AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.34 /5 (sur 73 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Los Angeles , 1957
Biographie :

Né en 1957 à Los Angeles, T. Jefferson Parker n'a jamais quitté le sud de la Californie. Après trois ans d'études supérieures à l'université de Californie, il se lance dans l'écriture. Reporter pour l'hebdomadaire Newport Ensign, où il couvre les faits divers et la vie culturelle, il travaille ensuite pour le quotidien Daily Pilot. Ces années d'apprentissage lui fourniront la matière de ses futurs romans. Ecrit pendant ses heures de loisirs, Un été d'enfer lui vaut d'être remarqué d'emblée par la critique, qui couvrira d'éloges les livres qui suivront : ceux-ci figureront tous sur les listes américaines de best-sellers. Récompensé de l'Edgar Award, Seul dans la nuit s'est vu en outre attribuer le prix du meilleur roman policier décerné par le prestigieux Los Angeles Times.

Source : http://www.pressesdelacite.com
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
koalas   25 novembre 2016
California Girl de T. Jefferson Parker
- Est-ce que vous m'autorisez à rester un moment assis ici à les lire ?

- Mais oui. Vous voulez du café, du thé, du hasch ?

- Du café, ça ira.

- C'est de l'afghan, du noir, du bon. Fourni par la fraternité.

- J'en ai fumé une fois, résultat, je n'arrivais même plus à taper à la machine, dit Andy.

- C'est étudié pour. J'ai des amphètes pour vous sortir du potage.

- Non, merci. Tout ce que je veux, c'est lire ces lettres.

- Eh bien, lisez-les.
Commenter  J’apprécie          260
koalas   24 novembre 2016
California Girl de T. Jefferson Parker
L'épisode de Twilight Zone, c'est celui où arrive la fin du monde et où un type se retrouve dans la bibliothèque avec tous ces bouquins et où il nique ses lunettes.

- C'est un bon épisode , fit Nick

- Ouais, approuva Karl Vonn.
Commenter  J’apprécie          200
manU17   20 novembre 2016
Pacific Tempo de T. Jefferson Parker
Ici, ce qui compte, c'est le Pacifique. A longue échéance, la terre et les gens qu'elle porte ne dépendent que de ça. A brève échéance, beaucoup de choses peuvent arriver.

Les Franciscains ont mené les Indiens à la ruine, les Mexicains ont virés les espagnols, les Américains blancs ont foutu les Mexicains à la porte et baptisé la ville Newport Beach.
Commenter  J’apprécie          120
Myrinna   08 mai 2010
L'Eté de la peur de T. Jefferson Parker
Elle me dévisagea. Elle avait toujours eu le chic pour prendre un air absent, une capacité à s'en aller en laissant son corps derrière elle, même quand elle faisait l'amour.
Commenter  J’apprécie          60
Marylou26   24 juin 2018
La mue du serpent de T. Jefferson Parker
Voilà, en quelques mots, pourquoi je fais le métier que je fais. Parce que ces monstres dévoreurs d’innocence rôdent partout autour de nous, qu’ils ont toujours sévi. Parce que, chaque fois qu’il en tombe un, un autre surgit, qui prend aussitôt sa place. Parce que le prix de la liberté est une vigilance constante. Parce que, d’une certaine façon, nous avons oublié ce qu’est la vigilance ou que nous avons toujours ignoré ce que c’était. Chacun de nous a un petit ruisseau qui coule en lui, qui n’arrête jamais de couler. C’est le ruisseau du mal. Nous en sommes parfaitement conscients, c’est pourquoi nous le contraignons à se jeter dans la grande rivière intérieure du bien. Mais quand le bien commence à s’assécher et qu’il est insuffisant pour diluer le ruisseau, alors ce dernier commence à prendre volume et forme, devient impossible à maîtriser et finit par ravager une vie, puis une autre, puis une autre encore. Et se sont toujours les innocents qui sont les plus faciles à entraîner. Ce sont toujours les innocents qui debout sur la berge regardent, curieux, naïfs et parfois même un rien téméraires. Ils ont besoin auprès d’eux de quelqu’un qui connaît le mal, de quelqu’un qui est capable d’en pressentir la survenue. De quelqu’un comme moi, en somme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
emi13   16 février 2013
Feu rouge de T. Jefferson Parker
Ce que je fais là , c'est pour toi ,Mike
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaoui   13 août 2013
Les Chiens du désert de T. Jefferson Parker
Le monde de la drogue ne manquait pas d’allégeances secrètes – certaines très anciennes, d’autres plus récentes, telle que ’arrivée soudaine et dramatique de Draper et de Laws comme nouveaux passeurs de fonds d’Herredia. C’était un monde de flux. Les accords changeaient. Les amis devenaient des ennemis. Les vivants des morts. Les rapports de pouvoir des cartels étaient aussi compliqués que ceux du Vatican.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   13 août 2019
La mue du serpent de T. Jefferson Parker
Encore un truc qu’on apprend rapidement, en ce qui concerne les malades en général et les pédophiles en particulier : ils ont toujours des excuses, une explication rationnelle. Ce sont de grands raisonneurs et, à un certain niveau, ils arrivent à croire à leurs propres arguments. À un autre niveau, la plupart d’entre eux sont conscients que leurs actes sont honteux et répugnants. Mais ce n’est jamais leur faute : ils échafaudent des théories pour justifier et expliquer leur comportement, et ainsi ils font l’économie de la honte. Celle-ci glisse le long de ces échafaudages comme la pluie sur les plumes d’un canard. Le gars, lui, reste toujours au sec. Ils ont toujours une bonne raison.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   13 août 2013
Les Chiens du désert de T. Jefferson Parker
Le visage de l’amour, ça existe. Tout comme celui de la peur, de la jalousie, de la surprise et de tout autre sentiment sous le soleil. Le visage de ce jeune, c’est celui de la joie.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   13 août 2019
La mue du serpent de T. Jefferson Parker
Je vis dans le monde des adultes, hommes et femmes, parce que je n’ai pas le choix. Mais mes yeux voient ce que voient les petits ; j’entends ce qu’ils entendent. Les enfants qui sont laissés pour compte, abandonnés, blessés, exploités, haïs, utilisés, tous ceux-là, je m’en occupe. Ils forment une société secrète et je suis leur ambassadeur. Leurs amis sont mes amis ; leurs ennemis, mes ennemis. Leurs rêves sont miens. Nous ne formons qu’un.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Qui se cache derrière Népomucène ? 🕶 👀

Népomucène.....

...et la vieille dame
...et un vieux drame
....et l'arbre à came

12 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar enquête , héros récurrent , pseudo , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur