AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Citations de Theodor W. Adorno (138)


Theodor W. Adorno
Bruidelo   17 août 2020
Theodor W. Adorno
le poème exprime le rêve d'un monde où tout pourrait être différent
Commenter  J’apprécie          592
Theodor W. Adorno
Unhomosapiens   01 janvier 2019
Theodor W. Adorno
Il suffit d'écouter le vent pour savoir si l'on est heureux.
Commenter  J’apprécie          480
peloignon   27 février 2013
Dialectique négative : les vacances de la dialectique de Theodor W. Adorno
Le système n'est pas celui de l'esprit absolu mais celui de l'esprit le plus conditionné, de ceux qui en disposent et ne peuvent même pas savoir à quel point c'est le leur.
Commenter  J’apprécie          310
Theodor W. Adorno
Piatka   22 juin 2016
Theodor W. Adorno
Car le cheval en sait davantage sur les héros que les héros eux-mêmes.

Commenter  J’apprécie          260
Jean-Daniel   04 octobre 2022
Minima Moralia : Réflexions sur la vie mutilée de Theodor W. Adorno
Tu seras aimé lorsque tu pourras montrer ta faiblesse sans que l'autre s'en serve pour affirmer sa force.
Commenter  J’apprécie          230
steka   12 janvier 2015
Etudes sur la personnalité autoritaire de Theodor W. Adorno
Plus la vie elle-même devient stéréotypée, plus le stéréopathe se sent dans son droit et voit son schéma de pensée confirmé par la réalité. La communication de masse moderne, modelée sur la production industrielle, diffuse un système de stéréotypes qui lui permettent à tout moment d'avoir l'air à la page et "très bien informé".
Commenter  J’apprécie          200
peloignon   16 mai 2013
Kierkegaard : Construction de l'esthétique de Theodor W. Adorno
Il appartient, avec quelques rares penseurs de son époque tels que E.A. Poe, Tocqueville et Baudelaire, à ceux qui ont ressenti quelque chose des changements véritablement chtoniens qui, au début du grand capitalisme, se sont produits dans les hommes eux-mêmes, dans les modes de comportement humains et dans la composition interne de l'expérience humaine. C'est ce qui donne à ses motifs critiques leur sérieux et leur dignité.
Commenter  J’apprécie          170
hupomnemata   23 juin 2012
Minima Moralia : Réflexions sur la vie mutilée de Theodor W. Adorno
Après des millénaires de rationalité, la panique s'empare de nouveau de l'humanité, dont la domination acquise sur la nature devenue domination de l'homme excède de loin en horreur ce que les hommes eurent jamais à craindre de la nature.
Commenter  J’apprécie          170
Tibere   23 mars 2013
Kulturindustrie de Theodor W. Adorno
S’amuser signifie toujours : ne penser à rien, oublier la souffrance même là où elle est montrée. Il s’agit, au fond, d’une forme d’impuissance. C’est effectivement une fuite, mais pas comme on le prétend, une fuite devant une triste réalité ; c’est au contraire une fuite devant la dernière volonté de résistance que cette réalité peut encore avoir laissé subsister en chacun.
Commenter  J’apprécie          160
Theodor W. Adorno
deuxquatredeux   08 novembre 2016
Theodor W. Adorno
Ce que l’industrie culturelle propose aux hommes dans le temps libre est, certes, si mes conclusions ne sont pas trop précipitées, consommé et accepté, mais avec une sorte de retenue, semblable aux gens naïfs qui ne considèrent pas les événements du théâtre ou les films comme vraisemblables. Plus que cela : on n’y croit pas tout à fait. L’intégration de la conscience dans le temps libre n’a manifestement pas encore tout à fait réussi. Les intérêts réels des individus sont encore toujours suffisamment forts pour résister, dans une certaine limite, à l’emprise totale. Cela s’accorde bien avec le pronostic selon lequel une société dont les contradictions principales persistent ne peut pas être non plus totalement intégrée dans la conscience.
Commenter  J’apprécie          123
steka   10 mars 2016
Minima Moralia : Réflexions sur la vie mutilée de Theodor W. Adorno
Leur société de masse n'a pas seulement produit la camelote pour les clients, elle a produit les clients eux-mêmes.
Commenter  J’apprécie          120
Theodor W. Adorno
deuxquatredeux   03 août 2014
Theodor W. Adorno
La barbarie perdure aussi longtemps que les conditions qui ont permis cette régression persistent. C'est cela l'horreur totale.
Commenter  J’apprécie          110
steka   16 janvier 2013
Minima Moralia : Réflexions sur la vie mutilée de Theodor W. Adorno
Car la délicatesse entre les êtres n'est rien d'autre que la conscience que sont possibles des relations affranchies de finalités utilitaires.
Commenter  J’apprécie          110
hupomnemata   07 mai 2012
Minima Moralia : Réflexions sur la vie mutilée de Theodor W. Adorno
Être sociable, c'est déjà prendre part à l'injustice, en donnant l'illusion que le monde de froideur où nous vivons maintenant est un monde où il est encore possible de parler les uns avec les autres.
Commenter  J’apprécie          111
steka   16 janvier 2013
Minima Moralia : Réflexions sur la vie mutilée de Theodor W. Adorno
La frénésie de consommation des produits les plus récents de la technique, (...) fait accepter la camelote la plus éculée et jouer le jeu de la stupidité programmée. Ne jamais se demander à quoi sert un produit, faire comme tout le monde, participer à la bousculade, voilà qui vient remplacer tant bien que mal les besoins rationnels.
Commenter  J’apprécie          100
Tibere   23 mars 2013
Kulturindustrie de Theodor W. Adorno
Dans les dessins animés, Donald Duck reçoit sa ration de coups comme les malheureux dans la réalité, afin que les spectateurs s'habituent à ceux qu'ils reçoivent eux-mêmes.
Commenter  J’apprécie          90
steka   20 mai 2015
Dialectique négative : les vacances de la dialectique de Theodor W. Adorno
Si la main ne tremblait pas, la volonté n'existerait plus.
Commenter  J’apprécie          80
hupomnemata   04 mars 2015
Etudes sur la personnalité autoritaire de Theodor W. Adorno
Ce phénomène qui s'est produit en Allemagne, où les mouvements chrétiens "radicaux" comme la théologie dialectique de Karl Barth s'opposèrent courageusement au nazisme, ne semble en rien limité à l' "élite" théologique. Le fait qu'une personne se préoccupe réellement de la signification de la religion en tant que telle, lorsqu'elle vit dans une atmosphère générale de religion "neutralisée", est significatif d'une attitude non-conformiste. Cela peut conduire facilement à l'opposition contre le "type normal", pour lequel fréquenter l'église fait partie d'une "seconde nature", tout comme ne pas admettre les juifs dans son cercle. En outre, l'insistance placée sur le contenu spécifique de la religion, plutôt que sur la division entre ceux qui appartiennent et ceux qui n'appartiennent pas à la foi chrétienne, accentue nécessairement les motifs de l'amour et de la compassion, enfouis sous les modèles religieux conventionalisés. Plus la relation d'une personne avec la religion est "humaine" et concrète, plus son approche de ceux qui "n'y appartiennent pas" a des chances d'être humaine : leurs souffrances rappellent au subjectiviste religieux l'idée du martyre, inséparablement liée à sa pensée concernant le Christ.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
hupomnemata   16 mai 2012
Minima Moralia : Réflexions sur la vie mutilée de Theodor W. Adorno
C'EST CELUI QUI LE DIT QUI Y EST ! - Ce qui est objectivement la vérité est déjà bien difficile à déterminer - mais, dans nos rapports avec les autres, il ne faut pas s'en laisser imposer le terrorisme. Et il existe là certains critères, qui ne trompe pas, quand on vient vous objecter que ce que vous dites est "trop subjectif". Quand on fait valoir cet argument, qui plus est avec l'indignation où vibre l'unanimité rageuse des gens raisonnables, on a toute raison d'être content de soi l'espace d'un instant. En effet, les concepts de "subjectif" et d' "objectif" se sont en l'occurrence complètement inversés. Ce qu'ils appellent "objectif", c'est le jour incontesté sous lequel apparaissent les choses, leur empreinte prise telle quelle et non remise en question, la façade des faits classifiés : en somme, ce qui est subjectif. Et ce qu'ils nomment "subjectif", c'est ce qui déjoue ces apparences, qui s'engage dans une expérience spécifique de la chose, se débarrasse des idées reçues la concernant et préfère la relation à l'objet lui-même au lieu de s'en tenir à l'avis de la majorité, de ceux qui ne regardent même pas et a fortiori ne pensent pas ledit objet : en somme, l'objectif. On voit combien les accusations formelles de subjectivisme et de relativisme tiennent peu dès qu'on aborde le domaine privilégié où elles sont invoquées, à savoir le domaine des jugements esthétiques. Celui qui s'est rigoureusement soumis aux exigences d'une oeuvre d'art, à ses lois formelles immanentes et à la nécessité qui l'a façonnée, en mobilisant toutes les ressources de précision propres à sa sensibilité personnelle, il ne peut plus accorder crédit à de telles réserves qui lui objectent le caractère purement subjectif de son expérience et il mesure tout ce qu'elles ont d'illusoire. Chaque pas qui le fait avancer, grâce à sa réceptivité profondément subjective, au coeur même de la chose a incomparablement plus de valeur objective que des catégorisations englobantes et bien établies comme, par exemple, le concept de "style", dont les prétentions de scientificité ne s'achètent qu'au prix de cette expérience elle-même. C'est encore plus vrais à l'époque du positivisme et de l'industrie de consommation culturelle où nous vivons, qui confie la définition de l'objectivité aux calculs des sujets qui organisent cette société. Face à cette objectivité-là, la raison s'est réfugiée complètement, en se fermant aux influences extérieures, dans les idiosyncrasies qui se voient reprocher leur arbitraire par l'arbitraire de ceux qui ont le pouvoir, car ces derniers veulent l'impuissance des sujets, par crainte d'une objectivité qui n'est conservée (aufgehoben) que par ces sujets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
karkarot   01 mai 2021
Kulturindustrie de Theodor W. Adorno
Le code Hays ne fait que confirmer le rituel déjà instauré par l'industrie culturelle : le supplice de Tantale. Les œuvres d'art sont ascétiques et sans pudeur, l'industrie culturelle est pornographique et prude. Elle réduit l'amour à la romance et après une telle réduction, bien des choses sont permises même le libertinage comme spécialité commerciale à petite dose, avec une étiquette signalant que le sujet est "osé". La production du sexuel en série organise automatiquement sa répression.
Commenter  J’apprécie          60



Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

♫ Ça passe ou ça casse ... 🎹 📯

🍎🍎🍎🍎 ........................................................................................................ ..................... 🍏🍏🍏🍏 :

wolfgang
jean-sébastien
richard
ludwig
franz
antonio

1 questions
74 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique , rebus , divertissement , baba yaga , one-shotCréer un quiz sur cet auteur