AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.96 /5 (sur 27 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1977
Biographie :

Thomas Schlesser est docteur en histoire de l'art (Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris,2006). et enseigne à l'ESAG-Penninghen. Thomas Schlesser est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages. Editeur, enseignant, journaliste pour Beaux Arts Magazine, radioNova et rue89, il s'intéresse plus particulièrement aux rapports entre art et politique.
Il a signé de nombreux travaux sur les rapports entre les champs esthétique (arts visuels, littérature, cultures de masse…) et politique. Il a publié plusieurs ouvrages sur Gustave Courbet, dont sa thèse : Réceptions de Courbet – Fantasmes réalistes et paradoxes de la démocratie (1848-1871) (Les presses du réel, 2007).
Thomas Schlesser est l'auteur de la préface de l'ouvrage de référence Une image du peuple - Gustave Courbet et la révolution de 1848 de T. J. Clark, réédité aux Presses du réel en 2007, ainsi que d'un essai sur Sophie Ristelhueber (Les presses du réel, 2009).
Il est également commissaire d'expositions et romancier.
+ Voir plus
Source : Catalogue de la BNF et TwitterLes Presses du réel
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les Entretiens Liberté ! - Liberté artistique Rencontre avec Amos Gitaï, cinéaste, titulaire 2018-2019 de la chaire création artistique du Collège de France, Thomas Schlesser, historien de l?art à l?École Polytechnique, directeur de la Fondation Hartung Bergman. Échanges conduits par Jérôme Clément, président fondateur d?Arte. Retrouvez les livres : https://www.mollat.com/Recherche/Auteur/0-115956/amos-gitai Notes de Musique : © mollat Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
ElGatoMalo   13 avril 2013
Beaux Arts Magazine, Hors-série : Léonard de Vinci de Thomas Schlesser
Léonard est extraordinairement beau, élégant et soigné avec ses pourpoints chatoyants, ses chausses collantes et ses cheveux bouclés. Il force l'admiration par son esprit, son équilibre intellectuel, son assurance dans le travail. La trentaine, avec son nez cassé, sa sensibilité d'écorché vif, Michel-Ange n'a pas la superbe de son rival. Il est sauvage, débraillé, sale agressif et bagarreur.
Commenter  J’apprécie          142
Mimimelie   13 mai 2014
Beaux Arts Magazine, Hors-série : Léonard de Vinci de Thomas Schlesser
Animé d’une grande soif de savoir, Léonard de Vinci est le symbole d’un siècle où le progrès se heurte de plein fouet à l’épaisseur des dogmes.

...

Mais avec ce siècle, des portes se sont définitivement ouvertes, les idées se sont irrémédiablement faufilées et nourrissent encore notre réflexion. Montaigne, Rabelais, les poètes de la Pléiade, Michel-Ange, Vinci et tant d’autres, sont toujours convoqués pour nous frayer la route et nous éclairer. Et aussi pour nous prévenir que rien n’est jamais acquis à l’homme, comme disait le poète.



L’esprit de la Renaissance nous rappelle ainsi et surtout d’être lucides ; s’il nous apprend la ferveur, l’admiration, la force de l’esprit critique et la confiance en l’homme, il révèle, souvent même à son insu, les noirceurs qui menacent sans cesse l’homme et qui, toujours vivaces, se tiennent en embuscade….

Commenter  J’apprécie          20
Mimimelie   13 mai 2014
Beaux Arts Magazine, Hors-série : Léonard de Vinci de Thomas Schlesser
On croit connaître les Vinci. Des Traits onctueux, étoffés dans un décor éthéré. Des visages doux. Le sfumato. La légèreté des arrière-plans toscans. Et puis cette atmosphère sourde, si sourde qu’on n’y voit plus rien.

C’est pourtant un fait : au Louvre, chaque jour, des milliers de visiteurs se pâment devant ce qui n’est que l’ombre de Vinci : des peintures à l’huile encrassées, pour ne pas dire des croûtes jaunes. Le génie ? Il est noyé par d’exécrables nappes de vernis qui étouffent les figures, elles qu’autrefois on jurait avoir vu respirer.

Mais du fond de ce triste horizon perce une lueur d’espoir. 2012 a mis fin à la série noire.

Ça y est, La Sainte Anne est restaurée. Et bientôt, ce coup de jeune n’aura de secrets pour personne.

… le choc auprès du public est inévitable : « La Sainte Anne est si ancrée dans notre mémoire visuelle que son état restauré créera la surprise »



Cette restauration-là a permis de découvrir le vrai sfumato. Avec les vernis celui-ci était devenu une sorte de clair-obscur viré en grisaille. Or, il est censé produire des modulations imperceptibles de l’ombre à la lumière. Et aujourd’hui, on est à même de s’en rendre compte. La lumière de Vinci est pareille la lumière du jour qui tombe sur vos visages. On ne voit aucun contour, tout est d’une subtilité inouïe : ça passe du rose au blanc, ici un peu plus sombre, là un peu plus jaune. Avant, c’était un tableau couvert de taches. Mystérieux, certes, mais d’un mystère trompeur.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Mimimelie   16 avril 2018
Beaux Arts Magazine, Hors-série : Raphaël : L'inventaire de la beauté de Thomas Schlesser
Sûre de sa force et de ses racines, Rome attira en son sein les plus grands génies vivants afin de reconstruire sa puissance et d’assurer un rayonnement incomparable. Elle devient ainsi, selon l’expression du biographe des plus illustres artistes de la Renaissance, Giorgio Vasari, « la ville des merveilles », un foyer où « les gens affluent comme des fous ». Au Quattrocento, ce fut Florence, vaillante cité de 90 000 âmes qui, sou l’effet de la culture humaniste et de celle de la « magnificence » devenait un grand chantier à ciel ouvert et un centre d’attraction exceptionnel. Le concours de la richissime famille Médicis, à commencer par Cosme 1er, accouche de prodiges par centaines : les bibliothèques publiques, le couvent San Marco, la basilique San Lorenzo, les fabuleux retables de Fra Angelico ou Filippo Lippi… Mais Rome, un temps supplantée, rattrape son retard et se dresse face à la cité toscane … Là, de façon quasiment simultanée, Michel-Ange achève le décor de la chapelle Sixtine (à l’exception du Jugement dernier qu’il ne reprendra qu’en 1532) et Raphaël signe celui des chambres du Vatican. L’excitation soulevée par ce double tour de force, l’engouement suscité par cette fracassante explosion de beauté érigent Rome en centre du monde moderne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Mimimelie   16 avril 2018
Beaux Arts Magazine, Hors-série : Raphaël : L'inventaire de la beauté de Thomas Schlesser
Raphaël connaîtra à Rome deux chefs d’Eglise flamboyants. L’un et l’autre marqueront leur époque par leurs excès. Entre décadentisme et sens visionnaire.



Jules II, la foi dans la guerre et le sexe.

Giuliano della Rovere, dit Jules II, pape en 1503, est un chef de guerre, un condottiere, qui adore les bras de fer avec les rois voisins ou avec les Etats italiens refusant de passer sous sa coupe. Les armes que lui procure son statut : l’excommunication et le commerce des indulgences qui lui rapporte tant d’argent pour payer ses troupes suisses…



Léon X, monnayeur des péchés qui lui succède en 1513 est d’une bien autre nature. Sa culture est exceptionnelle…. Ce n’est pas un ange, c’est un Médicis : il ne dédaigne pas de manigancer l’assassinat discret de ses ennemis pour parvenir à ses fins. … Le train de vie de ce pape-là est aussi phénoménal. 1200 serviteurs, record battu. …. Lui aussi cultive des rapports privilégiés avec les grands artistes de son temps. A Raphaël, il demande tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Mimimelie   16 avril 2018
Beaux Arts Magazine, Hors-série : Raphaël : L'inventaire de la beauté de Thomas Schlesser
Michel-Ange, le meilleur ennemi de Raphaël

Michel-Ange s’agaçait des emprunts de Raphaël et se plaignait surtout de son succès auprès des papes, criant au plagiat là où il s’agissait d’hommage flatteur. Récit d’une rivalité à sens unique.



Cela étant, les inclinations personnelles de Raphaël et de Michel-Ange ne les portent ni vers les mêmes matériaux ni vers les mêmes techniques : si le Florentin n’a jamais caché sa préférence pour le marbre, il n’en a pas moins peint à fresque la Sixtine en dépit du « je ne suis pas peintre » du sonnet inscrit dans un coin du plafond. En outre, dans un mot maintes fois rapporté jusqu’à Stendhal, Buonarroti aurait revendiqué ne pratiquer que la fresque, jugeant la peinture à l’huile propre aux femmes et au paresseux –celle-là même qu’affectionnait Sanzio !
Commenter  J’apprécie          10
Mimimelie   16 avril 2018
Beaux Arts Magazine, Hors-série : Raphaël : L'inventaire de la beauté de Thomas Schlesser
Ils étaient donc une cinquantaine, aux côtés de Raphaël, à l’assister dans les innombrables tâches que supposaient ses fonctions. Répondre à des commandes de portraits, de fresques, de tapisseries et d’expertises archéologiques exige des forces. Beaucoup de forces. Depuis le broyage des couleurs, jusqu’à la réalisation de parties entières des compositions… Heureusement, Raphaël sut s’entourer. Notamment d’un certain Giulio Pippi, mieux connu sous le nom de Giulio Romano, ou Jules Romain en version francisée. Laura Angeluci et Roberta Serra, qui lui consacrent une exposition au Louve, soulignent : « Il a en commun avec Raphaël la pluridisciplinarité puisqu’il excelle comme architecte et comme peintre de décorations extérieures et intérieures »…



(voir article et œuvres de Romano pp suivantes)
Commenter  J’apprécie          10
Mimimelie   16 avril 2018
Beaux Arts Magazine, Hors-série : Raphaël : L'inventaire de la beauté de Thomas Schlesser
Raphaël, pour sa part, travaille et pense de concert avec son grand ami Baldassare Castiglione. Ils partagent le même point de vue sur la question des ruines et leur binôme a eu une importance considérable dans l’élaboration de la pensée actuelle sur la conservation des œuvres. Certes, ils ne sont pas les inventeurs du musée, mais ils sont incontestablement ceux de la préservation du patrimoine. ….

Raphaël prend la plume et somme Léon X de veiller sur les reliques de cette « mère de la gloire et de la grandeur italienne ». … il conçoit sa mission d’archéologue avec une ambition historique, sociale et politique beaucoup plus vaste : retrouver la monumentalité de l’antique et l’offrir comme cadre quotidien aux Romains.
Commenter  J’apprécie          10
Mimimelie   16 avril 2018
Beaux Arts Magazine, Hors-série : Raphaël : L'inventaire de la beauté de Thomas Schlesser
Appelé à la cour pontificale, Raphaël convertit la « bottega » traditionnelle, modeste structure artisanale, en une véritable manufacture artistique. A la tête du plus grand atelier de Rome, le maître réforma l’art de son temps et le statut social de l’artiste.

Exceptionnelle par sa taille, la bottega de Raphaël se distinguait également par le haut niveau de qualification de ses membres. Contrairement aux usages du temps, qui cantonnaient les assistants à des tâches subalternes, l’artiste confiait à son atelier la tutelle de chantiers prestigieux. … Raphaël, selon Vasari, était un professeur charismatique, excellant à fédérer les talents.
Commenter  J’apprécie          10
Mimimelie   16 avril 2018
Beaux Arts Magazine, Hors-série : Raphaël : L'inventaire de la beauté de Thomas Schlesser
Passer outre la norme… Il suffit de presque rien pour renverser l’équilibre d’une pose, l’harmonie d’un visage. La confrontation des études, des œuvres et de leurs réinterprétations au sein de l’atelier pose justement la question de la création oui de l’altération des modèles. Une paupière légèrement plus gonflée, un nez trop allongé, une bouche exagérément arquée ou un menton projeté vers l’avant et les traits embellis à l’excès perdent leur naturel. Il suffit de presque rien pour que la grâce ne devienne maniérée, maniériste. De toute évidence, l’harmonie esthétique est infiniment précaire
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Le savez-vous ?

Dès quatorze ans, Victor Hugo n'avait pas peur d'écrire dans son cahier d'écolier : "je veux être ...... ou rien". De qui s'agissait-il ?

Flaubert
Chateaubriand
Stendhal

12 questions
45 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , histoire , musique , peintureCréer un quiz sur cet auteur

.. ..