AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.24 /5 (sur 21 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Stolp , le 15/05/1944
Mort(e) à : Berlin , le 01/01/2015
Biographie :

Ulrich Beck (né le 15 mai 1944 à Stolp, aujourd'hui Słupsk en Pologne et mort le 1er janvier 2015 à Berlin (Allemagne)) est un sociologue allemand, auteur de La société du risque (1986).

Ulrich Beck est professeur de sociologie à l'université à Ludwig-Maximilian de Munich. Il est l'auteur d'une oeuvre abondante consacrée notamment au développement de l'individualisme moderne, à la mondialisation et aux conséquences des changements technologiques.

Son dernier livre, Pouvoir et contre-pouvoir à l'ère de la mondialisation, a été traduit en français (Aubier 2003).

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Futures of Modernity - Symposium in honour of Ulrich Beck, July 24th 2009 at the University of Munich Session 4: INDIVIDUALIZATION COSMOPOLITANIZED Keynote Speaker: Yunxiang Yan Discussants: Elisabeth Beck-Gernsheim, Navid Kermani, Erzbischof Reinhard Marx, Hans-Georg Soeffner, Ulrich Beck Chair: Angelika Poferl


Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   01 septembre 2016
Non à l'Europe allemande de Ulrich Beck
L'Europe et sa jeunesse unissent leur colère contre une politique capable de sauver des banques à l'aide de sommes considérables mais qui met en péril l'avenir des jeunes générations.



Comment la crise de l'euro divise et rassemble à la fois.
Commenter  J’apprécie          461
Nastasia-B   31 août 2016
Non à l'Europe allemande de Ulrich Beck
« C'est aujourd'hui que le Bundestag décide du destin de la Grèce », peut-on entendre à la radio, fin février 2012. On vote ce jour-là le deuxième plan d'aide, synonyme pour la Grèce de contraintes économiques et de concessions en matière de souveraineté budgétaire.

Bien sûr, il n'y a pas d'autre solution, dit une voix en moi. Mais une autre voix s'élève, plus décontenancée : comment est-ce possible ? Une démocratie qui décide du destin d'une autre démocratie, qu'est-ce que cela veut dire au juste ? D'accord, les Grecs ont besoin de l'argent issu des impôts allemands, mais toujours est-il que les mesures de rigueur entraînent pour le peuple grec un affaiblissement de son principe d'autodétermination démocratique.

Sur le moment, ce n'était pas seulement le contenu de l'annonce qui était troublant, mais aussi l'évidence avec laquelle le fait était accepté en Allemagne. Autrement dit : le Parlement allemand — pas le grec — décidait du destin de la Grèce.



Introduction.
Commenter  J’apprécie          311
Nastasia-B   30 août 2016
Non à l'Europe allemande de Ulrich Beck
Un […] clivage fondamental est apparu lors des élections dans les pays endettés, et il aura des conséquences politiques à long terme : les dirigeants acceptent des plans d'austérité que les populations refusent. Ainsi se révèle une tension structurelle entre un projet européen, fixé et réalisé par des élites politico-économiques, " d'en haut ", et une résistance venant " d'en bas ". Les citoyens réagissent contre des exigences qui leurs paraissent extrêmement injustes, ils ont l'impression qu'on leur prescrit un remède qui entraînera leur mort.



Comment la crise de l'euro divise et rassemble à la fois.
Commenter  J’apprécie          212
Ulrich Beck
deuxquatredeux   14 mai 2017
Ulrich Beck
Lorsqu'un ordre mondial s'effondre, il est temps de réfléchir à son sujet.



"Kooperien oder Scheitern. Die Existenzkrise der Europäischen Union", Blätter für deutsche und internationale Politik, 2, 2011, pp. 41-53
Commenter  J’apprécie          70
Lauralsace   07 mai 2011
La société du risque : Sur la voie d'une autre modernité de Ulrich Beck
La répartition des tâches élaborée équivaut à un réseau de complicité générale, laquelle équivaut à une irresponsabilité générale. Chacun est cause et effet à la fois, et personne ne peut donc être cause de quoi que ce soit. Les causes se dissolvent dans l'interchangeabilité générale des acteurs et des circonstances, des réactions et des contre-réactions. C'est ce qui assure à la pensée du système évidence sociale et popularité.
Commenter  J’apprécie          30
Enroute   29 juillet 2016
Pour un empire européen de Ulrich Beck
L'Europe cosmopolitique doit fonder sa capacité à agir et son rayonnement global en assumant ces dilemmes partagés : d'un côté, l'Europe doit éviter de tomber dans le piège de l'arrogance et dans celui du déni de soi, mais d'un autre côté, elle doit puiser dans cette attitude sa fierté et son assurance - ainsi que dans son unicité historique, qui a montré au monde entier comment des ennemis peuvent devenir des voisins. Alors il y aura dans le monde une alternative à l'american way, une european way, qui donnera la priorité au respect du droit, à l'égalité politique, à la justice sociale, à l'intégration et à la solidarité cosmopolitique.
Commenter  J’apprécie          10
bebz   31 janvier 2018
La société du risque : Sur la voie d'une autre modernité de Ulrich Beck
Les taux limites de présence "acceptable" de substances polluantes et toxiques dans l'air, l'eau et l'alimentation sont à la répartition du risque ce qu'est le principe du mérite à l'inégale répartition des richesses:
Commenter  J’apprécie          20
bebz   01 mars 2018
La société du risque : Sur la voie d'une autre modernité de Ulrich Beck
Le dilemme de la politique de la technologie:p453



...on aboutit donc typiquement à la situation suivante: problème contemporains nés de l'industrialisation, résultant d'investissement décidés hier et d'innovations technologiques datant d'avant-hier, contre lesquels, dans le meilleur des cas, on adoptera demain des contre-mesures qui seront éventuellement efficaces après-demain.En ce sens la politique se spécialise dans la légitimation des conséquences qu'elle n'a ni causées ni vraiment pu empêcher.
Commenter  J’apprécie          10
Enroute   13 juillet 2016
Pouvoir et contre-pouvoir à l'ère de la mondialisation de Ulrich Beck
L’entrée en scène du terrorisme global équivaut à un Tchernobyl de la mondialisation. Si la catastrophe de Tchernobyl a sonné le glas des espoirs liés à l’énergie atomique, c’est à présent le salut promis par l’Etat néolibéral que l’on enterre […] Dans un monde où les risques sont d’envergure globale, la devise du néolibéralisme, qui prône le replacement de la politique et de l’Etat par l’économie, voit décroître à toute vitesse sa puissance de conviction.
Commenter  J’apprécie          10
Enroute   29 juillet 2016
Pour un empire européen de Ulrich Beck
Les Etats-Unis ont certes des capacités militaires, mais il leur manque le pouvoir moral et légitimatoire de la morale et du droit ; les Européens sont faibles sur le plan militaire, mais disposent du pouvoir légitimatoire de la morale et du droit. On ne pourra transformer si facilement cette constellation singulièrement contrastée du pouvoir et de la faiblesse.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-49891

France - Dans quel arrondissement de Paris se trouve cet ancien hôtel particulier qu'est le Palais de l'Elysée, résidence officielle du président de la République depuis la IIe République?

6e
8e
10e

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : Chefs d'État , maisons , politiqueCréer un quiz sur cet auteur