AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.36 /5 (sur 7 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Hagen , le 29 Avril 1974
Biographie :

Principalement connu pour ses travaux sur Hitler, Thomas Weber a étudié de 1993 à 1996 l'histoire, la littérature anglaise et le droit à la Westfälische Wilhelms-Universität Münster et de 1996 à 1998 l'histoire moderne à Oxford.
Après avoir travaillé durant plusieurs années dans de prestigieuses universités américaines, il enseigne désormais l'histoire et les relations internationales à l'Université d'Aberdeen.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Oliv   13 novembre 2017
La première guerre d'Hitler de Thomas Weber
De fait, les archives ne gardent aucune trace de la moindre initiative d'Hitler en vue d'obtenir une promotion. Sa sociabilité déficiente et son excentricité ne favorisèrent sans doute pas son parcours. Servant comme officier, Wilhelm Diess l'eut sous ses ordres pendant une courte période. Devenu professeur à la faculté de droit de l'université de Munich après la Seconde Guerre mondiale, il confia à l'un de ses étudiants qu'Hitler n'était jamais devenu sous-officier à cause de son caractère querelleur, buté et intransigeant. En outre, si ironique que cela puisse paraître, Hitler ne montrait alors aucune aptitude au commandement. Un autre officier de l'unité d'Hitler ne décelait chez lui ni "ascendant" sur son entourage ni étoffe de meneur d'hommes.
Commenter  J’apprécie          60
Nikoz   02 octobre 2015
La première guerre d'Hitler de Thomas Weber
Hitler confia [...] combien il craignait de redevenir aveugle.
Commenter  J’apprécie          70
Oliv   12 novembre 2017
La première guerre d'Hitler de Thomas Weber
Le 21 octobre, au petit jour, leur paquetage fin prêt et munis de pommes, de cigarettes et de confiseries, les hommes du régiment List quittaient la Bavière. Nombre d'entre eux ne devaient jamais la revoir. Famille et amis, regroupés sur le quai de la gare de marchandises de Munich, agitaient une dernière fois la main, en lançant des adieux au convoi qui s'éloignait. La veille, déjà, Hitler était "terriblement excité", s'il faut en croire la lettre qu'il avait adressé à Anna Popp, sa logeuse, l'une des deux seules destinataires de sa correspondance, puisqu'il avait coupé les ponts avec sa famille et ses amis autrichiens. Les hommes du 16è RIR ignoraient encore sur quel secteur du front ils seraient déployés, mais nombre d'entre eux espéraient se battre contre "l'Angleterre". Depuis son entrée dans la guerre, la "Perfide Albion" passait pour responsable du conflit. Dans sa dernière lettre de Munich à Anna Popp, Hitler confiait : "J'espère que nous irons jusqu'en Angleterre." Animé d'un même espoir, Albert Weisgerber écrivait quelques jours plus tôt à son épouse : "Ce serait merveilleux si nous pouvions participer à l'épisode décisif de cette guerre : le débarquement en Grande-Bretagne."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Oliv   14 novembre 2017
La première guerre d'Hitler de Thomas Weber
Pendant ce temps, sur la crête de Vimy, les hommes du régiment List s'apprêtaient à célébrer Noël. Loin de constater une brutalisation des conduites, une radicalisation nationaliste ou l'affirmation d'une haine farouche pour les ennemis britanniques, Canadiens et Bavarois tentèrent, pour la troisième année consécutive, de réitérer l'expérience de la trêve de Noël.

Des deux côtés de la ligne de front, durant le mois de décembre, les officiers prirent toutes les mesures possibles pour décourager d'éventuelles initiatives de fraternisation. Or la conduite des hommes du rang, depuis octobre, rendait celles-ci plus vraisemblables encore que les années précédentes. Ainsi, à l'arrivée des troupes canadiennes sur la crête de Vimy en octobre, presque en même temps que celle du régiment List, des soldats bavarois — aucune source n'indique l'unité concernée — avaient hissé une pancarte au-dessus de leur tranchée, portant les mots : "Bienvenue aux Canadiens".
Commenter  J’apprécie          40
enkidu_   11 mars 2017
La première guerre d'Hitler de Thomas Weber
Dans ce milieu où s’imposait une proximité permanente, même les soldats dont il avait gagné l’amitié évoquèrent plus tard son caractère réservé. Selon leurs témoignages, il s’absorbait dans la lecture et manquait d’esprit pratique. Son attitude faisait l’objet de plaisanteries, rappela Alois Schnerlldorfer : Hitler, disait-on, aurait pu mourir de faim dans une conserverie, puisqu’il était incapable d’ouvrir une boîte de conserve avec sa baïonnette. Dans un rapport remis aux archives centrales du parti nazi en 1940, une autre estafette du régiment, Heinrich Lugauer, évoquait le caractère particulier d’Hitler : « Chaque minute de son temps libre était consacré à la lecture. Même lorsqu’il était à l’avant, il s’asseyait dans un coin, sa réserve de cartouches à portée de main et son fusil dans les bras, et il lisait. Un jour, il m’a emprunté un livre, c’était un ouvrage de Nietzsche, si ma mémoire est bonne. »



La même année, Karl Lippert, le sous-officier chargé des estafettes du régiment jusqu’en 1916, relata : « Dès que la journée était un peu plus tranquille, au poste de commandement de Fromelles ou de Fournes, Adolf Hitler s’absorbait dans la lecture ou le dessin. Il appréciait particulièrement les ouvrages sur l’histoire de l’Allemagne ou de l’Autriche. La plupart des hommes du quartier général ont eu droit à leur portrait, certains sous forme de caricature. »



On retrouve les mêmes appréciations dans les propos d’Hans Bauer, un téléphoniste du quartier général régimentaire, affecté à cette tâche en mai 1915 et auteur de quelques-unes des photos connues d’Hitler pendant la guerre. Il parlait à son sujet d’un « solitaire », passant son temps dans les livres, mais avec lequel ses relations étaient « les mêmes qu’avec tous les autres camarades ». (pp. 217-218)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
enkidu_   11 mars 2017
La première guerre d'Hitler de Thomas Weber
Sur un film d’actualités tourné lors des obsèques de Kurt Eisner, Hitler figure parmi une poignée de soldats de son régiment qui suivent le cortège funéraire du dirigeant bavarois. Il porte deux brassards : l’un est noir, symbole du deuil, l’autre rouge, couleur de la révolution socialiste. Il apparaît aussi sur un cliché pris par Heinrich Hoffmann le même jour, peu avant l’éloge funèbre prononcé en l’honneur de Kurt Eisner : « Kurt Eisner, le Juif, était un prophète. Il s’est battu inlassablement contre les timorés et les défaitistes, parce qu’il aimait l’humanité et, plus encore, parce qu’ils croyaient en elle. » Hitler avait choisi de manifester publiquement son soutien au dirigeant assassiné, alors qu’il aurait pu rejoindre la société de Thulé, ce groupe d’extrême droite qui accueillit plusieurs futurs dirigeants nazis (…) deux jours après sa proclamation, la république des Conseils organisa une nouvelle élection parmi les conseils de soldats de Munich pour s’assurer du soutien de la troupe. Cette fois encore, Hitler se porta candidat. Élu délégué adjoint du bataillon, il garda son mandat aussi longtemps que dura l’expérience révolutionnaire. Entre autres tâches, il assurait la liaison avec le département de la propagande du nouveau gouvernement socialiste.

(…)

S’il avait été un pangermaniste convaincu, antisocialiste, antisémite et hypernationaliste, et s’il avait coopéré avec le nouveau régime à la seule fin de gagner de nouveaux partisans à la cause, pourquoi n’aurait-il pas rejoint ses véritables camarades au sein d’un corps francs avant la défaite de la république des Conseils ? (...) pourquoi ne rejoignit-il pas les forces qui écrasèrent les républiques des Conseils ? Après sa rupture avec Hitler, le dirigeant nazi Otto Strasser posa la question : « Où était Hitler, ce jour-là ? Dans quel coin de Munich se cachait le soldat qui aurait dû combattre dans nos rangs ? »

(…)

Selon la plupart de ses biographes, Hitler avait déjà, à l’issue du conflit, élaboré pour l’essentiel sa vision du monde, construit ses principes et ses postulats.

(…)

Il n’est pas difficile d’imaginer comment, au gré de circonstances à peine différentes, Hitler aurait pu glisser vers le national-bolchevisme antioccidental d’Ernst Niekisch, qui aspirait à réunir nationalisme et socialisme (…) en revanche, on l’imagine mal se rapprochant du BVP catholique, des libéraux ou des monarchistes.

(…)

Cette indétermination n’est d’ailleurs pas si surprenante si l’on tient compte de la présence d’éléments communs dans la généalogie intellectuelle du fascisme et de la gauche non marxiste. Dans une certaine mesure et malgré sa collusion avec la droite conservatrice, destinée à faciliter son accession au pouvoir, le fascisme initial, au moins par ses promesses, apparaissait plus socialiste que capitaliste, plus plébéien que bourgeois. (pp. 371-375)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
enkidu_   11 mars 2017
La première guerre d'Hitler de Thomas Weber
Tandis que ses amis allaient trinquer à un avenir plus souriant, Hitler flânait en solitaire à travers la ville. Son attitude le tenait à l’écart des simples soldats du front et de leur expérience quotidienne de la guerre dans les tranchées (…) lors de ces sorties, Hitler s’installait parfois sur un banc ou sur un mur, un carnet de croquis à la main. Pendant qu’il dessinait des scènes de rues, renouant avec l’activité de peintre en cartes postales qui avait été la sienne à Munich, la plupart de ses camarades passaient des estaminets locaux aux maisons closes (…) un roman français de l’époque affirme que les Allemands estimaient « avoir doublement droit aux faveurs des femmes et des filles, étant à la fois des seigneurs et des conquérants ». Hitler voyait d’un mauvais œil le recours aux services des prostituées ou les relations plus durables nouées avec les Françaises. En cela, il partageait l’opinion de nombreux soldats mariés originaires du monde rural et catholique bavarois. L’anecdote, souvent reprise, qui lui attribue la paternité d’un enfant né pendant cette période n’est qu’une légende.



Les jeunes gens n’avaient guère de difficultés à obtenir des gratifications sexuelles. Comme le notait déjà, en novembre 1914, l’ophtalmologiste lillois rencontré plus haut, les soldats allemands « se montrent très fiers de leurs uniformes et je dois admettre qu’ils les portent avec prestance. Voilà pourquoi, à Lille, le sexe faible [se conduit envers les soldats allemands d’une façon qui ne donne] pas une haute opinion de son prétendu ‘’amour de la patrie’’ ou de sa dignité. J’ai ainsi entendu un officier attaché au quartier général du commandement allemand de Lille affirmer : ‘’Toutes les femmes sont des traînées’’. » (pp. 195-196)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox