AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.79 /5 (sur 29 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) : 1897
Mort(e) : 1979
Biographie :

Anthropologiste américaine née au Colorado. Elle a commencé des études de psychologie clinique à l'université de Californie à Berkeley. Après son mariage, elle s'est tournée vers l'anthropologie.
Elle a travaillé sur Ishi, le dernier Indien Yahi de Californie, étudiant la vie , les récits et le folklore indien.

Source : http://anthropology.usf.edu
Ajouter des informations
Bibliographie de Theodora Kroeber   (1)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
klakmuf   20 janvier 2014
Ishi de Theodora Kroeber
Ishi trouvait que le Blanc avait beaucoup de chance, qu'il était inventif et très, très ingénieux, mais qu'il avait quelque chose d'enfantin, qu'il manquait de réserve, et qu'il ne comprenait pas vraiment la Nature, son visage mystique, son pouvoir terrible et sa clémence.
Commenter  J’apprécie          60
klakmuf   13 janvier 2014
Ishi de Theodora Kroeber
(...) selon Alfred-Louis Kroeber, ils constituèrent [les indiens Yahi] "la plus petite nation libre du monde qui, grâce à un courage, une ténacité et une force d'âme sans exemple, réussit à tenir tête à la marée de la civilisation vingt-cinq années de plus que Geronimo lui-même et sa fameuse bande d'Apaches".
Commenter  J’apprécie          40
klakmuf   12 janvier 2014
Ishi de Theodora Kroeber
Si désastreuse qu'ait été pour les Indiens l'invasion hispano-américaine de la Californie, elle fut, tout bien pesée, moins destructrice de vies et de valeurs humaines que l'invasion anglo-américaine.
Commenter  J’apprécie          40
Jacopo   11 juin 2020
Ishi de Theodora Kroeber
Le plus difficile était fait. Un premier phonème avait été reconnu. D'autres suivirent. Ishi était bien de la tribu perdue. C'était un Yahi, c'est-à-dire un Yana de l'extrême-sud. Waterman découvrit qu'entre les dialectes du nord et du centre, dont il avait des listes de mots, et le dialecte yahi, la différence était considérable, mais pas au point que celui-ci fût inintelligible. Ensemble, Ishi et lui essayèrent d'autres mots, d'autres phrases. La communication s'établissait. Au bout d'un moment, s'enhardissant, Ishi demanda à Waterman : « I ne ma Yani ?, Êtes-vous indien ? » Waterman répondit que oui. L'expression traquée disparut du visage d'Ishi ; il avait affaire à un ami. Pourtant, il savait aussi bien que son nouvel ami que Waterman n'était pas Indien. Sa question n'avait été qu'une tentative subtile pour rassurer et se rassurer, ce qui n'est pas si facile quand on possède si peu de sons en commun.
Commenter  J’apprécie          20
klakmuf   18 janvier 2014
Ishi de Theodora Kroeber
Peut-être les cours d'eau continuent-ils à attirer les pêcheurs jeunes et vieux parce qu'il est à la fois reposant et apaisant de refaire des gestes immémoriaux, et qu'il n'est pas de nos jours d'activité ou de passe-temps qui, autant que la pêche, rapproche l'homme moderne de ses ancêtres de l'âge de pierre.
Commenter  J’apprécie          30
klakmuf   12 janvier 2014
Ishi de Theodora Kroeber
L'infiltration et la pression blanches étaient telles que les Yahi se voyaient confinés aux parties de leur pays qui étaient inaccessibles au bétail et aux cavaliers, ce qui veut dire qu'ils étaient réduits pour vivre au pillage et au vol incessants. Ils prenaient tout ce qu'ils trouvaient.
Commenter  J’apprécie          30
Jacopo   11 juin 2020
Ishi de Theodora Kroeber
Le sauvage, émacié par les privations, les cheveux flambés court, était nu sous un vieux morceau de toile de tente déchirée, un pan de capote de chariot qui lui tombait des épaules comme un poncho. Taille moyenne. Des os longs, droits, robustes sans être lourds, qui saillaient douloureusement. Une peau d'une teinte légèrement plus pâle que la profonde couleur de cuivre caractéristique de la plupart des Indiens. Des yeux noirs, sur leurs gardes, bien espacés dans le large visage, une bouche charnue et d'un dessin agréable. Quant au reste, l'extrême épuisement et la terreur de l'Indien, tout en figeant la mobilité de l'expression, ne faisaient que souligner une sensibilité toujours présente.
Commenter  J’apprécie          10
klakmuf   12 janvier 2014
Ishi de Theodora Kroeber
C'était une coutume des Indiens [Yana] de se flamber les cheveux et de se couvrir la tête de poix quand ils étaient en deuil d'une épouse ou d'un proche parent.
Commenter  J’apprécie          20
Jacopo   12 juin 2020
Ishi de Theodora Kroeber
Par la suite, c'est avec embarras qu'Ishi parlera de ce premier contact avec les Blancs. Il racontera avoir été logé dans une grande maison où il y avait un grand chef qui le traitait et le nourrissait bien. Mais ce qu'il ne dira pas, c'est que, pendant les premiers jours de sa captivité, il refusa de manger, de boire et même, au début, de dormir. Il est fort possible qu'il ait supprimé en lui tout souvenir de cette époque de surtension et de terreur. Peut-être aussi pensa-t-il qu'il aurait eu mauvaise grâce à rappeler des soupçons qui s'étaient révélés sans fondement : c'est qu'en effet, durant ces premiers jours, Ishi s'attendait à être mis à mort. Tout ce qu'il savait des hommes blancs, c'est qu'ils étaient les meurtriers qui avaient exterminé son peuple. Il est donc naturel qu'une fois en leur pouvoir il se soit attendu à être tué d'une balle, pendu ou empoisonné.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Theodora Kroeber (58)Voir plus


Quiz Voir plus

Les métiers du cinéma

Elle (il) est chargé(e) pendant le tournage de la préparation et de l'entretien des costumes des comédiens et figurants

la couturière
l'habilleuse
la vêtementière

20 questions
15 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur