AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.38/5 (sur 36 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Boulogne-Billancourt , le 06/1968
Biographie :

Tiphaine Samoyault est une critique littéraire et une romancière française.

Normalienne, auteur d'une thèse de doctorat sur les Romans-Mondes, les formes de la totalisation romanesque au vingtième siècle (1996) et d'une thèse d'habilitation sur l'Actualité de la fiction - théorie, comparaison, traduction (2003), Tiphaine Samoyault est une spécialiste de littérature comparée, discipline dont elle dirige actuellement le département à l'Université Paris VIII.

Ancienne pensionnaire de la Villa Médicis (2000-2001), Tiphaine Samoyault est aussi romancière et traductrice, entre autres, de la nouvelle édition d'Ulysse de James Joyce.

Conseillère éditoriale au Seuil, elle collabore en outre à France Culture et à La Quinzaine littéraire.

Ajouter des informations
Bibliographie de Tiphaine Samoyault   (22)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

En dialogue avec Tiphaine Samoyault Interprète : Manuela Corigliano Un narrateur en panne d'inspiration se remémore ses années de bohème à Paris. La dèche, la mansarde, les petits trafics d'herbe : l'attirail classique de l'écrivain romantique qui aspire à la gloire d'Hemingway. Paris est une fête, c'est bien connu… En proie au doute, il commence à observer des signaux qui le ramènent invariablement à l'essence de l'écriture. Depuis la mystérieuse chambre 205, du modeste hôtel de passe Cervantes à Montevideo, mise en scène par Julio Cortázar, les symboles se succèdent, reliant Paris à Cascais, Montevideo à Reykjavik et Saint-Gall à Bogota, qui tous témoignent de l'impossibilité de l'écriture à raconter la vie. En revanche, on peut entrer dans l'espace de fiction pour transformer la vie en littérature. de digression en digression, on est happé dans un vertigineux vortex, ébloui par l'intelligence du propos, la générosité de l'auteur envers ses pairs, la finesse de son humour et une autodérision à toute épreuve. Immense écrivain, Enrique Vila-Matas est traduit dans une quarantaine de langues et s'est vu attribuer les plus prestigieux prix à travers le monde. À lire – Enrique Vila-Matas, Montevideo, trad. de l'espagnol par André Gabastou, Actes Sud, 2023. Son : Jean-François Domingues Lumière : Patrick Clitus Direction technique : Guillaume Parra Captation : Claire Jarlan

+ Lire la suite
Podcasts (9) Voir tous


Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
[...] prendre le risque de faire qu'une partie de la littérature me soit un territoire réservé et secret et qu'elle devienne ainsi d'autant plus essentielle, [...]
(p. 135)
Commenter  J’apprécie          340
Tiphaine Samoyault
Pour Barthes, être écrivain, c’est inviter chaque personne qui vous lit à le devenir aussi, c’est prendre en charge une part de l’autre. Il ne veut pas être dans l’autorité dans un champ de savoir.
Commenter  J’apprécie          70
On mit en place une rhétorique sauvage, langue enfermée dans les nacelles de l'enclume, avec la ressource des figures qui cognent. Syllepses simples – Ne prenez plus l'ascenseur, prenez le pouvoir –, paronomases pittoresques – Les motions tuent l'émotion, Autrefois, nous n'avions que le pavot, aujourd'hui le pavé –, antimétaboles tapageuses – Manquer d'imagination, c'est ne pas imaginer le manque, Les armes de la critique passent par la critique des armes, Les murs ont des oreilles, vos oreilles ont des murs.
Commenter  J’apprécie          40
Dans leur première apparition, les sirènes sont des femmes oiseaux qui attirent les marins par la beauté ensorcelante de leur chant et les font mourir. Grâce à la magicienne Circé, Ulysse résiste à leur séduction en bouchant les oreilles de ses compagnons avec de la cire et en se faisant attacher solidement au mât.
Commenter  J’apprécie          30
À arrivée, nous étions confiés à des camions de la Forpronu. L'aéroport de Sarajevo ne voyait pas atterrir d'avion civil depuis près de trois ans. Ariane Mnouchkine - je la revois assise à une petite table à l'aéroport mais ça me semble tellement improbable que je pense l'avoir inventé -donnait des indications à un type dont j'ai oublié le nom mais qui dirigeait le théâtre de Caen et qui voulait monter du Beckett à Sarajevo. Elle repartait en France en laissant là une part d'elle-même et des indications. Je redevenais seule à l'instant. On m'expliquait les choses, l'eau deux heures par jour, les coupures d'électricité, que beaucoup de gens avaient quitté la ville, le couvre-feu, qu'il fallait faire attention aux trous dans le sol. Le froid rendait tout plus difficile. Presque tous les carreaux avaient été soufflés, remplacés pour certains par des plastiques et du carton. L'université était presque déserte. Ses bâtiments donnaient sur la Miljacka et à ses fenêtres aussi des carreaux manquaient. J'avais entre dix et quinze étudiantes.
Commenter  J’apprécie          00
La littérature ne parle pas du monde, mais d'abord d'elle-même, mettant en évidence l'hétérogénéité fondamentale du réel et du texte.
Commenter  J’apprécie          20
Deux traditions traductrices s'opposent dans le texte, comme deux lois religieuses. La traduction de la lettre, incarnée par Shylock, qui veut appliquer littéralement le contrat; la tradition de l'esprit, la tradition chrétienne, qui place la grâce, le pardon, la réconciliation plus haut que la lettre de la loi. C'est le fameux épisode de l'évangile où Jésus renonce à la loi mosaïque pour dire aux accusateurs de Marie-Madeleine: "Que celui d'entre vous qui n'a jamais péché lui jette la première pierre". Ce relais d'une loi par une autre est aussi ce que repéré Derrida dans le discours de la théologie ubuntu de la réconciliation de Desmond Tutu - idée rappelée plus haut que l'humanité de chacun est liée à celle des autres, sous-entendue dans la notion existant en zoulou et en swahili d'unbuntu - : cette théologie est profondément habitée par la langue de l'Eglise chrétienne.
Commenter  J’apprécie          00
J'ai pris un avion militaire, un Hercule, qui partait de la base de Saran, près d'Orléans. Jean-Louis m'avait accompagnée. Il fallait y être à cinq heures du matin. Nous avions pris une chambre dans un hôtel Mercure où bien sûr nous avons fait l'amour, avec le goût spécial que lui donne une séparation imminente qui peut être assez longue. Je ne dormais pas. Nous avons pris un café sur la base puis il est reparti. Je me souviens du bruit à l'intérieur de l'avion qui n'était pas insonorisé et où nous étions assis perpendiculairement par rapport à l'habitude, dans le sens du fuselage. Nous avons atterri à Split où je ne sais pourquoi il a fallu dormir. Minuscule chambre que je dirais militaire même si mes références étaient plutôt celles de l'internat ou du monastère, qui donnait directement sur le tarmac. J'apprenais le mot tarmac. Avant je disais la piste.
Commenter  J’apprécie          00
On m'avait mis un gilet pare-balles et un casque bleu. À l'intérieur de l'avion, on pouvait retirer le casque, mais il fallait le porter au décollage et à l'atterrissage. Il fallait se montrer avec. C'était le début de ma honte : me donner en spectacle. Je comprends tous ceux qui ont trouvé cela ridicule. Il y a toujours quelque chose de ridicule à vouloir être ce que l'on n'est pas, même si l'on ne sait pas qui l'on est. Il y a quelque chose de ridicule à vouloir faire la guerre quand on ne risque que moyennement sa vie. À vouloir perdre quand on ne perd qu'à moitié. C'est un peu ce que j'ai toujours été et que peut-être je suis encore, au mitan de toute chose.
Commenter  J’apprécie          00
Le roman est le monde de l'excès, l'excès est le domaine du roman. Ce lieu si libre, si incontrôlé qu'il fut longtemps méprisé pour son absence de règles, est une forme accueillante, mais elle accueille sans contrôle, son autorité est celle, instable, de sa liberté. Le roman excède la forme.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Tiphaine Samoyault (97)Voir plus

Quiz Voir plus

Ravage

En quelle année fut publié ce roman de Barjavel?

1932
1943
1954
1965

16 questions
958 lecteurs ont répondu
Thème : Ravage de René BarjavelCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}