AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.49 /5 (sur 280 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lyon , le 28/11/1959
Biographie :

Thierry Di Rollo est un écrivain de science-fiction et de fantasy mais aussi, épisodiquement, de roman noir.

Il fait d'abord partie d'un groupe de musique en tant que bassiste avant de se tourner vers la littérature par le biais de nouvelles parues dans la revue québécoise "Imagine" et des fanzines."Number nine", son premier roman, paraît en 1997 tandis que ses premières nouvelles sont reprises en France dans Galaxie et l’anthologie "Escales sur l’horizon". "Archeur", son deuxième roman, paraît deux ans plus tard, puis suivent "La Lumière des morts" ; "La profondeur des tombes"...

Thierry Di Rollo a été désigné en 2004 comme le "coup de coeur" du festival de fantasy des Imaginales d'Epinal et figure d'ailleurs au sommaire de l'anthologie "Les coups de coeur des Imaginales" parues en 2013 aux côtés d'auteurs comme J-P. Jaworski, C. Bousquet, E. Wietzel...
Il a reçu le prix Elbakin, en 2011, pour son roman Bankgreen.

L'auteur ne vit toutefois pas de sa plume et exerce le métier de programmeur système en informatique.

En mars 2019, il annonce sur son blog qu'il va arrêter d'écrire.
+ Voir plus
Source : www.cafardcosmique.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Thierry Di Rollo   (20)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Thierry di Rollo - Meddik .
A l?occasion des Utopiales 2013 à Nantes, Thierry di Rollo nous présente son oeuvre, dont « Meddik » publié chez Folio SF, et nous parle de ses influences. Pour en savoir plus : http://www.mollat.com/livres/di-rollo-thierry-meddik-rire-sourd-9782070321131.html http://www.mollat.com/auteur/di-rollo-thierry-1361178.html Notes de musique : treasureseason, Return to Dope Mountain, Fjords ®

Citations et extraits (69) Voir plus Ajouter une citation
finitysend   25 octobre 2013
Number nine de Thierry Di Rollo
C'est encore mille fois plus horrible. Simplement parce qu'il n'y a plus rien, plus une herbe, plus un arbre. Rien.

Et c'est ce néant, cette absence de tout, qui vous prend à la gorge.

Commenter  J’apprécie          260
Pavlik   10 mai 2017
La lumière des morts de Thierry Di Rollo
Le monde a toujours préféré se déplacer à l'aide de sales béquilles plutôt que d'apprendre tout simplement à marcher.
Commenter  J’apprécie          220
Pavlik   09 mai 2017
La lumière des morts de Thierry Di Rollo
Comment peut-on naître au sein de ce merdier ? J'ai grandi ailleurs, en Capitale, avec des saisons nettes, malodorantes et noyées d'oxyde de carbone, mais bien découpées. Un printemps sans oiseaux, un été vaseux dans les jupes des filles, un automne à contempler les balayeurs des parcs miteux, leur outil glissant le long des mains relâchées, un hiver de neige grise, sous le ciel gris, et toujours sans le moindre pigeon estropié pour venir picorer les miettes de pain lancées par des vieillards oubliés et oubliant. Une misère de vie citadine bien balisée par la monotonie.
Commenter  J’apprécie          180
Pavlik   08 mai 2017
La lumière des morts de Thierry Di Rollo
J'aimerais pouvoir tous les enculer jusqu'à ce qu'ils en crèvent. Pour leur rendre ce qu'ils m'ont pris. Avoir une queue à la place de cette fêlure qui me blesse. Parce qu'elle ne me sert plus à rien. Oui, être un homme n'a forcément que du bon.
Commenter  J’apprécie          180
finitysend   01 octobre 2012
Number nine de Thierry Di Rollo
( après la faillite de l’âge nucléaire ) ,



Au début on les évacuait par camions entiers , après les avoir soumis à une décontamination sommaire.

Et puis , au bout d’un moment , on a préféré les laisser sur place , parce que leur transfert dans les zones d’habitations encore saines n’était pas du tout du gout des populations d’accueil . Les indésirables étaient repoussés violement . On ne voulait pas de ces pollués , comme ils furent vite appelés . On en voulait au demeurant nul part .

Commenter  J’apprécie          160
JustAWord   30 avril 2022
Cendres de Thierry Di Rollo
Tout le monde a oublié. Mais ces salauds-là n'ont pas tout effacé pour autant. Comme si ça les arrangeait. Comme s'ils avaient doser la souffrance, l'instiller savamment pour qu'elle nous tourmente assez sans jamais nous torturer vraiment. Un travail de sape lent, sournois, terriblement efficace. Je n'ai pas oublié le prénom que j'ai moi-même choisi. Je n'ai pas oublié le code d'identification de l'éprouvette qui m'a conçu. Je n'ai pas oublié l'image de ma mère que, jour après jour, je me suis construit, depuis que j'ai compris que j'aurais pu en avoir une, une vraie, une qu'on touche, qui vous caresse, longuement, jusqu'au bout de la vie. Je me souviens de tout cela. Mais je ne sais plus rien des raisons qui m'ont amené jusqu'ici, ni ce qui a poussé ceux de l'extérieur à nous parquer comme du vulgaire bétail. Le brouillard de la mémoire a tout enlevé. Alors on va crever, les uns après les autres, Renaud, parce que c'est comme ça et qu'on n'y peut rien.
Commenter  J’apprécie          150
Pavlik   09 mai 2017
La lumière des morts de Thierry Di Rollo
Chacun a sa façon d'emmerder l'autre. Bongo, c'est l'hygiène, moi, la lassitude d'une transpiration maladive, l'allemand, la culture du mauvais whisky. Une perle en son genre. Comme une espèce de diamant bouseux empestant l'alcool à des lieues. Lhar s'affranchit des distances. Quelqu'un, quelque part en Europe ou au fin fond de l'Alaska, l'a repéré à l'odeur, je miserais mon salaire de garde là-dessus. Il ne se saoule pas, il est le malt qu'il s'ingurgite par flacons entiers.
Commenter  J’apprécie          150
JustAWord   16 février 2022
Meddik ou Le rire du sourd de Thierry Di Rollo
Sacrifie-t-on réellement quelque chose lorsqu'on fait un choix ?

Certains jours, loin de toi, quand je n'ai pas tes yeux pour me faire croire à la beauté du monde, je réponds oui. Et lorsque je te sens là, tout près de moi, ton souffle chaud et lent sur mon cou, je crois sincèrement que nous ne pouvions pas faire autrement.
Commenter  J’apprécie          141
JustAWord   13 février 2022
Meddik ou Le rire du sourd de Thierry Di Rollo
La vérité, qu'est-ce que c'est, sinon un mensonge raté ?
Commenter  J’apprécie          140
BlackWolf   22 juillet 2014
Drift de Thierry Di Rollo
Quand on a compris que ces saletés de tueurs, tous des friqués de la pires espèce, ne sortaient et ne chassaient leur gibier que le jour, on en a été réduit à choisir la nuit pour au moins survivre.
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur
FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les "petites" de la littérature

Je zonais dans les rues de Gargilesse avec mon pote Alfred et sa gonzesse George, une drôlesse qui ne s'en laissait pas conter. Question boniment elle se posait là ! Elle nous laissa tomber comme deux vieilles chaussettes, cause qu'elle avait vu la petite ...?...

Louisette
Fadette
Marinette
Paulette

10 questions
102 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur