AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.5 /5 (sur 361 notes)

Nationalité : Guinée
Né(e) à : Porédaka , le 21/07/1947
Biographie :

Tierno Monénembo (de son vrai nom Thierno Saïdou Diallo, né le 21 juillet 1947 à Porédaka en Guinée) est un écrivain guinéen francophone. Il a rejoint la France en 1973 afin de poursuivre ses études. Il est nommé docteur ès sciences après avoir présenté une thèse en biochimie à l'université de Lyon. Il a par la suite enseigné au Maroc et en Algérie. Il reçoit le Prix Renaudot pour son roman Le Roi de Kahel en 2008.

En 1969, il quitte la Guinée, fuyant la dictature de Ahmed Sékou Touré, et voyage de pays en pays (Sénégal, Côte d'Ivoire). Il a rejoint la France en 1973 afin de poursuivre ses études. Il est nommé docteur ès sciences après avoir présenté une thèse en biochimie à l'université de Lyon. Il va par la suite enseigner au Maroc et en Algérie. Il publie son premier roman en 1979.

Ses romans traitent souvent de l'impuissance des intellectuels en Afrique, et des difficultés de vie des Africains en exil en France. Il a récemment consacré un roman aux Peuls et une biographie romancée à Aimé Olivier de Sanderval, un aventurier et explorateur français, admirateur de leur civilisation et devenu un "roi" Peul.

En 2012, il revient avec "Le terroriste noir" au Seuil, qui reçoit de très bonnes critiques et reçoit le prix du roman métis 2012.

Il a vivement critiqué le coup d'État militaire du 23 décembre 2008 en Guinée ayant porté au pouvoir la junte menée par le capitaine Moussa Dadis Camara, juste après la mort du président Lansana Conté, qui dirigeait le pays d'une main de fer depuis 1984.[réf. nécessaire] Resté relativement discret en 2009, tant sur le plan politique que littéraire, jusqu'au massacre de plus de 150 civils par l'armée le 28 septembre à Conakry, il écrit alors une tribune publiée dans Le Monde et intitulée « La Guinée, cinquante ans d'indépendance et d'enfer » pour condamner cette tuerie et appeler la communauté internationale à agir.

En 2015, Tierno Monénembo publie le roman "Les coqs cubains chantent à minuit" aux éditions du Seuil.
+ Voir plus
Source : wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Tierno Monénembo   (13)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Le terroriste noir - Tierno Monénembo .
Tout commence en lisière de la forêt des Vosges, un jour de 1940, quand un père et son fils partis cueillir des champignons tombent par hasard sur un « pauvre nègre » endormi au pied des arbres. Conduit au village, ce jeune Guinéen adopté en France à l?âge de 13 ans, à la fois austère et charmeur, y fera sensation. Il saura enflammer les c?urs, s?attirer des protections. Mais ce n?est qu?un début : en 1942, il entre en contact avec la Résistance et crée un des premiers maquis de la région. Lancés sur ses traces, les Allemands l?appelleront « Le terroriste noir ».Qui a trahi Addi Bâ ? Une de ses nombreuses amantes ? Un collabo professionnel ? Ou tout simplement la rivalité opposant deux familles aux haines séculaires ? À travers cette figure fascinante, c?est tout un pan méconnu de notre histoire qui défile : ceux que l?on appelait les tirailleurs sénégalais. C?est aussi la vie quotidienne de la population des Vosges, évoquée par Tierno Monénembo avec une verve irrésistible? comme s?il s?agissait d?un village africain.Né en Guinée en 1947, Tierno Monénembo a reçu le prix Renaudot pour son dernier roman, Le roi de Kahel (2008). Son ?uvre, comprenant une dizaine d?ouvrages principalement ancrés dans l?histoire du pays peul, est une des plus importantes de la littérature africaine d?aujourd?hui.Retrouvez toutes nos nouveautés sur :http://www.seuil.com
+ Lire la suite

Citations et extraits (103) Voir plus Ajouter une citation
Missbouquin   27 novembre 2012
Le terroriste noir de Tierno Monénembo
« Il y a un nègre dans la rue Jourdain

- Et qu’est-ce qu’il fait là, ce nègre ?

- Rien, il est juste en train de mourir. »
Commenter  J’apprécie          700
oumarbailobah1   11 mai 2018
Les crapauds-brousse de Tierno Monénembo
Maintenant elle comprenait que ce n'étaient que des espoirs ratés, eux qui auraient dû être la solution, ils ne l'étaient en rien, c'étaient plutôt eux le vrai problème à la lumière de la vérité
Commenter  J’apprécie          610
littleone   30 septembre 2012
Le terroriste noir de Tierno Monénembo
La femme c'est l'atelier du bon Dieu, disent vos sages de là-bas. Toucher à la femme enceinte, c'est souiller la demeure d'Allah, c'est briser l'ordre de l'Univers
Commenter  J’apprécie          550
soelmaju   05 février 2009
Le roi de Kahel de Tierno Monénembo
Qu'importe le résultat : seul l'effort donne un sens à l'existence ! Il ne faut jamais braquer son regard sur la distance, mais sur le pas. Ce pas-ci gagné, songer aussitôt au suivant.
Commenter  J’apprécie          520
santorin   04 janvier 2021
Le terroriste noir de Tierno Monénembo
On fleurit les tombes, on réchauffe le Soldat inconnu.

Vous, mes frères obscurs, personne ne vous nomme.



LEOPOLD SEDAR SENGHOR
Commenter  J’apprécie          392
coca   11 juin 2013
Le terroriste noir de Tierno Monénembo
Ca ne tient à rien, une vie, et c'est pour cela que chacun se bat tant pour sauver la sienne.
Commenter  J’apprécie          380
Sachenka   06 juin 2018
Bled de Tierno Monénembo
Le thé, ici appelé attaya, comporte trois phases de dégustation, chacune précédée d'une très longue préparation. Pour la première, la dose de thé est très forte avec peu de sucre. L'infusion est servie fumante et très amère, difficile à avaler, supportable seulement par les habitués ; on l'appelle le thé de la mort. Lors de la deuxième phase, plus sucrée, la dose de thé est plus légère et on y ajoute de la menthe, ce qui donne une infusion très agréable à siroter. Aussi suave qu'une salive de premier baiser, le palais en est amoureux, c'est le thé de l'amour. Mais, hélas! ce plaisir est éphémère et suivi d'une sorte de réminiscence : le troisième et dernier service, une eau jaunâtre, très sucrée, qui ne porte plus en elle que le souvenir du thé ; c'est le thé de l'amitié.
Commenter  J’apprécie          331
soelmaju   05 février 2009
Le roi de Kahel de Tierno Monénembo
De cette scène pitoyable, il tira une magistrale leçon : quand il serait roi, il interdirait l'Afrique aux vulgaires, aux incultes, aux mendiants, aux fainéants, aux bagnards et aux escrocs.
Commenter  J’apprécie          260
michelekastner   28 janvier 2013
Le roi de Kahel de Tierno Monénembo
- Tenir l'Afrique par le Sénégal et le Soudan, c'est tenir le sabre par la lame ! Sans le Fouta-Djalon, nous risquons de tout perdre là-bas !

Il s'interrompit quelques instants pour se diriger vers la mappemonde collée au mur :

- Revoyons un peu, si vous le voulez bien, monsieur le ministre, la carte du monde. Qu'avons-nous autour de notre pauvre France ?

Il prit la règle et montra d'un air grave l'Espagne, l'Angleterre, l'Allemagne, rien que des ennemis ! Comment survivre dans ce guêpier ? L'Afrique ! Il n'y avait pas d'autre solution ! "Elle doit être le corps et nous l'esprit !", insista-t-il. Il avait compris, lui, dès son arrivée à Gorée, qu'elle deviat immédiatement cesser d'être une simple réserve d'esclaves et d'oléagineux pour devenir, minutieusement dégrossie sous le scalp d'Athènes et de Rome, une amie, une alliée, une province française. Alors, la France pourrait y lever une grande armée ; grâce à elle, la conquête de l'Italie serait facile ainsi que le passage par le Brenner vers l'Autriche. L'Allemagne n'aurait plus le choix : la paix éternelle et peut-être même l'union face à une angleterre ennemie de l'Europe. Et comment faire de l'Afrique une province française ? En faisant du Fouta-Djalon sa base, c'était aussi évident que le nez au milieu du visage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
pragmatisme   08 avril 2011
Le roi de Kahel de Tierno Monénembo
Des brumes du songe aux durs cailloux de la réalité, quel chemin ! Lui, Olivier de Sanderval parlait peul, respirait peul, sentait peul, allait et venait en pays peul. Il habitait le Fouta, le Fouta l'habitait, plus exactement. Plus qu'une complicité, une fusion ; plus qu'un lien, une communion mystique ! Oui, quel chemin depuis les jeux de marelle et les culottes courtes, depuis les limbes si ça se trouve ! Une simple intuition au début puis un rêve, puis un projet. Il en était maintenant à l'œuvre, à la finition de l'œuvre, les deux ou trois derniers gestes décisifs et bientôt...
Commenter  J’apprécie          210

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Qui a écrit cette oeuvre?

Qui a écrit 1984 ?

H.G Wells
O Wells
S Beckett
G Orwell

11 questions
8666 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..