AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.36/5 (sur 78 notes)

Nationalité : Finlande
Biographie :

Taina Tervonen est documentariste et journaliste indépendante pour la presse finlandaise et française depuis 1999.

Elle travaille sur les nouvelles formes de parentalité et les questions LGBT, pour "Têtu", ainsi que sur l’immigration et les rapports Nord-Sud pour le mensuel finlandais "Maailman Kuvalehti". De 1999 à 2009, elle a écrit sur la littérature africaine pour la revue "Africultures".

De 2007 à 2012, elle couvre l’actualité de l’Union européenne pour "Vihreä Lanka", hebdomadaire finlandais. S’ajoutent à cela des collaborations ponctuelles sur des sujets de société et culturels, pour divers titres français et finlandais.

En 2009-2010, elle a suivi le mouvement de grève des travailleurs sans-papiers avec Zabou Carrière. Ce travail commun a été publié en Finlande dans le livre "Ihmisarvoinen työ" (2010).

Elle est aussi auteure de "Fils de… Trente portraits de fils et de filles de parents homosexuels" (Trans Photographic Press, 2011), avec les photographies de Zabou Carrière, et de "Face à la vie. Un an à Garches" (OtraVista, 2013), sur un service d’oncologie pédiatrique avec les photographies de Baptiste Lignel.

En 2013, elle a réalisé "Alberomio, mon arbre", un webdocumentaire produit par Let’s Pix et diffusé par Mediapart.

Son travail a été récompensé par le prix Louise-Weiss du journalisme européen et le prix international True Story Award.
+ Voir plus
Source : desmotsdesphotos.wordpress.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Taina Tervonen   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

À l'occasion de la 33ème édition du festival "Étonnants Voyageurs" à Saint-Malo, Taina Tervonen vous présente son ouvrage "Les otages : contre-histoire d'un butin colonial" aux éditions Marchialy. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2642847/taina-tervonen-les-otages-contre-histoire-d-un-butin-colonial Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat

+ Lire la suite

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Cette année-là, Faidherbe crée, d'abord à titre d'essai,
" l'école des otages ".Le nom a le mérite d'être très clair quant au projet de l'établissement : il accueille des fils de chefs soumis au pouvoir colonial, désignés par le gouverneur et envoyés là pour recevoir une éducation française. Ils deviendront ensuite interprètes au service de l'administration coloniale, des intermédiaires entre les deux mondes, coupés du premier sans pour autant avoir pleinement leur place dans le second.L'école institutionnalise une pratique déjà existante de kidnapping de fils de chefs, pour tenir en respect leurs parents.
( p.41)
Commenter  J’apprécie          120
" Ils veulent seulement les objets , pas les gens"

Saint-Louis, Sénégal, avec le bijoutier Maktar Niang

(Exposition internationale des arts décoratifs-1925)---

L'oncle était allé là-bas, dit-il.A l'époque, c'était comme ça. Ils faisaient venir les gens pour montrer ce qu'ils savaient faire. Maintenant, ils veulent seulement les objets, pas les gens.Les Européens veulent pouvoir venir ici, mais ils n'acceptent pas l'inverse. Ils ont tellement peur qu'on reste.

( p.33)
Commenter  J’apprécie          80
Toute différence est un enrichissement, répète-t-il. Alors, reléguer des personnes à l’état de moins que rien, ce n’est pas juste. Nier l’intelligence d’autrui au point de le rabaisser au rang de moins que rien, c’est scandaleux. Cela pousse à des extrémités, comme la ségrégation raciale aux États-Unis, l’apartheid en Afrique du Sud, ou Hitler en Europe. La planète Terre nous est commune, alors il faut vivre en harmonie. On ne peut pas avoir les mêmes goûts, mais l’autre aussi a droit à l’existence. Personne ne peut vivre isolé.
Commenter  J’apprécie          20
Et quand j'entends quelqu'un comme Sarkozy dire à Dakar que l'homme africain n'est pas entré dans l'histoire, je préfère mettre cela sur le compte de l'ignorance. Il l'a oublié, ou alors il l'ignore: dix mille ans avant Jésus-Christ, il y avait en Egypte le foyer de toutes les sciences, et l'Égypte, c'est en Afrique. Un dicton peul dit: "Quand tu sais que tu ne sais pas, tu sauras, mais quand tu ne sais pas que tu ne sais pas, tu ne sauras jamais."
Commenter  J’apprécie          60
Même dans la mémoire des Français, poursuit le vieil homme, l’homme noir n’a jamais été considéré comme un être humain. C’était une bête de somme. On disait même que la science était inaccessible à l’homme noir. C’est bizarre quand même… C’est vraiment bizarre. Alors que, par leur anatomie, par leur physiologie, tous les êtres humains sont composés des mêmes éléments ! Et pourtant, certains pensent qu’ils ont le droit d’être supérieur aux autres .
Commenter  J’apprécie          10
La colonisation est une histoire que nous avons vécu ensemble, les Blancs et les Noirs. Sauf qu’on en parle jamais comme d’une histoire commune, ni ici ni là-bas. Et comme toutes les choses du passé dont on ne parle pas, elle finit par créer des problèmes ailleurs, par resurgir, là où on ne l’attend pas. Dans ce cas, il est parfois utile de regarder derrière soi .
Commenter  J’apprécie          10
Je pense aux contrats signés par Édouard Philippe. Évidemment, l'objet de sa visite à Dakar n'était ni le sabre ni l'histoire d'El Hadj Oumar Tall, mais la vente de missiles et de trois patrouilleurs hauturiers OPV 58, une affaire de centaines de millions d'euros. Comme si le sabre, dans cette histoire, n'était qu'une relique troquée contre de l'influence, à l'instar des verreries et autres pacotilles du temps colonial. Comme si les rôles étaient répartis depuis si longtemps qu'il était devenu impossible de les repenser.
Commenter  J’apprécie          20
J'écoute Ndiabou Séga Touré et je pense à cette contradiction que je connais moi aussi: la langue de l'ancien colon est toujours celle dans laquelle on enseigne, c'est toujours la langue du savoir et de l'administration, la langue dans laquelle j'ai appris l'histoire des résistants à la colonisation, ceux-là mêmes qui luttaient contre l'imposition de cette langue et de la culture qui va avec.

( p.42)
Commenter  J’apprécie          20
"Tu as de la chance de vivre dans un pays normal, un pays sans guerre. Parce que la guerre, elle nous a tous changés. Tous. D'une manière ou d'une autre. Après la guerre, c'était encore la guerre pour retrouver une vie normale, une vie quotidienne."

De retour dans mon quotidien, en banlieue parisienne, entre les trajets en métro, les devoirs des enfants, les dîners à préparer, les articles à rendre, les fins de mois parfois compliquées, la garde alternée pas toujours simple, les mots de la mère de Senem me sont souvent revenus. C'était la première fois que cette pensée m'était ainsi exprimée, l'idée que d'avoir échappé à la guerre est non pas un état normal des choses, mais bien un privilège, une chance, comme l'est celle, dans un pays d'après-guerre, de retrouver son proche disparu et de pouvoir l'enterrer. Oui, j'ai de la chance.
Commenter  J’apprécie          10
Mais peu importe mon histoire, je suis blanche, et le khalife comme moi savons que la couleur colle à la peau et au regard. La mienne m'assigne une place dans l'histoire et il me faudra faire avec. Alors, je me lance.
«La colonisation est une histoire que nous avons vécue ensemble, les Blancs et les Noirs. Sauf qu'on n'en parle jamais comme d'une histoire commune, ni ici ni là-bas. Et comme toutes les choses du passé dont on ne parle pas, elle finit par créer des problèmes ailleurs, par ressurgir là où on ne l'attend pas. Dans ce cas, il est parfois utile de regarder derrière soi.»
Le khalife esquisse un sourire derrière sa barbe blanche.
Il comprend le français, mais attend la traduction en pulaar, c'est ainsi que ça se passera, dans sa langue, et pas dans la langue du colonisateur dont le
fantôme hante nos échanges.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Taina Tervonen (101)Voir plus

¤¤

{* *}