AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.18 /5 (sur 14 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 17/07/1958
Biographie :

Après avoir fait des études de pharmacie à Dijon, Sylvie Krier exerce dans l’Yonne puis dans le Loiret.

"Un cheval dans la tête" (2019) est son premier roman.

Elle vit aujourd’hui dans le sud de la France, près d’Avignon.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (7) Ajouter une citation
hcdahlem   04 octobre 2019
Un cheval dans la tête de Sylvie Krier
Plus de fuel. Plus de nourriture pour nous. Guère plus pour les chevaux. Plus de grain. J’ai tué mes dernières juments de réforme. L’abattoir me paiera peut-être quelques arriérés. À condition que la viande ne soit pas saisie. La semaine dernière, j’ai volé, avec l’aide de Chayton, des sacs d’orge dans une coopérative agricole. p. 63
Commenter  J’apprécie          50
hcdahlem   04 octobre 2019
Un cheval dans la tête de Sylvie Krier
Quand j’essaye de démarrer, le pick-up toussote puis cale. La batterie a dû prendre un coup de froid. Je lève le capot, plonge la tête dans le moteur bien que je n’y connaisse pas grand-chose. J’entends un bruit au loin.

— Il y a un gars là-bas, me fait remarquer Chayton.

À cinquante mètres, j’aperçois un type habillé en noir, qui se dandine dans la neige.

— Va chercher le tracteur et les câbles.

Le type progresse lentement, accoutré d’un attirail vestimentaire de citadin. Parvenu à vingt mètres de moi, il agite un papier dans ma direction. La chienne sort de l’écurie, couverte de paille. Elle commence à grogner. Le type s’arrête.

— Monsieur Eltimore ?

Comme je ne réponds pas, il ajoute.

— Cabinet d’huissiers Matt et Komb. J’ai ici une saisie pour la société Herbagrain.

Je lève sur lui un regard mauvais. Il a un petit sursaut. La chienne est venue s’appuyer contre ma jambe. Elle émet un jappement rauque tandis que je la caresse doucement pour la calmer. Je remets le nez dans le moteur. D’un geste nerveux, j’attrape la jauge à huile. Le type sort un stylo de la poche intérieure de son pardessus.

— Vous pouvez me signer ce document s’il vous plaît ?

— Dégagez !

— Pardon ?

— Dégagez ! C’est clair ? Vous ne voyez pas que je travaille ?

Je claque le capot de toutes mes forces et grimpe dans l’habitacle. Le type hésite un instant puis fait demi-tour. Je le regarde s’éloigner en levant les genoux comme un petit soldat. La neige mouillée laisse des grosses traces sombres sur le bas de son pantalon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hcdahlem   04 octobre 2019
Un cheval dans la tête de Sylvie Krier
INCIPIT

JACK

* La neige abolit tout. Une naissance imminente.

Il avait neigé toute la nuit. Je suis sorti réparer la clôture électrique du parc des juments. J’avais repoussé ce travail tant que j’avais pu, mais maintenant, c’était devenu une priorité. Courir après le troupeau un petit matin de printemps, passe encore, mais l’hiver dans le brouillard ou la nuit, non.

Il est tombé au moins vingt centimètres de neige. Elle recouvre le tas de ferrailles rouillées du hangar récupéré il y a des lustres, que je n’ai pas eu le temps de monter, les galets destinés à empierrer le chemin, et même la vieille carcasse de tracteur échouée en contrebas. La neige a gommé les ornières, les traces de véhicules. Autour de ma cabane, il n’y a plus rien. Bizarrement, j’ai l’impression qu’aujourd’hui tout est beaucoup plus simple.

Avec la brouette, quelques outils, un sac de pain, je me dirige vers le pré en coupant par le petit bois. Le parc est devenu une étendue immaculée, bordée d’arbres enneigés, qui restitue la lueur pâle d’un soleil d’hiver. Les traces d’un chevreuil, celles d’un sanglier aussi, à en juger comme le bas-côté a été retourné. Au printemps dernier, la clôture a été arrachée par des chasseurs. J’ai plusieurs fois porté plainte auprès de la compagnie de chasse, sans résultat. Avec la masse, j’essaye d’enfoncer les pieux d’acacia qui rentrent difficilement dans la terre froide. J’attrape un morceau de ruban électrique, je le fixe avec deux attaches, je tends de toutes mes forces. Mon épaule droite m’arrache une grimace.

J’élève des chevaux. Un métier qui suscite de la méfiance, dont personne ne comprend la finalité car il rapporte peu. Je ne possède aucun bien. Hector, mon voisin, résume facilement la situation lorsqu’il a bu, ou que son tracteur tombe en panne (deux cas de figure assez fréquents). Il m’interpelle depuis son champ :

— Tu peux m’dire à quoiqu’ça sert ces bêtes-là ?

Je ne revendique aucun de ces tampons officiels qui attribuent une place précise dans la société et font que l’on est considéré avec respect pour la seule raison que l’on sait précisément à qui on a affaire. Je m’en fous. Mon copain Chayton m’assure que c’est le début de la liberté. Franchement, ça me plaît quand il dit ça. Souvent, je me répète ses paroles, parce que, en général, les événements tendent à prouver que je ne suis pas toujours engagé sur la bonne voie.

Je me suis installé dans cette région il y a vingt ans sans rien y connaître. Mon oncle Joseph, menuisier, m’avait aidé à construire mon logement, une habitation en bois au-dessus d’une petite écurie. Oncle Joseph était à la retraite à l’époque. On avait passé six mois à bâtir le tout. Malgré quelques imperfections évidentes, qu’oncle Joseph niait obstinément, j’étais satisfait. Quand je regarde la charpente, les fenêtres qui ferment encore impeccablement, je pense à lui. Je trouve qu’on avait fait du bon boulot. J’exploite quelques hectares d’une terre pourrie de cailloux. Des tonnes de silex qui remontent comme par magie, et réapparaissent, même lorsqu’on les retire régulièrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Mary45   26 octobre 2019
Un cheval dans la tête de Sylvie Krier
J’ai tout de suite vu les choses arriver lorsque le type des Haras nationaux, culotte de cheval à l’ancienne, bottes rutilantes, a commencé à s’agiter en se mettant en tête d’attraper seul l’étalon pour poser la puce électronique. Il s’énervait parce qu’on n’avait pas fini. Le jour déclinait sensiblement. Il avait encore deux cent kilomètres à faire pour rentrer chez lui. Il a essayé de passer le licol à l’étalon. Celui-ci, d’un violent coup de tête, s’est dégagé pour partir au triple galop, en lui brûlant la main au passage parce qu’il n’a pas eu le réflexe (ce que n’importe quel apprenti sait dès le départ) : lâcher la longe immédiatement. L’étalon s’est dirigé droit vers l’enclos des petits mâles de deux ans en hennissant pendant que le type gémissait en soufflant sur ses doigts. Les chevaux ont commencé à se renifler, à gonfler leur encolure, à se cabrer, pour finir par se battre. Sous la pression du troupeau devenu insensible à l’électricité, la clôture a cédé. S’en est suivi un bruit effroyable. Des coups de pied, des morsures, des rugissements. Chayton et moi, on s’est retrouvés chacun avec un tuyau d’arrosage à la main, à taper comme des sourds, pour tenter de séparer les animaux. On a renvoyé avec peine les 2 ans dans l’enclos et on a réussi à isoler l’étalon. Il avait une sale tête, un bout de crinière arrachée, couvert de morsures qui gonflaient en hématomes à vue d’œil, une bonne plaie au poitrail. Fallait recoudre. Tétanos. Lorsqu’on recoud à chaud, tout se passe beaucoup mieux. Pas besoin d’anesthésie, la cicatrisation est bien meilleure. Chayton a compris. Ses yeux brillent : il sait qu’on va opérer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
hcdahlem   04 octobre 2019
Un cheval dans la tête de Sylvie Krier
Une quinzaine d’années auparavant, lors d’une fête western estivale, dans un bled perdu, j’avais amené deux Appaloosas, des bêtes un peu lourdes, sans grâce, qui avaient sur leur robe des taches semblables à des coups de pinceau, des éclaboussures. À cette époque, on voyait rarement de tels chevaux en France. Chayton exécutait une danse de la pluie devant quelques spectateurs. Il portait une coiffe en véritables plumes d’aigle qui descendait jusqu’à terre. En le regardant, j’avais pensé que ce type-là avait incontestablement quelque chose d’indien en lui.

Il avait pris l’habitude de venir m’aider lorsqu’il était libre. Je lui avais donné un petit mâle Appaloosa, en échange de son travail. Il curait, manipulait les poulains, m’aidait aux vaccinations, aux sevrages, aux débourrages. Pour gagner sa vie, Chayton travaillait en banlieue parisienne dans une société de mécanique de précision dans laquelle il avait été embauché, en raison de sa vue perçante. Il est capable de repérer une buse dans un arbre à trois cents mètres. L’intégration au sein de son univers de travail avait été compliquée, mais maintenant, c’était une chose acquise, d’après lui. Plus personne ne s’étonnait de le voir perché, immobile face au vide, sur la corniche de la tour dans laquelle il travaillait. Il avait fini par arrêter de chasser les animaux domestiques. Il adorait les dépecer. Il refuse obstinément de parler de cette époque. Je ne cherche pas à en savoir plus. Je suis simplement satisfait que la chatte qui rôde dans l’écurie et me débarrasse des rongeurs n’ait plus rien à craindre et que la chienne puisse garder les lieux sereinement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Mary45   26 octobre 2019
Un cheval dans la tête de Sylvie Krier
L’horizon cotonneux se fond dans la neige. Attiré par le bruit, le troupeau apparaît en haut du pré, les silhouettes se dessinent nettement. Ensemble, les juments s’immobilisent, encolures tendues, oreilles dressées. Leurs naseaux crachent des petits jets de vapeur. Elles descendent tranquillement le vallon dans ma direction, la baie en tête. Puis elles partent au petit trot, enfin au galop. Je reste immobile, à écouter le bruit feutré des sabots sur la neige. Fracas lointain qui gronde en approchant. Je pourrais rester dix ans comme ça, à les regarder galoper, la queue en panache, dans des gerbes de neige. Je me dis que ce simple spectacle suffit à mon bonheur. Elles stoppent à quelques mètres de moi. Je leur jette un peu de pain sec. Je m’approche. Je tâte leur dos pour voir si, à travers le poil d’hiver, elles n’ont pas trop perdu d’état. Malgré la température qui dégringole, elles ont l’air en pleine forme. J’observe les pis. Je passe mes doigts engourdis sur les mamelles. La noire ne va pas tarder à pouliner. Il faudra amener du foin, de la paille avec le pick-up, de l’eau chaude pour dégeler les abreuvoirs. Je traîne encore un peu puis je me décide à rentrer pour me faire un café. Devant l’écurie, mon regard glisse au fond de la vallée. Simplement. Facilement. La neige et rien d’autre. Je ne me suis pas senti aussi bien depuis un bon moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
hcdahlem   04 octobre 2019
Un cheval dans la tête de Sylvie Krier
J’élève des chevaux. Un métier qui suscite de la méfiance, dont personne ne comprend la finalité car il rapporte peu. Je ne possède aucun bien. Hector, mon voisin, résume facilement la situation lorsqu’il a bu, ou que son tracteur tombe en panne (deux cas de figure assez fréquents). Il m’interpelle depuis son champ :

– Tu peux m’dire à quoiqu’ça sert ces bêtes-là ? p. 10
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
292 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur cet auteur