s'effondrent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
claraetlesmots   25 février 2010
Du mercure sous la langue de Sylvain Trudel
En tout cas devant moi, qui soient-ils, les gens prennent leur air coupable de lendemain de péché, vu qu’à leurs yeux je suis une innocente victime et qu’ils ont la générosité d’être santé, mais ça cloche toujours un peu (…)
Commenter  J’apprécie          90
maylibel   23 septembre 2014
Du mercure sous la langue de Sylvain Trudel
Je suis rassuré : je vais me voir partir. Ça m’aurait déprimé de me manquer, de disparaître subitement sans m’apercevoir moi-même une dernière fois, pas pour me dire merci ni des niaiseries comme ça, mais juste pour me prendre par la main une dernière fois, pour m’aider à franchir le seuil de la nuit sans fin. (p. 21)
Commenter  J’apprécie          80
belledeschamps   01 mars 2008
Du mercure sous la langue de Sylvain Trudel
"On meurt comme on s'exile, rêvant de paix et de richesses, mais le cœur gros de son pays natal".
Commenter  J’apprécie          90
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
157 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur cet auteur