AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.54 /5 (sur 52 notes)

Nationalité : Japon
Né(e) à : Tokyo , le 10/04/1940
Biographie :

Né à Tôkyô, Tomomi Muramatsu grandit à Shimizu (préfecture de Shizuoka).

Son grand-père est l'écrivain Shōfu Muramatsu, et son père et sa mère travaillent au magazine Chûôkôron.

Après ses études en littérature à la prestigieuse Université Keiô, il travaille également chez Chûôkôron en tant qu'éditeur. À la mort prématurée de son père, son grand-père l'adopte en tant qu'héritier.

Sa première œuvre est publiée en 1980 ; c'est un recueil de nouvelles intitulé Watashi puroresu no kyomi desu (« Je suis fan de catch professionnel »). Elle devient best-seller et établit Muramatsu en tant qu'écrivain connu.

Comme le titre de cette œuvre l'indique, il aime beaucoup le catch et a écrit plusieurs romans ayant comme thème le catch. Semi-finaru (« Semi-finale ») est proposée pour le prestigieux Prix Naoki.

En 1982, il se voit décerner le Prix Naoki pour son roman Jidaiya no nyobo (« La Femme de Jidaiya »), qui est adapté au cinéma. En 1997, il gagne le prix Kyōka Izumi pour Kamakura no Obasan (« La Tante de Kamakura »).

Désormais célèbre au Japon, publiant plusieurs livres par an, il apparaît dans des publicités pour la marque de whisky japonais Suntory.

+ Voir plus
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tomomi_Muramatsu
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Croquignolle   24 février 2018
Tokyo électrique de Tomomi Muramatsu
Le panorama du quartier de Ginza, dont je jouissais, la nuit, depuis mon toit, n'était sans doute pas étranger à mon état d'esprit. L'immeuble donnait sur l'avenue Ginza qui, vue du haut de ma tourelle, ressemblait à une longue vallée de lumière au fond de laquelle les allées et venues des voitures et des personnes formaient comme une rivière étincelante. Le bruit qui me parvenait du fond de ce courant lumineux était pareil au grondement d'un torrent rugissant. Au milieu de la nuit, la lumière et le bruit faiblissaient légèrement mais sans jamais s'éteindre entièrement. Je me trouvais en plein coeur de Ginza, et pourtant ce paysage et cette rumeur me donnaient l'impression d'avoir installé ma tente dans une plaine grandiose au bord d'un immense canyon et de vivre tout près d'un gouffre.
Commenter  J’apprécie          70
juline   29 mars 2013
Tokyo électrique de Tomomi Muramatsu
Comme toutes les villes construites autour d'un château , Edo comportait une Ville haute , réservée à l'aristrocratie, Yamanote, et une Ville basse, populaire , Shitamachi. De nos jours , la ligne de train Yamanote qui encercle le grand centre de Tokyo matérialise une séparation analogue entre les résidents du centre de la ville ( à l'intérieur de la ligne Yamanote ) et ceux qui doivent se contenter des faubourgs, voir de la banlieue.
Commenter  J’apprécie          30
Croquignolle   24 février 2018
Tokyo électrique de Tomomi Muramatsu
- Quand on frotte une allumette, une petite flamme apparaît et puis elle grandit et progresse vers l'extrémité du bâton. Eh bien, voyez-vous, à chaque nouvelle allumette, l'expression de cette flamme est totalement différente !

- L'expression de la flamme ?

- Parfaitement ! Le bâton brûle et rougit, puis il se tord et se désagrège, petit à petit. C'est ce moment-là qui me fascine !

- Ah ?...

- Et puis, il reste le bout blanc que l'on tient encore entre ses doigts. C'est comme si la partie calcinée venait y puiser quelque chose. Quand on pose le tout dans un cendrier, ce qui était une seule et même allumette se retrouve dispersé en plusieurs morceaux qui ont changé de forme et de couleur, mais qui semblent tenter de retrouver une unité au fond du cendrier... Ca aussi, c'est un spectacle envoûtant !
Commenter  J’apprécie          10
Julian_Morrow   09 avril 2017
Tawaraya : les traditions vivantes du Japon de Tomomi Muramatsu
Le printemps pare la montagne entière de ses fleurs de cerisier ; en été, le concert des cigales et le discret chant mélodieux des petites grenouilles kajika annonce le début de la journée, et un autre concert, celui des cigales tardives higurashi, en annonce la fin.
Commenter  J’apprécie          20
Croquignolle   24 février 2018
Tokyo électrique de Tomomi Muramatsu
- Ne mélange pas tout. Le jazz, c'est le jazz, les femmes, c'est autre

chose !
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox