AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.45 /5 (sur 54 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Moulins , le 14/03/1823
Mort(e) à : Paris , le 13/03/1891
Biographie :

Étienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville est un poète, dramaturge et critique français.

Il fait ses études au lycée Condorcet à partir de 1830. Encouragé par Victor Hugo et par Théophile Gautier, il se consacre à la poésie, et fréquente les milieux littéraires parmi les plus anticonformistes. Il méprisait la poésie officielle et commerciale, fut l’adversaire résolu de la nouvelle poésie réaliste et l’ennemi de la dérive larmoyante du romantisme.

Il collabore aussi comme critique dramatique et chroniqueur littéraire aux journaux le Pouvoir (1850), puis le National (1869) et devient une figure très importante du monde littéraire, devenant membre de la Revue fantaisiste (1861), où se retrouvent les poètes qui sont à l’origine du Parnasse et de tous les mouvements du siècle.

En 1857, il publie "Les Odes funambulesques". Il rencontre Marie-Élisabeth Rochegrosse en 1862 (ils se marieront treize ans plus tard), et organise la première représentation de Gringoire en 1866. Il publie "Les Exilés" en 1867, recueil qu’il dédie à sa femme et qu’il considère comme le meilleur de son œuvre.

Sa revue collective, le Parnasse contemporain, initie Rimbaud, à la poésie de son temps. Le 24 mai 1870, envoie à Théodore un courrier auquel il joint plusieurs poèmes, afin d'obtenir son appui auprès de l’éditeur Alphonse Lemerre. Banville, bien qu'il répond à Rimbaud, ne publie jamais de ses poèmes. Mais il le loge chez lui en 1871.

En 1872, avec son "Petit Traité de poésie française", Banville rompt avec le courant symboliste. Il publie presque une œuvre par an tout au long des années 1880, et meurt la veille de ses 68 ans, peu après la publication de son seul roman, "Marcelle Rabe".
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Le café - Théodore de Banville lu par Yvon Jean

Citations et extraits (131) Voir plus Ajouter une citation
Théodore de Banville
palamede   19 octobre 2018
Théodore de Banville
L’Automne



Sois le bienvenu, rouge Automne,

Accours dans ton riche appareil,

Embrase le coteau vermeil

Que la vigne pare et festonne.



Père, tu rempliras la tonne

Qui nous verse le doux sommeil ;

Sois le bienvenu, rouge Automne,

Accours dans ton riche appareil.



Déjà la Nymphe qui s’étonne,

Blanche de la nuque à l’orteil,

Rit aux chants ivres de soleil

Que le gai vendangeur entonne.

Sois le bienvenu, rouge Automne.
Commenter  J’apprécie          590
Théodore de Banville
palamede   29 mars 2018
Théodore de Banville
Le printemps



Te voilà, rire du Printemps !

Les thyrses des lilas fleurissent.

Les amantes qui te chérissent

Délivrent leurs cheveux flottants.



Sous les rayons d’or éclatants

Les anciens lierres se flétrissent.

Te voilà, rire du Printemps !

Les thyrses de lilas fleurissent.



Couchons-nous au bord des étangs,

Que nos maux amers se guérissent !

Mille espoirs fabuleux nourrissent

Nos coeurs gonflés et palpitants.

Te voilà, rire du Printemps !
Commenter  J’apprécie          472
Théodore de Banville
Piatka   04 mai 2014
Théodore de Banville
LES NÉNUFARS DORÉS



Viens. Sur tes cheveux noirs jette un chapeau de paille.

Avant l'heure du bruit, l'heure où chacun travaille,

Allons voir le matin se lever sur les monts

Et cueillir par les prés les fleurs que nous aimons.

Sur les bords de la source aux moires assouplies,

Les nénufars dorés penchent des fleurs pâlies,

Il reste dans les champs et dans les grands vergers

Comme un écho lointain des chansons des bergers,

Et, secouant pour nous leurs ailes odorantes,

Les brises du matin, comme des soeurs errantes,

Jettent déjà vers toi, tandis que tu souris,

L'odeur du pêcher rose et des pommiers fleuris.

Commenter  J’apprécie          432
Théodore de Banville
Piatka   03 juillet 2015
Théodore de Banville
LA LUNE



Avec ses caprices, la Lune

Est comme une frivole amante ;

Elle sourit et se lamente,

Et vous fuit et vous importune.



La nuit, suivez-la sur la dune,

Elle vous raille et vous tourmente ;

Avec ses caprices, la Lune

Est comme une frivole amante.



Et souvent elle se met une

Nuée en manière de mante ;

Elle est absurde, elle est charmante ;

Il faut adorer sans rancune,

Avec ses caprices, la Lune.
Commenter  J’apprécie          423
Théodore de Banville
Piatka   08 février 2017
Théodore de Banville
LE THÉ



Miss Ellen, versez-moi le Thé


Dans la belle tasse chinoise,


Où des poissons d'or cherchent noise


Au monstre rose épouvanté.





J'aime la folle cruauté


Des chimères qu'on apprivoise :


Miss Ellen, versez-moi le Thé


Dans la belle tasse chinoise.





Là, sous un ciel rouge irrité,


Une dame fière et sournoise


Montre en ses longs yeux de turquoise


L'extase et la naïveté :


Miss Ellen, versez-moi le Thé.

Commenter  J’apprécie          320
Théodore de Banville
palamede   18 juillet 2018
Théodore de Banville
L’Été



Il brille, le sauvage Été,

La poitrine pleine de roses.

Il brûle tout, hommes et choses,

Dans sa placide cruauté.



Il met le désir effronté

Sur les jeunes lèvres décloses ;

Il brille, le sauvage Été,

La poitrine pleine de roses.



Roi superbe, il plane irrité

Dans des splendeurs d’apothéoses

Sur les horizons grandioses ;

Fauve dans la blanche clarté,

Il brille, le sauvage Été.
Commenter  J’apprécie          310
palamede   27 mai 2018
Les Cariatides de Théodore de Banville
À ma Mère



Mère, si peu qu'il soit, l'audacieux rêveur

Qui poursuit sa chimère,

Toute sa poésie, ô céleste faveur !

Appartient à sa mère.



L'artiste, le héros amoureux des dangers

Et des luttes fécondes,

Et ceux qui, se fiant aux navires légers,

S'en vont chercher des mondes,



L'apôtre qui parfois peut comme un séraphin

Épeler dans la nue,

Le savant qui dévoile Isis, et peut enfin

L'entrevoir demi-nue,



Tous ces hommes sacrés, élus mystérieux

Que l'univers écoute,

Ont eu dans le passé d'héroïques aïeux

Qui leur tracent la route.



Mais nous qui pour donner l'impérissable amour

Aux âmes étouffées,

Devons être ingénus comme à leur premier jour

Les antiques Orphées,



Nous qui, sans nous lasser, dans nos cœurs même ouvrant

Comme une source vive,

Devons désaltérer le faible et l'ignorant

Pleins d'une foi naïve,



Nous qui devons garder sur nos fronts éclatants,

Comme de frais dictames,

Le sourire immortel et fleuri du printemps

Et la douceur des femmes,



N'est-ce pas, n'est-ce pas, dis-le, toi qui me vois

Rire aux peines amères,

Que le souffle attendri qui passe dans nos voix

Est celui de nos mères ?



Petits, leurs mains calmaient nos plus vives douleurs,

Patientes et sûres :

Elles nous ont donné des mains comme les leurs

Pour toucher aux blessures.



Notre mère enchantait notre calme sommeil,

Et comme elle, sans trêve,

Quand la foule s'endort dans un espoir vermeil,

Nous enchantons son rêve.



Notre mère berçait d'un refrain triomphant

Notre âme alors si belle,

Et nous, c'est pour bercer l'homme toujours enfant

Que nous chantons comme elle.



Tout poète, ébloui par le but solennel

Pour lequel il conspire,

Est brûlé d'un amour céleste et maternel

Pour tout ce qui respire.



Et ce martyr, qui porte une blessure au flanc

Et qui n'a pas de haines,

Doit cette extase immense à celle dont le sang

Ruisselle dans ses veines.



Ô toi dont les baisers, sublime et pur lien !

À défaut de génie

M'ont donné le désir ineffable du bien,

Ma mère, sois bénie.



Et, puisque celle enfin qui l'a reçu des cieux

Et qui n'est jamais lasse,

Sait encore se faire un joyau précieux

D'un pauvre enfant sans grâce.



Va, tu peux te parer de l'objet de tes soins

Au gré de ton envie,

Car ce peu que je vaux est bien à toi du moins,

Ô moitié de ma vie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Théodore de Banville
Piatka   05 septembre 2014
Théodore de Banville
AIMONS-NOUS ET DORMONS



Aimons-nous et dormons

Sans songer au reste du monde !

Ni le flot de la mer, ni l'ouragan des monts,

Tant que nous nous aimons

Ne courbera ta tête blonde,

Car l'amour est plus fort

Que les Dieux et la Mort !



Le soleil s'éteindrait

Pour laisser ta blancheur plus pure.

Le vent, qui jusqu'à terre incline la forêt,

En passant n'oserait

Jouer avec ta chevelure,

Tant que tu cacheras

Ta tête entre mes bras !



Et lorsque nos deux coeurs

S'en iront aux sphères heureuses

Où les célestes lys écloront sous nos pleurs,

Alors, comme deux fleurs

Joignons nos lèvres amoureuses,

Et tâchons d'épuiser

La Mort dans un baiser !
Commenter  J’apprécie          300
Théodore de Banville
Piatka   09 mai 2014
Théodore de Banville
LE VIN DE L'AMOUR



Accablé de soif, l'Amour

Se plaignait, pâle de rage,

A tous les bois d'alentour.

Alors il vit, sous l'ombrage,

Des enfants à l'oeil d'azur

Lui présenter un lait pur

Et les noirs raisins des treilles.

Mais il leur dit : Laissez-moi,

Vous qui jouez sans effroi,

Enfants aux lèvres vermeilles !

Petits enfants ingénus

Qui folâtrez demi-nus,

Ne touchez pas à mes armes.

Le lait pur et le doux vin

Pour moi ruissellent en vain :

Je bois du sang et des larmes.
Commenter  J’apprécie          300
Théodore de Banville
Piatka   12 mars 2015
Théodore de Banville
VIENS. SUR TES CHEVEUX NOIRS...



Viens. Sur tes cheveux noirs jette un chapeau de paille.

Avant l'heure du bruit, l'heure où chacun travaille,

Allons voir le matin se lever sur les monts

Et cueillir par les prés les fleurs que nous aimons.

Sur les bords de la source aux moires assouplies,

Les nénufars dorés penchent des fleurs pâlies,

Il reste dans les champs et dans les grands vergers

Comme un écho lointain des chansons des bergers,

Et, secouant pour nous leurs ailes odorantes,

Les brises du matin, comme des soeurs errantes,

Jettent déjà vers toi, tandis que tu souris,

L'odeur du pêcher rose et des pommiers fleuris.
Commenter  J’apprécie          273

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Littérature et poésie japonaise du XIXe et XXe siècle

Atsushi Nakajima a écrit

La bête au clair de lune
Histoire du poète qui fut changé en tigre
Le livre de la jungle

7 questions
2 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature japonaise , poésie japonaise , xixème-xxème sièclesCréer un quiz sur cet auteur