AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.08 /5 (sur 12 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Namur , le 19 novembre
Biographie :

Théophile de Giraud est un écrivain belge né, par hasard et sans conviction, en 1968. En 3ème Maternelle, projet, avorté, faute de combustible, mais redoutablement sérieux, de pulvériser l’établissement scolaire selon les lois de la dynamite. Enfance passée dans une famille exceptionnellement douée pour le dégoûter de la famille. A 15 ans, caresse un instant l’idée de devenir school-killer, puis se ravise, moins par sagesse que par timidité. Quelques inscriptions universitaires mais, vite écœuré par le professoralisme ambiant et syllabussophobe incurable, préférera se livrer au vice de l’autodidactisme dans la plupart des branches du savoir susceptibles de faire de l’homme autre chose qu’un animal-machine. Suicidaire et récidiviste chronique entre 18 et 20 ans. De 20 à 28 ans, étude/lecture/écriture en anachorète grognon et méticuleux. Abondants voyages en terres celtes et scandinaves, loin des mornes soleils classico-dociles. En 2000, auto-édition de « De l’impertinence de procréer » qu’André Blavier répertoriera dans ses « Fous littéraires ». En septembre 2008, enduit de gouache rouge une statue équestre du roi Léopold 2 pour protester contre la démentielle valorisation de ce criminel contre l’humanité. En mai 2009, crée la Fête des Non-Parents avec Frédérique Longrée pour célébrer les childfrees et la désobéissance civile au planéticide dogme nataliste. Père de très peu d’enfants. Inadapté méthodique. Insomniaque notoire. Sexualité : fantaisiste.
+ Voir plus
Source : L'éditeur
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Théophile De Giraud. Contre la procréation.


Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
uchronie   19 avril 2017
Cent Haikus Necromantiques de Théophile De Giraud
Doux comme la balle



Qui entre sans frapper



Dans la tête du suicidaire
Commenter  J’apprécie          80
DocteurVeggie   13 octobre 2011
Diogenèses de Théophile De Giraud
Poèmes fluorescents pour patienter entre deux génocides.
Commenter  J’apprécie          80
Cindl   23 juin 2017
L'art de guillotiner les procréateurs : Manifeste anti-nataliste de Théophile De Giraud
L'orgueil du père, [...], s'avère pour sa part d'ordre essentiellement testiculaire, le bébé jouant à cet égard le rôle de témoin du bon fonctionnement de ses fielleuses spermatothèques et clamant obviement à tous les badauds qu'il eut l'heur d'introduire au moins une fois son misérable vit entre les jambes d'une féminité consentante...

Dans le perfide inconscient du père, son rejeton n'est jamais qu'une prolongation de ses facultés érectiles et on le surprend d'ailleurs sans cesse à le lever vers le ciel comme un trophée conquis aux olympiades de la copulation. Les véritables taureaux ont davantage de modestie : ils se contentent de continuer à brouter lorsqu'un veau leur est né.



Bref, le bambin est à ses géniteurs ce que le drapeau est à une nation : un vaniteux emblème de souveraineté ; l'enfant ne paraît le plus souvent que pour permettre à ses parents de paraître...
Commenter  J’apprécie          40
Cindl   05 juillet 2017
L'art de guillotiner les procréateurs : Manifeste anti-nataliste de Théophile De Giraud
La Convention des Droits de l'Enfant se profile comme un gigantesque pas dans cette direction et peu d'années s'écouleront avant que les esprits les plus éclairés admettent que le droit premier de tout Enfant consiste à se trouver dispensé de naître, sachant que sa naissance n'a d'autre fonction que de satisfaire des besoins qui ne le concernent pas !
Commenter  J’apprécie          40
Cindl   05 juillet 2017
L'art de guillotiner les procréateurs : Manifeste anti-nataliste de Théophile De Giraud
[...] il faut dire : la femme a mieux à faire de ses plus belles années que d'élever des enfants dont notre humanité déjà trop pullulante n'a plus le moindre besoin. Il faut dire : la femme a mieux à faire de ses formidables potentialités que de les étouffer sous un coulis de couches-culottes. Il faut dire : la femme a tort de dissoudre ses talents dans la futilité des biberons. Il faut dire : la "vraie femme" est la femme artiste ou philanthrope et non la femme populatrice. [...] Il faut dire : la femme doit désormais jouir des conditions les plus favorables à la création des chefs-d’œuvre dont le phallisme sociétal de jadis visait à les bannir. [...] Il faut dire : une femme est d'autant plus belle qu'elle a du génie, et d'autant plus insignifiante qu'elle a une abondante nichée. [...] Il faut dire : l'enfant est une prison pour l'âme féminine, et un étouffoir pour ses virtualités, les soins constants qu'il requiert éloignant le plus souvent sa génitrice de vocations plus nobles, plus exaltantes, et surtout plus méritoires. Il faut dire : depuis des temps immémoriaux, c'est trop souvent à cause du fardeau de l'enfant que la femme passe à côté de la mise en œuvre de ses facultés supérieures. Il faut oser dire : la femme qui procréé n'accomplit rien d'autre que son animalité et ne mérite pas d'avantages d'éloges qu'une chatte qui offre ses mamelles ou qu'une guenon attentive à ses petits. Il faut oser dire : la grandeur de la femme réside dans son cœur et dans son intellect, aucunement dans son placenta. [...] Il faut oser lyriquement dire : des figures symboliques comme Athéna, Maât, Seshat, Kuan-yin et les Muses sont le véritable avenir de la femme, définissent sa réelle ampleur : opulente en Âme, surabondante en Savoir, plantureuse en Logos, munificente en Talents, prodigue en Vérités, gorgée de Sensualité complice, généreuse en Vertus civilisatrices, éthiques et rédemptrices mais hautainement stérile du Ventre, ne voulant en aucun cas se compromettre avec la fécondité monstrueuse de Gaïa ni avec l'humiliation de l'accouchement, de la tétée ou du décrottage de croupion...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
uchronie   19 avril 2017
Cent Haikus Necromantiques de Théophile De Giraud
Agonie de millions de vipères



Dans la nuit d'un ravin spongieux



Le vagin digère mes spermatozoïdes
Commenter  J’apprécie          40
Cindl   05 juillet 2017
L'art de guillotiner les procréateurs : Manifeste anti-nataliste de Théophile De Giraud
Il faut oser dire : ce qui nous émerveille, ce qui nous exalte, ce qui force notre respect, ce ne sont guère les reproductrices, ce sont les femmes qui s'engagent dans l'art, dans la science, dans la littérature, dans la politique, dans la religion, dans la culture, dans la vie universitaire, dans la médecine, dans l'aide humanitaire, dans les chemins de la justice, dans le militantisme écologique, dans la spiritualité, dans l'activité philosophique ou encore dans le maquis de la Révolte transmutatrice, bref dans tous les domaines où l'humain trouve à se transcender ainsi qu'à déployer ses qualités noétiques et chevaleresques.
Commenter  J’apprécie          20
uchronie   19 avril 2017
Cent Haikus Necromantiques de Théophile De Giraud
Un cri dans la baignoire



De l'eau qui remue



Le père sodomise son fils
Commenter  J’apprécie          40
Cindl   23 juin 2017
L'art de guillotiner les procréateurs : Manifeste anti-nataliste de Théophile De Giraud
Ainsi, on n'engendre en réalité du vivant que par incapacité à mieux faire : engendrer du spirituel...



"Laisser une trace". Très étrange idée. Il y a tellement d'êtres médiocres, et ils désirent donc laisser une trace de leur médiocrité ? Épargnez-vous cette peine, messieurs les insignifiants, nous nous passerons fort bien de votre souvenir.
Commenter  J’apprécie          20
Cindl   23 juin 2017
L'art de guillotiner les procréateurs : Manifeste anti-nataliste de Théophile De Giraud
Chaque enfance est moins un âge d'or qu'une interminable odyssée de sanglants sanglots et de nauséeuse soumission au exigences socio-parentales.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Citations humoristiques ...

-Ah ! Dans ce cas, prenez un peu de kouign amann, c'est léger ! - Joli biscuit, drôle de nom. - Kouign veut dire "gâteau", amann, "beurre". C'est une spécialité de Douarnenez. Ce qui était bien, c'était que la recette était incluse dans le nom. Ils proposaient aussi une spécialité plus courante : l'andouille de Guéméné. Les marchands ambulants en vendaient un peu partout à Paris. Sauf devant l'hôtel de Rohan-Guéméné, sur la place Royale : le prince de Guéméné goûtait mal d'entendre sous ses fenêtres les cuisiniers crier "Andouille de Guéméné !" Indice : du chou-fleur

Tout va très bien Madame la Comtesse ! de Francesco Muzzopappa
Au service secret de Marie-Antoinette : L'enquête du Barry de Frédéric Lenormand
Tous tes secrets de Lisa Jewell
Le mystère de Roccapendente de Marco Malvaldi

12 questions
9 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , humour , citations philosophiquesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..