AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.5 /5 (sur 32 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Valérie Bacot est originaire de Saône-et-Loire. Ses parents se séparent en 19923. Sa mère (Joëlle Aubagne), décrite comme alcoolique, autoritaire et violente11, gérante d'un commerce dans le centre-ville de La Clayette, se met en couple avec Daniel Polette. Il emménage chez eux en décembre 19923 et commence à violer Valérie alors qu'elle a 12 ans10,1. Condamné en avril 1996 à quatre ans de prison pour agression sexuelle sur mineure de moins de 15 ans1, il sort de prison au bout de deux ans et demi et retourne au domicile familial, où les viols reprennent12. À l'âge de 17 ans, Valérie Bacot tombe enceinte d'un de ces viols et sa mère la met à la porte12.

Cependant, à cette époque, sa mère dénie toute forme de viol et décrit la relation entre Valérie Bacot et Daniel Polette comme étant amoureuse. Celle-ci réclamant le retour de son homme et écrivant dans une lettre adressée à sa mère « Je veux vivre MA VIE, ça ne te regarde pas.(...) Je veux rester avec mon homme ». Valérie Bacot alors à peine majeure quitte le domicile familial, sa mère assurant qu'elle ne l'a jamais chassée.13.

Elle s'installe alors avec Daniel Polette, son beau-père, dans la commune voisine de Baudemont et l’épouse : ils restent mariés dix-huit ans et ont quatre enfants1. Selon le comité de soutien de Valérie Bacot et ses déclarations, son mari la force ensuite à se prostituer1,8 dans un monospace aménagé10. Valérie Bacot affirme que Daniel Polette l'a visée à plusieurs reprises avec une arme non chargée et qu'il a appuyé sur la détente, brandissant la menace de charger l'arme la fois suivante10.

Les enfants du couple auraient tenté par deux fois d'alerter la gendarmerie sur la situation familiale14, ce que les gendarmes démentent lors du procès5.

Valérie Bacot a raconté son calvaire dans un livre intitulé Tout le monde savait qui a été publié en 2021 chez Fayard15.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Valérie Bacot   (1)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
lolitajamesdawson   15 juin 2021
Tout le monde savait de Valérie Bacot
C'est avec ce même pistolet, dans ce même bois, qu'il apprendra plus tard à tirer aux quatre enfants qu'il m'aura faits. C'est avec ce même pistolet, mais dans une autre forêt, qu'un jour, pour qu'il ne nous tue pas, je l'ai tué.



À la première occasion, c'est sûr, nous partirons. J'en rêve toutes les nuits, et le jour aussi. Mais les semaines et les mois passent, sans que nous partions jamais.



Un soir, peu après, il entre dans la chambre sans frapper et ferme la porte à clef derrière lui. À son regard, je comprends immédiatement. Cette fois, je suis bel et bien foutue.



Je me laisse faire sans plus lui opposer de résistance, pour que ça aille plus vite, pour avoir moins mal. C'est comme si j'étais vide. Vide ou morte. Mon esprit s'en va loin, flotte quelque part au-dehors. J'attends qu'il termine et s'en aille pour réintégrer mon corps.



Chez nous, rien n'est jamais logique, tout se tait.



J'ai dix-sept ans, et m'apprête à devenir mère pour la toute première fois. Je le comprends, mais ne réagis pas vraiment. De toute façon, je n'ai pas le choix. Je suis complètement privée d'émotions.



Je dois :

M'occuper de lui d'abord

Décrocher immédiatement quand il appelle à la maison pour vérifier que j'y suis

Empêcher le petit de pleurer pour ne pas le gêner, même au téléphone

Baisser la tête, obéir sans discuter

Ranger, laver, cacher les jouets

Faire comme si Dylan n'existait pas.



Je ne dois pas :

Sortir sans le prévenir

Faire les courses toute seule

Travailler

Prendre une décision

Parler à des inconnus

Croiser le regard des hommes



Au fil des mois, j'apprends à faire attention à tout. Avec le temps, ça devient presque un réflexe, une seconde nature. Daniel veut que je sois à lui uniquement, que je fasse tout ce qu'il veut, comme il le veut, au moment où il le dit.



Je me débrouille, ne pleure pas. Je ne ressens presque plus d'émotions, presque plus rien. J'ai l'habitude de mon malheur.



J'encaisse, muette, et m'imprègne de ces mots en pensant qu'il a raison. Daniel sait mieux que moi, alors je le crois. Tout est de ma faute.



Parfois, je lui dis de me taper tout de suite, pour qu'on en finisse. Après ça, je sais qu'il sera plus calme, que la pression redescendra. J'apprends à m'endurcir, à serrer les dents. La violence physique, à force, on peut s'y accoutumer. Les menaces verbales, les tortures mentales, c'est tout le contraire : elles me désintègrent, me foudroient. Il est impossible de s'y faire. Elles me tuent à l'intérieur peu à peu : je suis là, mais toujours un peu absente. Détachée de moi-même, comme dissoute.



Ce qui est sûr, c'est que je n'ai jamais ressenti d'amour pour Daniel - pas une seule minute de ma vie, pas un seul instant. J'ai cru un moment qu'il pourrait me servir de père, mais je me suis trompée. C'était il y longtemps déjà. De toute façon, mon avis ne compte pas. Ce sont toujours les autres qui décident pour moi.



- S'il apprend que j'ai porté plainte contre lui, il va tous nous tuer.

Nous pensons tous la même chose. Parler, c'est bien trop risqué. Alors nous décidons de ne plus rien faire, d'abandonner le combat. De toute façon, personne n'est prêt à écouter. Pour nous, il n'y a pas d'issue - tout est foutu.



- Maman ?

Dans un souffle, je réponds seulement :

- Pardon, je l'ai tué...

Mes enfants se pressent autour de moi, me prennent dans leurs bras pour m'apaiser.



Je sursaute au moindre bruit, crois l'entendre arriver à chaque craquement. Il flotte dans l'air un parfum d'irréalité. Chaque fois que je ferme les yeux me reviennent les détails de la scène, par flash. Je suis hantée. Depuis cette nuit-là, celle du 13 mars 2016, le sommeil ne m'a plus jamais trouvée.



Ma mère m'a livrée à Daniel, alors que je n'avais aucun moyen de me défendre contre sa tyrannie. Elle lui a offert ma vie. La vie de son enfant, celle de sa propre fille. Pour avoir tenté de me protéger, c'est moi qui vais être jugée devant une cour d'assises. Elle, elle n'aura jamais à répondre de ses actes devant un tribunal. C'est injuste ; c'est ainsi.



Dans ma tête, Daniel est toujours bien vivant - je l'ai peut-être éliminé, mais il a quand même pris tout ce que j'avais. Je me sens défaite et vaincue. Je ne suis plus qu'une coquille vide : à l'intérieur de moi, il a tout détruit. Ne reste plus dans ma poitrine qu'un vide immense.



Si j'avais eu la chance de pouvoir m'appuyer sur quelqu'un, si je n'avais pas été si seule, j'aurais réagi bien avant. Et tout aurait été différent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lireetsortir   30 juillet 2021
Tout le monde savait de Valérie Bacot
L’emprise, c’est une dépossession de soi-même. 
Commenter  J’apprécie          20
fischbachcolas   18 juillet 2021
Tout le monde savait de Valérie Bacot
Il vaut mieux vivre avec des remords qu'avec des regrets.
Commenter  J’apprécie          10
lireetsortir   30 juillet 2021
Tout le monde savait de Valérie Bacot
Par lâcheté, par faiblesse ou par indifférence, c’est plus facile de faire comme si on ne voyait rien.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Quelle famille ! (cinéma)

En 1958, on roule encore en Solex (sans casque !) comme dans "Mon Oncle" ; qui a réalisé (et interprété) ce film ?

Sacha Guitry
Pierre Etaix
Jacques Tati

10 questions
51 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , realisateur , comédiens , famille , mascaradesCréer un quiz sur cet auteur