AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.52 /5 (sur 228 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Chicago , 1933
Biographie :

Theodor Roszak est professeur d'histoire à l'Université de Californie, sociologue et écrivain.

Sa lecture du monde peut être qualifiée d'holistique. Il a popularisé la notion de contreculture en 1969 dans "The making of Counter Culture" et la notion d'Ecopsychologie en 1995.

Il est l'auteur de plusieurs essais consacrés à l'information, la science et la culture. Il collabore également au New York Times.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Theodore Roszak : Towards an Eco-Psychology (excerpt) -- Thinking Allowed DVD w/ Jeffrey Mishlove


Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
aturnins   04 avril 2011
L'Enfant de cristal : Une histoire de la vie enfouie de Theodore Roszak
Vieillir est du autant à la négligence de l'esprit qu'au déclin du corps
Commenter  J’apprécie          90
aturnins   26 avril 2011
Le Diable et Daniel Silverman de Theodore Roszak
La conviction qu'il y a une vérité seule et unique et qu'on la détient me paraît être la racine la plus profonde de tout le mal qui existe dans le monde .
Commenter  J’apprécie          80
emi13   10 septembre 2016
Le Diable et Daniel Silverman de Theodore Roszak
La vidéo-nirvana était un truc qu'il utilisait quand il était en proie à l'angoisse de la page blanche. Chez Silverman , l'angoisse de la page blanche prenait la forme de neurones hyperactifs , un bouillonnant sur l'écran scintillant y parvenaient toujours.
Commenter  J’apprécie          70
Ivy-Read   06 octobre 2013
Les Mémoires d'Elizabeth Frankenstein de Theodore Roszak
Que veut dire le fait qu’il existe l’homme et la femme ? Que veut dire le fait que l’homme pénètre la femme ? Qu’il pénètre en elle ? Pourquoi sommes nous créés deux pour ensuite brûler du désir de devenir un ? C’est le Un qui compte. Et cela vaut la peine de brûler toute une vie.
Commenter  J’apprécie          60
Salyna   10 mars 2016
Les Mémoires d'Elizabeth Frankenstein de Theodore Roszak
Les femmes sont souvent flattées sur leur apparence, comme si c'était un exploit. Le but de cela est, comme j'espère que tu l'apprendras, de nous rendre vaniteuses et de nous dresser les unes contre les autres, en séparant les belles des ordinaires.
Commenter  J’apprécie          50
Ivy-Read   06 octobre 2013
Les Mémoires d'Elizabeth Frankenstein de Theodore Roszak
Si on pouvait acheter un prince parmi eux pour sa valeur véritable et le revendre pour ce qu’il croit valoir, on pourrait devenir plus riche que Crésus par ce seul commerce. 
Commenter  J’apprécie          50
Woland   26 février 2009
La Conspiration des ténèbres de Theodore Roszak
Quelle joie ce fut d'explorer cette fantasmagorie de l'esprit qu'on appelle le cinéma ! Et quel privilège ce fut de le faire avec Clarissa Swann pour guide. En fin de compte, il y en eut qui virent en elle une critique terriblement conservatrice, un reliquat de la vieille école dépassé par les idées dans le coup. Mais quand j'étais son poulain, elle était l'une des rares en Amérique à être parfaitement au fait des dernières théories européennes. Au cours des quelques années suivantes, elle allait surfer sur l'enthousiasme de la Nouvelle Vague et se laisser porter par elle jusqu'au succès auquel elle avait presque cessé de croire. Car quoi que Clare ait fait pour former mon esprit à l'image du sien au cours de cet intervalle enchanteur de ma vie, je ne puis que lui en être reconnaissant. Parce que, en dépit de ses côtés excentriques et de ses rancoeurs, c'était un esprit résolument humaniste. Bien qu'elle pût discuter technique avec les meilleurs, elle n'autorisait jamais la forme à prendre le pas sur le fond. Elle soutenait que les films étaient quelque chose de plus qu'une poche d'illusions d'optique, ils étaient de la littérature pour l'oeil, une littérature aussi merveilleuse que celle qu'on avait couchée sur le papier. J'appris d'elle à toujours guetter la formulation, à surveiller la vision. Ou du moins était-ce ainsi que je regardais les films avant que Max Castle m'initie à une science plus obscure du cinéma. Je découvris alors que, aussi vaste et riche que fût l'univers intellectuel de Clare, il y avait dedans une trappe qui s'ouvrait sur des profondeurs inexplorées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Ivy-Read   06 octobre 2013
Les Mémoires d'Elizabeth Frankenstein de Theodore Roszak
 L’Homoncule, ou « petit homme », était un être vivant, simulacre de notre propre corps humain, capable de parler, de lire et d’apprendre, mais pas plus grand que la hauteur d’une main. Il était toujours représenté à l’intérieur du bocal scellé qui constituait tout son univers. Les livres disaient que cette petite créature avait été créée par des adeptes dans les temps passés. Paracelse, le génie incomparable de la chimie médicinale, affirmait l’avoir fait naître de fumier fermenté et d’esprit de mercure composé sous l’effet des étoiles favorables.
Commenter  J’apprécie          30
milado   08 mars 2018
L'Enfant de cristal : Une histoire de la vie enfouie de Theodore Roszak
... Je le récompensai d'un baiser copain-copain. Il est devenu pourpre tant il était gêné.

- Je ne suis pas gay, s'est-il empressé de me dire.

- Moi non plus.

Il voulait sans doute que je lui explique mon geste, mais je ne l'ai pas fait. Peut-être parce que j'en étais incapable. Je connais les règles, mais les règles sont absurdes. Si vous fermez les yeux, comment pouvez-vous dire qui vous embrassez ? Et quelle différence ça fait ?
Commenter  J’apprécie          30
Woland   26 février 2009
La Conspiration des ténèbres de Theodore Roszak
Il aurait suffi de dire que, selon n'importe quels critères, ces films étaient bien ficelés, très au-delà des exigences ordinaires des studios, que seul leur budget limité les plaçait dans la catégorie des films B. Mais il n'y avait pas que cela, quelque chose qui allait au-delà du savoir-faire. Il y avait dans les films de Castle une horreur réelle, une horreur qui vous glaçait jusqu'à l'os. A aucun moment je n'aurais pu dire où se plaçait précisément le pouvoir du film - sauf que j'étais sûr que rien de ce que j'avais vu consciemment n'avait produit cet effet. C'était plutôt comme si, derrière mes yeux, une autre partie de moi observait un monde différent, monde dans lequel le vampire et sa victime étaient réels, les événements surnaturels étaient réels, le blasphème était réel. De nouveau, le mot "impur" s'insinua dans mon esprit. Impur, comme seule une chose sortie du tombeau pour se repaître du sang innocent pouvait être impure. La monstruosité de la goule s'étalait là, sous mes yeux. Elle m'avait effleuré. Pas seulement moi. Clare aussi. Je pus l'affirmer quand les lumières s'allumèrent. Elle avait le même regard figé que je lui avais vu après la projection du "Judas", le visage de quelqu'un qui refuse d'admettre l'expérience qu'il vient de vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Des cinéastes français inspirés par des auteurs anglophones ...

"L'heure zéro" d'Agatha Christie a été adaptée sous le même titre par ...

Guillaume Canet
Claude Chabrol
Pascal Thomas
François Truffaut

16 questions
31 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinéma français , romans policiers et polars , américainCréer un quiz sur cet auteur