AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.77 /5 (sur 31 notes)

Biographie :

Sur Youtube :
https://www.youtube.com/watch?v=IosYle8pwes

Tina Noiret a deux passions : l’écriture et les nouvelles technologies.

Elle publie des textes sur la toile depuis 2000 et interroge la pratique numérique de l’écriture qui mue l’écrit ainsi que le rôle de l’auteur et du lecteur vers un super «lectauteur» (terme inventé en 2006).

Ecrivain et formatrice, auteure du recueil poétique Chants perdus, elle est l’auteure de nombreuses études, de nouvelles et de romans.

Promotrice d'une communauté des pratiques Art et Emploi suite à une analyse sur le statut d'artiste
http://www.centresculturelsbruxellois.be/Un-statut-d-artiste-pour-tous

Chaîne littéraire sur Youtube :

https://www.youtube.com/channel/UC45zqdRHSK-5tEcrzXghexg?view_as=subscriber

Sites web :

• D'une vie l'autre
Art - Femmes - Nouvelles Technologies - Poésie - Knowledge Management
• @rt numérique
Quelques réflexions et interviews sur les arts numériques
• Les chemins de la connaissance

Formatrice et coach : leadership, knowledge management, confiance en soi, gestion de projet, négociation commerciale, développement de formations sur mesure en vue d'atteindre les objectifs stratégiques des personnes et des organisations, dans un souci et une vision d'apprentissage collectif.

Promotrice de la gestion des connaissances (knowledge management) auprès d'institutions publiques et des politiques emploi, genre, et culture.

Traductrice.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
mgerbaud   28 juillet 2015
Un récit ordinaire de Tina Noiret
Ecrire ou vivre, mais elle n'avait jamais eu l'option de vivre. Elle écrivait déjà parce qu'elle ne pouvait s'empêcher d'être vivante. Il fallait bien être quelque chose ou quelqu'un. Elle écrivait pour échapper à une vie qu'elle ne pouvait mener, qu'elle n'avait pas choisie, qui ne l'avait pas choisie. Des mots d'écorchée vive, des mots pour ne plus crier? Et écrire encore - pour exister, dans le néant, ou disparaître, dans l'être, ou le mouvement de l'un à l'autre.
Commenter  J’apprécie          110
Tina Noiret
Jeanne999   02 juillet 2015
Tina Noiret
Il faut persévérer jusqu'au silence

où tout est dit



Brûler entièrement

une présence qui se fuit

Casser les mots

Ne pas laisser de cendres

Attendre

Déshabiller les paroles

Inventer un poème vivant

un poème à capture quantique

qui capturerait les pensées aléatoires

les mots de l'endormissement

le quantique contre l'antique

une façon de quantifier le quantique.
Commenter  J’apprécie          110
Jeanne999   18 juillet 2015
Un récit ordinaire de Tina Noiret
"Il semblerait que la femme que j'étais alors, excusât jusqu'à ses détracteurs, à condition qu'ils soient intelligents. Ce trop d'intelligence que j'en avais les absout d'office ou s'en vient à les dissoudre, y compris ceux qu'il nous faudrait abattre pour retrouver une certaine liberté ou une certaine folie. Cette pensée singulière m'émeut au plus profond, comme si mieux valait un ennemi intelligent qu'un allié stupide, ou simplement affectueux."
Commenter  J’apprécie          90
Tina Noiret
Jeanne999   04 juillet 2015
Tina Noiret
Le soir tombait sur la petite ville de Westwood. Le vent était doux, et la lumière légèrement rosée du crépuscule donnait un air féérique aux rues pavées de frais, aux murs de pierre ou de briques. Gabriel

marchait d'un pas nonchalant dans le quartier nord, le plus cossu de tous, sans même savoir où ses pas le

menaient.



Au premier coup d'oeil, Westwood semblait être une ville heureuse, mais en y regardant de plus près,

beaucoup d'anomalies s'y produisaient, surtout depuis qu'il n'y avait plus d'éducation, plus de bibliothèque,

et que très peu de centres de loisirs parvenaient à subsister. Les seuls qui aient survécu étaient ceux

rattachés à la Nouvelle Eglise, arrivée en même temps que les derniers envahisseurs, qui n'étaient par ailleurs pas plus vils ou intelligents que les précédents. Mais dans l'histoire certains cycles immuables resurgissent et cette fois-ci, ils avaient décidé d'implanter leurs idéaux ici.
Commenter  J’apprécie          80
Tina Noiret
Jeanne999   02 juillet 2015
Tina Noiret
Elle appelait

Sans voix



Dans le cyberspace





Sans toi

Les anges se tiennent là



Dit-il





Messagers

Des sphères

Cent voies

Sans traces





D'un clic

sans toit



Les être-là

de l'espace





S'espacent



L ou pas
Commenter  J’apprécie          91
JGabriel   22 novembre 2015
La femme invisible de Tina Noiret
«Ils passent, des groupes, des individus, sans une seule œillade de son côté. Personne ne s’arrête. Elle les regarde, et à leurs voix fortes, à leurs pas décidés, affairés, elle comprend enfin qu’elle est devenue INVISIBLE.

C’est un choc, un réveil violent.

Elle voit mais ne peut être vue. Un défaut d’existence, ou de substance, filtre à travers elle, à travers tout. Sa matière est devenue transparente, elle n’a plus prise sur la réalité. Elle n’existe plus. Sa vie a décollé de ses faits et gestes. Envolée »

Commenter  J’apprécie          50
mgerbaud   12 janvier 2016
La femme invisible de Tina Noiret
Comme son titre l'indique, ce livre est l'histoire d'une femme invisible. Si invisible au monde, en fait, qu'elle en est pour ainsi dire absente. Les gestes de la vie quotidienne se déroulent pour elle sans passion malgré l’amour qu’elle a pour ses quatre enfants.

Un jour, elle découvre cette terrible invisibilité qui la frappe. Elle découvre qu’elle mène une existence dénuée de substance et de sens et cette découverte la mène à la dérive.

Confrontée à sa propre vacuité, elle décide d’écrire. Petit à petit son esprit se délite, jusqu’à l’issue fatale …

Par moments, ce livre m'évoque « L’Etranger » de Camus dont il emprunte le style fluide et froid, le tragique banal ou la banalité du tragique. Sous-jacent le mythe fondateur de l’infanticide, cette Médée moderne. Ou de l’inconvénient d’être né (Cioran).

Du très grand art, qui possède sa cohérence propre sous le fragmentaire.

La vie en soi, nous dit Tina Noiret, est une erreur.

Mais sous cette première lecture il y en a peut-être une autre, en filigrane. C’est de l’invisible et d’une expérience mystique dont il s’agit ici.

Message finalement codé qui fait à la fois la grandeur de ce livre et celle de son auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JGabriel   22 novembre 2015
La femme invisible de Tina Noiret
« Pour Chantale, l'émancipation était d'abord économique. L'amour sous toutes ses formes était une aliénation, le début de la fin, de la faim sous toutes ses formes pour une femme. Le travail était le seul salut, et l’argent gagné la seule absolution possible pour vivre libre, un semblant de liberté dans un monde aliéné toujours misogyne au fond. Travailler, gagner son pain, même péniblement mettait à l’abri du malheur.»
Commenter  J’apprécie          40
JGabriel   30 novembre 2015
La femme invisible de Tina Noiret


On ne choisit pas la folie. Pas vraiment. On vous force à trouver en elle la seule issue, la délivrance. Le seul, le dernier refuge qui enferme.
Commenter  J’apprécie          50
JGabriel   02 décembre 2015
La femme invisible de Tina Noiret
Elle ne fait pas la prière, signe qu’elle a renié dieu. Un dieu sans traces, invisible comme elle, mais qui arrange tout dans bien des cas. La mort par exemple. L'éternité, autre exemple. Après tout, aussi invisible qu'elle-même. Dieu, si l'on y songe un instant, c'est peut-être elle, a-t-elle envie de crier en passant devant les 343 lieux de culte de sa commune. La plupart se cachent derrière des portes closes, des rideaux épais. Dieu, c'est moi ! Rien qu'à imaginer leurs têtes, elle rit.

La divine Alexina rit aux éclats.

Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



.. ..