AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.02 /5 (sur 105 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Boston , le 29/08/1947
Biographie :

Temple Grandin (née le 29 août 1947), professeur de l'Université du Colorado, est une spécialiste de renommée internationale en zootechnie. Propriétaire d'une entreprise de conseils sur les conditions d'élevage des animaux qui a fait d’elle une experte en conception d'équipements pour le bétail, Temple Grandin est également professeur en sciences animales de l'université de Fort Collins (Colorado).

Au début de sa carrière, elle s'est fait connaître pour ses positions vigoureuses contre la shehita.
En février 2010 Grandin a remis en cause les protocoles utilisés dans des études néo-zélandaises sur la shehita et insisté sur l'importance qui doit être accordée à la taille du couteau employé lors du sacrifice et sur la nature du processus utilisé pour restreindre les mouvements des animaux pour atténuer la douleur.
Elle est aussi mondialement connue pour ses différents articles parus dans la presse spécialisée sur les questions d’autisme (« transition from the world of school into the world of work », « an inside view of autism » etc.) et ses deux ouvrages autobiographiques. Temple Grandin est également une autiste de haut niveau dont l'itinéraire est exemplaire. À travers son expérience personnelle, elle tente de faire découvrir l’autisme de l’intérieur, de donner quelques éléments de compréhension tant aux proches qu’aux professionnels qui les côtoient. Ma vie d’autiste est son premier ouvrage, il est paru aux États-Unis en 1986
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Temple Grandin. Le monde a besoin de toutes sortes d'esprits.


Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Temple Grandin
rabanne   02 avril 2019
Temple Grandin
Qu’arriverait-il si le gène relié à l’autisme était éliminé ? Nous aurions une bande d’humains debout dans une cave, qui socialisent et bavardent futilement.



(NB : en cette Journée Mondiale de l'Austisme : "Tous en bleu" !)
Commenter  J’apprécie          6114
mickkelly   14 octobre 2013
Ma vie d'autiste de Temple Grandin
Une autre chose que je n'ai jamais dite au psychiatre, c'était mon désir de construire un appareil qui me procurerait du bien-être par le contact. Même moi, je sentais que ce genre d'idée serait inscrit dans la colonne "bizarre" sur mon tableau. Mais si, au lieu de me noyer dans un raz de marée de stimuli incontrôlés quand ma tante obèse me faisait un câlin, j'avais eu un appareil à bien-être, peut être que le discours ridicule et répétitif sur le sexe qui m'avait attiré tant d'ennuis ne serait jamais apparu. L'avantage d'un appareil à bien-être serait que je contrôlerais la quantité de stimuli. Je pourrai contenter mon désir intense de bien-être suscité par le contact sans inonder mes sens avec ce déferlement de sensations que mon système nerveux ne pouvait tolérer.
Commenter  J’apprécie          110
zazimuth   11 septembre 2015
Ma vie d'autiste de Temple Grandin
Les adultes autistes de haut niveau qui sont capables de vivre de façon autonome et de garder un emploi stable font souvent un travail dans le même domaine que les obsessions de leur enfance. (p.197-198)
Commenter  J’apprécie          90
zazimuth   11 septembre 2015
Ma vie d'autiste de Temple Grandin
Instinctivement, nous menons presque tous notre vie de façon à faire plaisir à ceux qui nous entourent, et ainsi, nous acquérons le sens des convenances. (p.77)
Commenter  J’apprécie          82
zazimuth   11 septembre 2015
Ma vie d'autiste de Temple Grandin
je me suis dit que les fêtes de Noël étaient stressantes pour plusieurs raisons : premièrement, j'étais loin de chez moi et je ne maîtrisais pas l'environnement ; il me fallait songer presque exclusivement aux besoins des autres ; j'étais loin de mes centres d'intérêt. (p.170)
Commenter  J’apprécie          70
Blackbooks   02 juin 2020
Dans le cerveau des autistes de Temple Grandin
« Dans l’ensemble, c’est un bon livre [sic], bien documenté. Cependant, le docteur Grandin se rend coupable de généralisations manifestement exagérées : elle semble souvent partir du principe que tous les autistes sont comme elle. Tout en admettant par endroits [sic] que cela n’est pas vrai, elle commencera le paragraphe suivant en déclarant : « Parce que tous les autistes sont visuels… », alors que, en fait, certains autistes souffrent de très graves troubles du traitement de l’information visuelle et ne sont pas visuels du tout. Si personnellement je peux m’associer à tout ce qu’elle dit en tant que personne autiste, j’en connais beaucoup d’autres pour lesquels ce n’est pas le cas.

Comme de nombreux auteurs, je lis les critiques de mes livres sur Amazon.com. Cette critique-là, qui date de 1998, fut l’une des premières à être publiées après la parution de mon livre Penser en images, et je dois admettre qu’elle était particulièrement virulente. Je ne l’ai pas exactement perçue comme une attaque personnelle venant de quelqu’un qui cherchait à me blesser. Mais je ne l’ai pas prise à la légère non plus. Certains autistes « ne sont pas visuels du tout » ? Cela pouvait-il être vrai ? 



 J’ai écrit Penser en images parce que j’avais pris conscience du fait que je voyais le monde d’une façon différente de celle des autres. Même après avoir appris que j’étais autiste, je ne m’étais pas demandé si l’autisme pouvait affecter ma perception du monde. Lorsque j’ai commencé à concevoir des installations pour le bétail d’élevage dans les années 1970, je ne comprenais pas pourquoi d’autres concepteurs ne percevaient pas certaines erreurs évidentes alors que, moi, je les voyais du premier coup d’œil. Je pensais qu’ils étaient stupides. J’ai bien sûr compris aujourd’hui qu’ils voyaient tout simplement le monde avec des yeux très différents, ou plus précisément, devrais-je dire, avec un cerveau très différent. Je m’étais donc trompée. Tout le monde ne pense pas en images ? D’accord. Mais pour les autistes, c’est toujours vrai.

J’avais de bonnes raisons de croire que tous les autistes étaient des penseurs visuels et qu’ils n’étaient que cela. Dès 1982, lorsque j’écrivais un article qui a été publié ultérieurement dans le Journal of Orthomolecular Psychiatry, je suis tombée sur plusieurs études qui soutenaient cette hypothèse. L’une d’entre elles disait que les enfants autistes obtenaient un score normal aux tests d’assemblage de cubes et d’assemblages d’objets de Wechsler. Une autre révélait que les enfants autistes semblaient obtenir de mauvais résultats aux tests qui requièrent des capacités verbales ou séquentielles, même lorsque les tests n’impliquent pas l’usage de la parole . En me fondant sur ces recherches et sur ma propre appréhension  du monde, je pouvais donc conclure avec assurance : "Des études portant sur des enfants autistes réalisées par de nombreux chercheurs différents confirment le caractère visuel et spatial de la pensée autistique". 

J’avais raison, non ? C’était bien ce qu’indiquaient ces études. Mais que penser des commentaires de l’internaute sur Amazon – et d’autres qui étaient venus s’y ajouter pour me critiquer ?

Depuis mes toutes premières critiques, j’accorde toujours beaucoup d’attention à la question des modes de pensée différents. Nous pouvons aujourd’hui repenser le cerveau autistique comme étant détenteur de certaines forces : capacité à saisir les détails, conserva« tion d’une énorme base de données mémorielle, capacité à former des associations. Mais il est évident que les cerveaux autistiques ne voient pas tous le monde de la même manière, contrairement à ce que j’ai pu croire autrefois. Les cerveaux autistiques ont peut-être toutes ces forces en commun, mais la manière dont chaque individu les utilise est variable. Quel genre de détails ? Quel genre de souvenirs ? Quel genre d’associations ? Les réponses à ces questions dépendent du mode de pensée qui est le vôtre, parce qu’un cerveau qui se focalise sur les mots n’atteindra pas les mêmes conclusions qu’un cerveau qui se focalise sur les images. 

 En fait, les recherches que j’ai continué de mener sur ce sujet m’ont amenée à proposer une nouvelle catégorie de penseurs en plus des catégories traditionnelles de penseurs visuels et verbaux. Pour le moment, cette catégorie n’est encore qu’une hypothèse. Mais elle a transformé ma vision des forces autistiques. Et je lui ai même trouvé un fondement scientifique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Weiss   16 octobre 2015
L'interprète des animaux de Temple Grandin
Attention à ne pas trop idéaliser, prendre du recul. Après avoir installé son premier "escalier vers les cieux" en Arizona, en parlant de du boyau qui canalise les animaux vers la mort, elle tua son premier animal. Elle dit alors : "Quand je suis rentrée à la maison, je n'arrivais pas à croire ce que j'avais fait, dit-elle. C'était très excitant. J'avais eu peur de le rater, parce que ça demande une certaine habilité..." New York Times, le 5 Août 1997.
Commenter  J’apprécie          60
Aryia   17 février 2018
Penser en images et autres témoignages sur l'autisme de Temple Grandin
Pour créer de nouvelles images, je pars toujours de mille petits morceaux d’images que j’ai emmagasinées dans la vidéothèque de mon imagination et que je recolle ensemble.
Commenter  J’apprécie          60
Un-cheval-m-a-dit   23 juillet 2015
L'interprète des animaux de Temple Grandin
Si vous avez un problème avec un animal, essayez de voir ce qu’il voit et de vivre ce qu’il vit.
Commenter  J’apprécie          50
Aryia   17 février 2018
Penser en images et autres témoignages sur l'autisme de Temple Grandin
Quand je lis, je traduits les mots en film de couleur, ou bien je stocke simplement la photo de la page imprimée pour la lire plus tard. Quand je cherche dans ma tête, je vois la photocopie de la page… Pour retrouver des informations dans ma tête, je dois repasser la cassette vidéo. Il est parfois difficile de trouver certaines données parce qu’il faut que j’essaye différentes cassettes jusqu’à ce que je trouve la bonne. Et cela prend du temps. Quand je ne peux pas traduire un texte en images, c’est en général pare que ce texte n’a aucune signification concrète.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
153 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur cet auteur