AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.09 /5 (sur 16 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Docteur en histoire, Thierry Noël a passé plus de quinze ans en Bolivie notamment en enseignant l'histoire-géographie au lycée franco-bolivien de La Paz.

Source : http://www.editions-vendemiaire.com
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   08 juin 2016
Pablo Escobar, trafiquant de cocaïne de Thierry Noël
Le " sicariato ", art et méthode du " sicario " [= sicaire], date de la fin des années 1960 ; somme toute, Escobar en a lui-même été un lorsqu'il officiait sur sa moto avec le cousin Gustavo. Néanmoins, c'est au début des années 1980 que le " sicariato " acquiert ses lettres de noblesse. Les nouveaux faubourgs des grandes villes colombiennes, en particulier Medellín, offrent un réservoir inépuisable de petites frappes et délinquants qui, pour des sommes modiques et sans poser de questions, sont prêts à assassiner qui on leur désigne. Le phénomène prend une telle ampleur qu'il est en passe de devenir une véritable plaie pour la société colombienne, les rues des grandes agglomérations étant sillonnées de petites bandes ou d'individus qui terrorisent la population et tiennent en échec les autorités. On évoque l'existence d'écoles de " sicarios " qui s'entraînent au tir et au maniement de la moto sous la conduite de tueurs à gages de la vieille génération. Des hommes comme Elkin C., formateur du jeune Escobar, auraient été à l'origine de ces centres de formation installés dans les périphéries urbaines. Le Patron connaît bien cet univers.



LA FLAMBÉE DES GUÉRILLAS : Relations troubles avec le colonel Noriega.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          591
Nastasia-B   15 juin 2016
Pablo Escobar, trafiquant de cocaïne de Thierry Noël
« Écoutez, mon lieutenant : si vous voulez saisir mes 32 camions, vous allez d'abord avoir besoin de 32 policiers qui sachent conduire un poids-lourd, de 32 assistants pour les chauffeurs et de 64 porteurs de charge pour la marchandise. Mais, surtout, il vous faudra un millier de soldats parce qu'il va falloir me tuer sur place. En clair, soit vous prenez l'argent, soit vous mettez votre vie en jeu. »



Comment on devient un bandit : Dans les bas-fonds de Medellín.
Commenter  J’apprécie          561
Nastasia-B   03 juin 2016
Pablo Escobar, trafiquant de cocaïne de Thierry Noël
En dehors du cadre industriel, la production de cocaïne artisanale est relativement complexe, ce qui en explique la rareté autant que le prix élevé. Les procédés diffèrent et évoluent avec le temps, de même que les quantités de feuilles ou de produits chimiques utilisés pour en produire. Il est tout de même possible d'en souligner les grandes étapes, tout en gardant à l'esprit que cette description est émise à titre indicatif. Il faut d'abord une certaine quantité de feuilles, environ 250 kg, sachant que l'on peut réaliser de trois à quatre récoltes par an. Il est important que les feuilles soient fraîches, celles-ci perdant de leur potentiel avec le temps. Elles sont séchées le temps d'une journée et réduites en petits morceaux. On y ajoute alors du carbonate de sodium et le mélange est versé dans des tonneaux contenant de l'essence, où il macère pendant près d'une journée ; pour accélérer la macération, il est cependant courant de faire piétiner le mélange, comme on le ferait du raisin, par une petite main-d'œuvre qualifiée de " pisa-cocas ". La masse ainsi formée est séparée de l'essence, pressée pour en extraire le liquide et jetée. On ajoute alors au liquide récupéré de l'acide, en général de l'acide sulfurique, qui permet de séparer la base de cocaïne du reste. On verse alors de la soude caustique qui précipite la cocaïne, laquelle est filtrée à travers un tissu. La masse qui en résulte, environ un kilogramme de sulfate de cocaïne, est séchée, formant ce qu'on appelle communément la pâte-base de cocaïne,première étape consommable de la drogue, quoique hautement nocive du fait des restes de produits chimiques qu'elle contient. C'est en général à ce stade que s'arrêtent les petits producteurs locaux qui vendent la pâte à des trafiquants. Ces derniers, en utilisant plusieurs solvants tels que l'éther, font subir divers processus de cristallisation à la pâte, pour obtenir une pâte dite lavée, puis environs 800 grammes de chlorhydrate de cocaïne, qui est la cocaïne normalement consommée.



Introduction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          437
Nastasia-B   30 mai 2016
Pablo Escobar, trafiquant de cocaïne de Thierry Noël
Je suis un homme heureux. Je suis tout ce que j'ai toujours voulu être : un bandit.
Commenter  J’apprécie          422
Nastasia-B   29 juin 2016
Pablo Escobar, trafiquant de cocaïne de Thierry Noël
L'article d'un journal libanais donne au scandale une nouvelle ampleur. On y découvre un aspect jusque-là tenu secret de l'Entreprise conduite par North : vers 1983, faisant face à une vague d'enlèvements de citoyens américains au Liban alors en pleine guerre, les États-Unis avaient sollicités les services de la République islamique d'Iran, alors même que celle-ci faisait office d'ennemi juré de l'administration Reagan, au même titre que l'U.R.S.S. ou la Libye du colonel Kadhafi. Un accord avait été trouvé sur la base de la vent secrète de missiles à l'Iran, alors en pleine guerre contre l'Irak de Saddam Hussein, pourtant soutenu officiellement par les États-Unis. Dans un premier temps, Israël, autre ennemi juré des Iraniens, a joué les intermédiaires pour des livraisons qui ont commencé en août 1985. C'est tout un réseau de marchands d'armes douteux qui a assuré les opérations sur le terrain, appuyé par un réseau non moins suspect de généraux américains en retraite et d'agents de la CIA. L'échec d'une opération en novembre 1985 a conduit à la prise en main directe de la logistique par les États-Unis. Des otages ont bien été libérés en échange, mais remplacés par d'autre entretemps. Le lien entre les deux affaires est simple : une partie des bénéfices engrangés par la vente de missiles, assez réduite d'ailleurs, devait être attribuée aux Contras. Le Contragate devient l'Irangate, à côté duquel le volet propre aux Contras semble négligeable.



L'EMPIRE ET SES OMBRES : Contragate.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
nadiouchka   07 juillet 2019
La guerre des cartels de Thierry Noël
Début novembre 1997, le directeur du magazine, Jesus Blancornelas, décide de publier la lettre ouverte de la matrone d’un petit clan de jeunes narcos victimes de l’ire des Arellano. Elle qui avait déjà perdu deux fils en 1995, vient non seulement de perdre sa fille mais aussi son petit-fils, un nouveau-né, victime du même mitraillage. S’adressant directement à Benjamin Arellano, mère éplorée déclare :

C’est par la vie que tu dois payer tes erreurs. Que la mort ne soit ni ta récompense, ni ta punition. Puisses-tu vivre de nombreuses années encore et connaître la douleur de perdre tes enfants !

P.129/130
Commenter  J’apprécie          200
nadiouchka   14 juillet 2019
La guerre des cartels de Thierry Noël
La dévaluation du peso mexicain provoque une crise sans précédent aux conséquences internationales, à l’origine de ce qu’on a appelé l’effet tequila.

P.115
Commenter  J’apprécie          140
nadiouchka   09 juillet 2019
La guerre des cartels de Thierry Noël
L’association officielle du rocker Elvis Presley, lui-même gros consommateur de drogue, à la lutte annoncée donne à cette nouvelle politique un aspect comique, mais le changement amorcé par Nixon est tout de même majeur.

P.13/14
Commenter  J’apprécie          130
nadiouchka   10 juillet 2019
La guerre des cartels de Thierry Noël
Depuis le début des années 1970, les États-Unis et leurs partenaires étrangers ont en effet porté des coups fatals à la French Connection, ainsi qu’à ses associés turcs. Or si l’héroïne produite au Mexique, la fameuse Brown Sugar chantée dès 1971 par les Rolling Stones, est grossière et mal raffinée, elle constitue un substitut tout à fait acceptable pour les clients peu regardants, tout en étant moins chère à l’achat.

P.16
Commenter  J’apprécie          120
nadiouchka   15 juillet 2019
La guerre des cartels de Thierry Noël
L’établissement de relations directes et durables entre Colombiens et Mexicains, vers 1981-1982, constitue un événement majeur de l’histoire du trafic international, et une immense aubaine pour chacune des parties. Pour les Colombiens, c’est l’ouverture d’une route d’acheminement extraordinaire, source de profit juteux, que le cartel de Medellin désignera sous le surnom d’El Rancho.

P.37
Commenter  J’apprécie          90
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Marche ou Crève

Sous quelle nom le livre a été publié?

Stephen King
Richard Bachman

17 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Marche ou crève de Stephen KingCréer un quiz sur cet auteur