AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.82 /5 (sur 52 notes)

Nationalité : Norvège
Né(e) à : Oslo , le 21/11/1973
Biographie :

Thomas Enger est un auteur et journaliste norvégien.

"Mort apparente" est le premier d'une série de six polars

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
christinebeausson   30 mars 2019
Cicatrices / Mort apparente de Thomas Enger
C'est difficile de se souvenir de chaque jour et de chaque moment passés avec lui, au lieu de pleurer ce qui n'adviendra jamais. Mais si je parviens à me convaincre que les six années d'existence de Jonas étaient les plus belles années de ma vie, eh bien, ce sera un début.
Commenter  J’apprécie          50
bilodoh   19 juillet 2019
Douleur fantôme de Thomas Enger
— J’ai l’impression d’avoir perdu un grand morceau de moi-même, dit-elle en parlant lentement sans le regarder. Une part de moi-même s’en est allée et pourtant, d’une certaine façon, cette part continue à faire mal. Vous voyez ce que je veux dire ? […]

— Ce sont des douleurs fantômes, dit il.



(Bragelonne, p.437)
Commenter  J’apprécie          40
Thomas Enger
Kassuatheth   19 octobre 2013
Thomas Enger
Quand quelqu'un a quelque chose sur le cœur et se met à parler, ne l'interromps pas. Laisse-le terminer Même si tu n'aimes pas ce qu'il dit.

Page 170

Commenter  J’apprécie          40
mimo26   12 décembre 2018
Douleur fantôme de Thomas Enger
Vingt-deux mois plus tard



C’est toujours le même cri.



Henning Juul cille et tâtonne à la recherche de l’interrupteur. Sous lui, le drap est humide, l’air vibre de chaleur. Il passe ses doigts moites sur son visage et son cou, suit le tracé des cicatrices. Sous son crâne, les pulsations de la migraine sont calées sur un rythme de basse qui lui arrive par une fenêtre ouverte sur Steenstrupsgata. Dans le lointain, une moto démarre en faisant rugir son moteur, puis le silence retombe. Comme le roulement de tambour qui précède une exécution.



Henning prend une profonde inspiration et essaie d’éradiquer le rêve qui paraît encore trop réel. Mais le cauchemar s’accroche.







Ça a commencé comme un bon rêve. Jonas et lui étaient sortis jouer. Pendant la nuit, une épaisse couche de neige avait recouvert le sol. Au carrefour du parc Birkelunden, les rails du tramway, réduits à de minces traits d’argent tracés au cordeau, étaient à peine visibles. Les lourds flocons continuaient à danser dans les airs, mais fondaient aussitôt qu’ils touchaient les joues de Henning.



Il a parcouru Toftest Gate en tirant Jonas sur sa luge, puis il est entré dans le parc de Sofienberg, où les enfants s’agitaient comme des fourmis sur la petite colline qui descendait de l’église. Jonas se balançait énergiquement de droite à gauche. En arrivant au sommet de la butte, Henning était épuisé. Il s’apprêtait à s’asseoir à l’arrière de la luge, quand Jonas l’en a empêché.



— Pas toi, papa ! Moi, tout seul !



— D’accord. Mais tu sais que ça veut dire que tu devras remonter la luge tout seul. Jusqu’en haut.



— Ouais, ouais.



— C’est promis ?



— Ouiiii !



Henning savait que la durée de vie des flocons de neige humide surpassait largement celle des promesses de Jonas, mais ça n’avait aucune importance.



— Pousse-moi, je veux aller suuuuper vite !



— D’accord. Tiens bon. On compte jusqu’à trois.



Ils ont compté à l’unisson :



— UN ! DEUX ! Eeeet TROIS !

Henning a propulsé Jonas avec énergie. Il l’a entendu pousser un cri aigu de plaisir en s’élançant. Les autres enfants observaient aussi son fils, souriant au spectacle du petit garçon au bonnet pâle qui fonçait vers un tremplin que quelqu’un avait aménagé à mi-pente. Jonas l’a atteint, il a décollé brièvement, atterri rapidement et hurlé de joie en tournant le guidon pour éviter la collision avec une petite fille qui arrivait sur le côté. Elle s’est retournée pour le suivre des yeux, alors qu’il virait de plus en plus vers la gauche.



Vers les arbres.



Henning aussi l’avait remarqué, il a vu quelle direction prenait Jonas, avec ses petits poings crispés sur le guidon. Il a commencé à dévaler la pente, mais il a trébuché, il est tombé et a roulé plusieurs fois sur lui-même, avant de parvenir à se remettre debout.



