AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.03 /5 (sur 20 notes)

Nationalité : Turquie
Né(e) à : Eskişehir , le février 1973
Biographie :

Né en 1973 en Turquie, Tuna Kiremitçi est romancier. Best-seller en Turquie, Les Averses d’automne est son quatrième roman et a déjà été traduit dans cinq langues.

Source : http://www.tunakiremitci.com/
Ajouter des informations
Bibliographie de Tuna Kiremitçi   (3)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
andreas50   12 mai 2018
Les averses d'automne de Tuna Kiremitçi
- Même si les dieux sont différents, les prières qu'on leur adresse sont les mêmes, mademoiselle. On a remarqué qu'il n'y a pas beaucoup de différence entre les prières que l'on fait à Buddha et celles que l'on fait à Allah... Peines, espoirs, craintes... En fait, c'est la même chose. Un poète de Jérusalem a même dit : « Les dieux passent, les prières restent. »
Commenter  J’apprécie          233
Ziliz   26 janvier 2013
Les averses d'automne de Tuna Kiremitçi
- Vous n'avez pas lu 'Anna Karenine', mon enfant ?

- Hélas, non.

- Alors vous ne connaissez pas l'homme le plus attirant, le plus dangereux, le plus séduisant de toute la littérature. Le comte Alexis Kirilovitch Vronski... Un homme passionné, qui s'ingénie à conquérir toutes les femmes, quitte à le regretter ensuite.

(p. 110)
Commenter  J’apprécie          80
kathel   28 octobre 2014
Les averses d'automne de Tuna Kiremitçi
Vous découvrirez avec consternation que vous vivez désormais dans un monde qui appartient aux autres. Du temps de votre jeunesse, il ne restera plus un seul homme, une seule femme, pas même un chat, un chien ou un enfant… Et je vous assure, mademoiselle, qu’il est beaucoup plus difficile de vivre dans un temps étranger que dans une ville étrangère. Même si vous êtes dans un pays lointain, vous gardez l’espoir de rentrer un jour au bercail. Mais tant qu’on n’a pas inventé la machine à remonter le temps, il n’y aura aucun moyen de fuir le temps présent et d’échapper à la nostalgie du passé.
Commenter  J’apprécie          70
Ziliz   26 janvier 2013
Les averses d'automne de Tuna Kiremitçi
- Peut-être avez-vous entendu parler de la Nuit de Cristal.

- Non.

- Voulez-vous que j'en parle ?

- Absolument.

- En ce cas, s'il vous plaît, fermez les yeux.

- Pourquoi ?

- Ce n'est pas une prière. J'ai dit : fermez les yeux.

- C'est fait.

- Vous les fermez bien ?

- Oui.

- Pour commencer, imaginez une vitrine... la vitrine d'un magasin ou une serre à fleurs...

- Hmmm...

- Faites éclater la vitrine !

- Comment ?

- Elle éclate d'un seul coup ! Elle se brise en mille morceaux ! Elle est complètement détruite... Dans un magnifique tintement de verre brisé... Vous pouvez imaginer cela ?

- Oui...

- Maintenant imaginez des milliers de vitrines... Vous y êtes ?

- Des milliers...

- Elles sont brisées par une pluie de briques...Dans la nuit, une foule ivre de fureur met le feu aux bâtiments, aux boutiques.

- C'est comme un film.

- Oui... C'est un effroyable désastre, des cris assourdissants, des maisons, des boutiques et des espoirs dévorés par les flammes. Une fumée lugubre s'élève jusqu'au ciel... Et je vous assure que ce n'est pas un film.

- C'est l'oeuvre des nazis ?

- Magasins, synagogues et écoles flambent et s'écroulent... En cette froide nuit de novembre, tout est plein de verre brisé, les rues scintillent sous le clair de lune. C'est un spectacle à vous couper le souffle... Cet atroce épisode a reçu le nom de Nuit de Cristal... Ensuite, plus un seul juif ne s'est senti en sécurité en Allemagne.

(p. 56-58)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Ziliz   26 janvier 2013
Les averses d'automne de Tuna Kiremitçi
- (...) Autrefois, je tenais un journal [intime], mais un beau jour la lecture de ce que j'avais écrit a commencé à me faire souffrir.

- Moi, je déteste tenir un journal.

- C'est intéressant. Pourquoi cela ?

- Vous écrivez des choses qui vous semblent très sensées, mais quand vous les relisez un an plus tard, ça a l'air tellement stupide que vous avez honte. Et puis ce n'est pas très malin de laisser traîner des pièces à conviction. (...) Si on apprend que vous tenez un journal, il y a toujours un ami ou un proche dont cela excite la curiosité. Et vous aurez beau cacher votre texte avec le plus grand soin, vous pouvez être sûre que quelqu'un le trouvera et le lira jusqu'au dernier mot. Vous serez alors dans de sales draps.

(p.24)
Commenter  J’apprécie          60
Ziliz   26 janvier 2013
Les averses d'automne de Tuna Kiremitçi
- Et vous étiez amoureuse ?

- C'était plus que ça... Du fond de l'âme, je me sentais profondément liée à lui... Il était tout à la fois mon père, mon fils, mon meilleur ami et mon grand frère... Il m'inspirait une totale confiance. Près de lui, la vie était d'une grande sérénité.

(p. 43)
Commenter  J’apprécie          60
kathel   28 octobre 2014
Les averses d'automne de Tuna Kiremitçi
Je ne sais pas ce que vous voulez me faire dire, mais je peux vous déclarer ceci : j’ai toujours aimé les hommes… Mais pas seulement leur physique… J’aimais être aimée d’eux, j’aimais leur tendresse, leur candeur, j’aimais sentir la proximité de leur force.
Commenter  J’apprécie          40
Ziliz   26 janvier 2013
Les averses d'automne de Tuna Kiremitçi
(...) cette idiote s'imagine que tous les gens qui viennent du Moyen-Orient sont potentiellement des bombes humaines. (p. 38)
Commenter  J’apprécie          30
Ziliz   27 janvier 2013
Les averses d'automne de Tuna Kiremitçi
J'ai peur, si j'oublie le turc, que tout ce que j'ai vécu [en Turquie] s'évanouisse en silence.
Commenter  J’apprécie          30
Coccinelle2   27 janvier 2013
Les averses d'automne de Tuna Kiremitçi
Nous devons tirer la leçon de tout ce qui nous arrive. Je dirais même que ce que nous appelons la vie entretient avec nous un perpétuel dialogue et s'attend à ce que nous tirions l'enseignement qui est contenu dans les événements qui se produisent.

(page 180).
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Tuna Kiremitçi (21)Voir plus


Quiz Voir plus

Quand les femmes mènent l'enquête ...

Dans "Poulets grillés" de Sophie Henaff, le premier tome d'une série française, la commissaire dirige une équipe de bras cassés. Son prénom est associé à "de Bretagne".

Anne Capestan
Carole Evans
Stephanie Plum
Hannah Swensen

12 questions
16 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , humour , femmesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..