AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.99 /5 (sur 329 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Port Jefferson , 1967
Biographie :

Ted Chiang est un auteur américain de science-fiction d'origine chinoise.

Diplômé d'Informatique de la Brown Université de Providence (Rhode Island), il a suivi un stage à l'atelier d'écriture Clarion.

Peu prolifique, Chiang n'a publié entre 1990 et 2015 que quinze nouvelles, dont les huit premières sont au sommaire de "Stories Of Your Life and Others", traduit en français sous le titre "La Tour de Babylone".

Il a déjà remporté un grand nombre de prix littéraires : "La Tour de Babylone" (Tower of Babylon, 1990), la première nouvelle publiée par l'auteur, a reçu un prix Nebula; "L'histoire de ta vie" (Story of Your Life, 1998) a été récompensée par un autre Nebula et le prix Theodore Sturgeon; "Soixante-douze lettres" (Seventy-Two Letters, 2000) a eu les honneurs du prix Sidewise; "L'enfer, quand Dieu n'est pas présent" (Hell Is the Absence of God, 2001) a reçu les prix Hugo, Nebula et Locus; "Le Marchand et la porte de l'alchimiste" (The Merchant and the Alchemist's Gate, 2007) a reçu les prix Hugo et Nebula; "Exhalaison" (2008) a reçu les prix Hugo et Locus.

Le film américain "Premier Contact" (Arrival, 2016) est adapté d'une nouvelle de Ted Chiang, "L'Histoire de ta vie (Story of Your Life)". Réalisé par Denis Villeneuve, avec Amy Adams, Jeremy Renner et Forest Whitaker, il est nominé aux Oscars 2017.

Un second recueil devrait sortir en 2018 aux États-Unis et en France : Second collection (titre provisoire)

Ted Chiang vit aujourd'hui à Bellevue, Washington, près de Seattle et travaille comme rédacteur technique dans l'industrie informatique.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Ted Chiang   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Ce qu'on attend de nous, une nouvelle extraite d'Expiration lue par Pascal Godbillon. L'ouvrage tant attendu de Ted Chiang paraîtra le 2 septembre chez Denoël. © 2019 by Ted Chiang


Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
Christophe_bj   26 novembre 2020
Expiration de Ted Chiang
 Il y a quatre choses qui ne reviennent jamais : la parole exprimée, la flèche lancée, la vie vécue et l’occasion manquée.
Commenter  J’apprécie          202
BazaR   04 octobre 2020
La tour de Babylone de Ted Chiang
— Langdale, récitez-moi la doctrine des noms.

— Toute chose étant un reflet de Dieu, heu, tous...

— Épargnez-nous vos balbutiements, Langdale. Thorburn ?

— Toute chose étant un reflet de Dieu, tous les noms sont des reflets du nom divin.

— Et quel est le vrai nom d'un objet ?

— Celui qui est le reflet du nom divin de la même manière que l'objet est le reflet de Dieu.

— Quelles sont les propriétés d'un vrai nom ?

— Il apporte à l'objet qui le porte un reflet de la puissance divine.

("Soixante-douze lettres")
Commenter  J’apprécie          180
BazaR   20 septembre 2020
La tour de Babylone de Ted Chiang
J'ai désigné un objet qui pouvait être un siège heptapode. "Qu'est-ce que c'est ?"

L'extraterrestre a marqué une pause, puis il a indiqué la "chaise" et produit un son dont le sonagramme différait nettement de ceux des sons qu'il avait émis un peu plus tôt : [friselis3]. De nouveau, j'ai désigné la "chaise" et repassé [friselis3].

Il a répondu ; selon le sonagramme, il pouvait s'agir de [friselis3friselis2]. Interprétation optimiste : il confirmait mes énoncés, ce qui impliquait une compatibilité entre les schémas discursifs heptapode et humain. Interprétation pessimiste : il souffrait d'une toux persistante.

("L'histoire de ta vie")
Commenter  J’apprécie          160
Erik35   12 septembre 2019
La tour de Babylone de Ted Chiang
Je me rappelle quand tu auras un mois ; je sortirai du lit tant bien que mal pour ton lait de deux heures du matin. Ta chambre d'enfant «sentira le bébé» : un mélange de talc et de pommade, et un relent ammoniaqué issu de la poubelle à couches-culottes. Je me pencherai sur ton berceau pour te soulever dans un concert de braillements et je m'assiérai dans le fauteuil à bascule pour t'allaiter.

«Enfant» dérive d'un mot latin qui signifie «incapable de parler», mais tu seras parfaitement capable de dire une chose sans la moindre lassitude, sans la moindre hésitation : «Je souffre». J'admirerai ta détermination à effectuer cette déclaration. En sanglot, tu deviendras l'outrage incarné ; chaque fibre de ton corps servira à exprimer cette émotion. C'est curieux : calme, tu paraîtras irradier la lumière. Si on te dessinait dans ces moments-là, j'insisterais pour qu'on te coiffe d'un halo. Malheureuse, tu deviendras un klaxon, conçu pour émettre un bruit ; une sirène d'incendie pourrait alors te tenir lieu de portrait.

À ce stade de ta vie, il n'y aura pour toi ni passé ni futur. Jusqu'à ce que je te donne le sein, tu ne te souviendras pas d'avoir été repue et tu n'attendras pas de soulagement. Quand tu téteras, la situation s'inversera, et tout ira bien. Tu ne percevras que le MAINTENANT. Tu vivras au présent. Sous bien des aspects, c'est un état enviable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
BazaR   14 octobre 2020
La tour de Babylone de Ted Chiang
Par le passé, on se demandait si la lumière céleste pouvait vaincre tous les obstacles spirituels de manière à sauver une âme. Le débat avait pris fin autour du cas de Barry Larsen, un violeur et tueur en série qui, alors qu'il jetait le cadavre de sa dernière victime en date, avait assisté à une visitation et aperçu la lumière céleste. Lors de son exécution , on avait vu son âme monter vers le Ciel, au vif désespoir des familles des victimes.

("L'Enfer, quand Dieu n'est pas présent")
Commenter  J’apprécie          140
BazaR   01 août 2020
La tour de Babylone de Ted Chiang
— Réfléchis. Quand le soleil descend derrière les pics des montagnes à l'ouest, l'obscurité s'étend sur la plaine de Shinar. Mais ici, nous sommes plus haut que les montagnes, et nous le voyons toujours. Il doit plonger plus profond pour qu'on voie venir la nuit."

Hillalum en resta bouche bée quand il comprit.

"L'ombre des montagnes marque le début de la nuit. La nuit tombe sur terre avant de tomber ici."

Kudda hocha la tête. "On peut la regarder gravir la tour du sol jusqu'au ciel. Elle va vite, mais vous devriez pouvoir observer le phénomène."

("La tour de Babylone")
Commenter  J’apprécie          120
Kalgan   23 février 2020
La tour de Babylone de Ted Chiang
Hilbert a dit un jour: "Si la pensée mathématique laisse à désirer, où trouverons-nous des vérités et des certitudes?"
Commenter  J’apprécie          120
selena_974   20 octobre 2013
La tour de Babylone de Ted Chiang
Quand tu apprendras à marcher, je redécouvrirai tous les jours l'asymétrie de notre relation. Tu passeras ton temps à courir partout et, chaque fois que tu te cogneras contre un montant de porte ou que tu te couronneras le genou, il me semblera éprouver ta souffrance, posséder un nouveau membre, une extension mobile de moi-même dont les nerfs sensoriels me transmettront les signaux de douleur, mais dont les nerfs moteurs ne répondront pas à mes impulsions. Cela me paraîtra injuste : j'aurai engendré une poupée vaudou animée à mon image.
Commenter  J’apprécie          100
Le_chien_critique   26 août 2016
La tour de Babylone de Ted Chiang
Comme bien d’autres avant elle, elle avait toujours considéré que les mathématiques ne puisaient pas leur signification dans l’univers, mais imposaient un sens à ce dernier. Les entités physiques n’étaient pas plus ou moins grandes l’une que l’autre, ni semblables ni dissemblables ; elles existaient, tout simplement. Bien qu’indépendantes, les mathématiques leur apportaient virtuellement une signification sémantique en établissant des catégories et des rapports. Elles ne décrivaient aucune qualité intrinsèque, elles se contentaient de fournir une interprétation.
Commenter  J’apprécie          80
Z3D   13 août 2014
La tour de Babylone de Ted Chiang
Dès qu'ils auraient trouvé un nom capable d'engendrer des foetus humains, la gent féminine n'aurait plus besoin des hommes pour se perpétuer. Stratton savait qu'une telle découverte eût ravi les inverties, ces femmes qui éprouvaient de l'attirance pour les personnes du même sexe. Si le nom était mis à leur disposition, elles pourraient fonder des communautés et se reproduire par parthénogénèse. Une telle société prospérerait-elle en exacerbant la plus grande sensibilité du beau sexe ou aurait-elle tôt fait de s'effondrer, emportée par le manque de pondération de ces membres?
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
937 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..