Les flocons de neige, les voix et le brouhaha se sont estompés alors que Henning ouvrait la bouche pour crier, mais aucun son n’en sortait. Il regardait avec désespoir les autres parents qui observaient Jonas, cloués sur place sans rien faire pour l’aider. À la fin, il a fermé les yeux. Il ne voulait pas voir ce qui allait se passer. Il ne voulait pas voir mourir son fils. Pas encore une fois.



Puis Jonas a disparu. Tout comme la colline, les flocons de neige, les arbres et les gens. Tout est devenu noir autour de lui. L’odeur caractéristique de la fumée a envahi ses narines. Et, même s’il ne pouvait pas voir Jonas, il pouvait entendre ses cris. Henning a agité frénétiquement les bras devant lui pour creuser un trou dans l’obscurité qui s’épaississait, mais ça n’a rien changé. La chaleur intense lui grillait la peau. Respirer était devenu pénible et il s’est mis à tousser.



Une faible lueur est apparue au cœur de la fumée. Henning a cligné des yeux et s’est concentré sur la trouée qui s’élargissait : il distinguait une porte dévorée par les flammes. Il a été pris d’une nouvelle quinte de toux. Puis l’ouverture a commencé à se refermer et, bientôt, elle a été entièrement masquée par la fumée. Tout son environnement était brûlant, étouffant et noir comme la nuit. Et Jonas s’est mis à hurler. Encore.







Henning soupire de soulagement en voyant clignoter la lumière rouge. Son regard cherche l’autre alarme incendie fixée au plafond. Il attend qu’elle émette son indicateur cyclique de bonne santé. Mais les secondes défilent. Encore. Et encore. Une contraction progresse dans sa poitrine, puis s’étend à ses épaules, à sa nuque. Enfin, la deuxième alarme clignote. Une brève lueur rouge.



Il se laisse retomber sur son oreiller et expire en attendant que le monstre se calme dans sa poitrine. La bête finit par reprendre sa cadence normale. Henning effleure les cicatrices de son visage. Elles le font souffrir. Pas seulement à l’extérieur. Il sait que la douleur ne s’apaisera pas avant qu’il ne trouve la personne qui a incendié son appartement. Qui a soufflé la vie du meilleur petit garçon du monde entier.



Henning consulte le réveil posé sur la table de chevet. Il n’est même pas 22 h 30. La migraine qui l’a envoyé au lit, il y a une heure et demie, bat toujours sous son crâne. Il se traîne dans la cuisine en se massant les tempes et prend la dernière canette de Coca dans le frigo. Puis, il passe dans le salon, débarrasse le divan encombré de vêtements et de journaux, s’assied et ouvre son soda. Le pétillement des bulles qui grimpent à la surface lui donne envie de dormir. Il ferme les yeux en souhaitant de toutes ses forces qu’il n’y ait pas de flocons de neige dans son prochain rêve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Kassuatheth   19 octobre 2013
Cicatrices / Mort apparente de Thomas Enger
En italique dans le texte

Quand quelqu'un a quelque chose sur le cœur et se met à parler, ne l'interromps pas. Laisse-le terminer Même si tu n'aimes pas ce qu'il dit.

Page 170

Commenter  J’apprécie          30
mimo26   12 décembre 2018
Douleur fantôme de Thomas Enger
Prologue



La Harley-Davidson de Jocke est déjà là.



Tore Pulli gare sa moto et enlève son casque. Il met pied à terre, le gravier craque sous ses semelles. Les fenêtres de la vieille usine fixent l’obscurité d’un regard aveugle. Le silence est dense, oppressant.



Pulli suspend le casque au guidon et marche vers la porte. Les gonds grognent lorsqu’il pousse le battant. Il avance d’un pas prudent.



— Jocke ?



L’écho de sa voix se répercute dans l’espace vide. Ses bottes claquent sur le revêtement en béton. Peu à peu, ses yeux s’acclimatent à la pénombre, mais il ne voit que les murs et le sol nus, des poutres et des piliers festonnés de toiles d’araignée. Le vent d’octobre hurle à travers les vitres brisées. De petits nuages blancs de condensation glacée s’échappent de sa bouche.



C’est presque comme dans le temps, se dit Pulli en avançant. On monte en puissance avant la confrontation. Il goûte la sensation familière de l’adrénaline qui se rue dans ses veines.



Plus loin dans l’ombre, il discerne une forme allongée sur le ciment. Comme il s’en approche avec précaution, il distingue une odeur âcre d’urine et de métal. Il dérape dans une substance visqueuse, manque de tomber et se rattrape de justesse. Il sort son portable et éclaire le sol.



C’est alors qu’il voit dans quoi il vient de marcher.



Un cadavre gît devant lui. Le dos d’un blouson de cuir imprégné de sang a été lacéré à plusieurs reprises. Au-dessus du col, la boîte crânienne dénudée brille à travers une large entaille dans le cuir chevelu rasé et tatoué.



Il reconnaît immédiatement le motif. Il n’y a que Jocke Brolenius pour avoir « Go To Hell » tatoué sur la nuque.



Son mobile s’éteint.



Il tend l’oreille tout en examinant les alentours d’un regard nerveux, mais il ne perçoit qu’un profond silence. La grande salle semble vide – hormis Jocke. Cet homme qu’il haïssait avec passion, mais dont il ne voulait la mort pour rien au monde.



Ou, du moins, pas tout de suite.



Il se penche, saisit le blouson et retourne le corps pesant. Le visage couvert de sang est crispé, la bouche ouverte. Pulli pose deux doigts sur le cou de Jocke, près de l’artère, mais enlève aussitôt sa main. Bien que la gorge soit chaude, elle est aussi molle et lâche, Pulli a la sensation de toucher une éponge humide déchiquetée.



C’est alors qu’il le voit par terre. Le coup-de-poing américain.



Son coup-de-poing américain.



Putain, comment a-t-il atterri ici ?



Une horrible pensée le submerge. Un tas de gens étaient au courant de cette rencontre, sans compter tous ceux qui l’ont vu partir pour le rendez-vous. Et ils étaient beaucoup trop nombreux à savoir que le coup-de-poing américain était suspendu au mur dans son bureau. Et maintenant, le sang de Jocke est sur ses mains, ses vêtements et ses bottes.



Un coup monté ! Un enfoiré lui a tendu un piège.



Pulli envisage de ramasser le coup-de-poing américain et de filer, mais il se ravise. Tu as touché le corps, se dit-il. Tes empreintes sont sur le blouson de Jocke. N’aggrave pas ta situation ; c’est déjà assez moche comme ça.



Il sort de nouveau son portable. Avec ses doigts tachés de sang, il compose le numéro d’urgence pour appeler la police. Tu sais ce qui s’est vraiment passé, se dit-il. Dis-leur la vérité et tout ira bien.



Tu n’as rien à craindre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Kassuatheth   19 octobre 2013
Cicatrices / Mort apparente de Thomas Enger
Il est plein de préjugés. Mais il aime bien les préjugés, il aime revoir ou changer ses points de vue après coup parce qu'il a appris des choses qui bouleversent ses idées reçues. Ce qu'il a appris en observant l'appartement des frères Marhoni ressemble à une friandise peu appétissante, mais qui a un goût incroyable quand on la déballe pour la mettre dans sa bouche.

Page 125

Commenter  J’apprécie          20
Kassuatheth   19 octobre 2013
Cicatrices / Mort apparente de Thomas Enger
Opinion émise par un personnage

L'idée du film (c'est de parler de ce qui se passe véritablement dans le monde) ce qui peut devenir courant en Norvège si des milieux islamistes obtiennent le droit de s'implanter et de faire ce que bon leur semble. À ce moment-là) ça ne changera rien qu'on soit norvégiens ou musulmans. À quoi ressemblera Oslo dans trente ou quarante ans) à ton avis? On va sûrement tous se retrouver musulmans) bien endoctrinés et bien comme il faut. C'est pour ça que Yashid est un musulman tout ce qu'il ya de plus classique, et Mona une Norvégienne banale. Pour faire réfléchir un peu les gens.

Page 311

Commenter  J’apprécie          10
Kassuatheth   21 octobre 2013
Cicatrices / Mort apparente de Thomas Enger
- Peut-être que quelqu'un a tout simplement trouvé que c'était une bonne idée de la tuer par lapidation. C'est une façon abominable de tuer quelqu'un. Ça prend un temps fou, surtout si les pierres sont petites.

Page 83

Commenter  J’apprécie          20
christinebeausson   30 mars 2019
Cicatrices / Mort apparente de Thomas Enger
Ça arrive tous les jours. Les gros poissons ont tellement peur que les petits poissons ne deviennent grands qu'ils sacrifient dans la même manœuvre à la fois les bonnes manières et l'éthique professionnelle. Parfois, il ne s'agit pas d'un vol pur et simple : il se donne la peine d'entrer en contact avec la source et obtiennent des déclarations identiques, ce qui leur permet de proclamer haut et fort – la plupart du temps avec une belle dose d'indignation – qu'ils ont tout bonnement eu la même idée.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Avec qui passer Noël ?

- Qui pourrai-je inviter à Noël ? J'ai mon crayon à la main pour faire ma liste. - Tiens, déjà comme tu es célibataire, voilà un livre qui va t'aider ..."Comment kidnapper un mari quand on n'a rien pour plaire", me donne ma future ex meilleure amie. donc pas de mari à Noël !

Nadine de Rotschild
Tom Sharpe

14 questions
19 lecteurs ont répondu
Thèmes : humour , romans policiers et polars , romans américainsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..