AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.5 /5 (sur 1 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Professeur de philosophie

Valérie Gérard est ancienne élève de l'ENS-Ulm, agrégée et docteur en philosophie.

Elle a soutenu à l'Université de Lille 3 en 2008 une thèse intitulée Critique de l'autarcie morale. Sur les conditions extérieures du rapport à soi.

Elle a enseigné dans les universités de Lille 3, Strasbourg 2, Paris 1 et à l'ENS-Ulm, en poursuivant ses recherches sur la philosophie morale et politique.

Elle est l'auteur de plusieurs articles (sur Simone Weil, Hannah Arendt, la philosophie stoïcienne), de "L'Expérience morale hors de soi" (PUF, 2011) et a dirigé l'ouvrage Simone Weil, lectures politiques (Éditions Rue d'Ulm, 2011).

Ajouter des informations
Bibliographie de Valérie Gérard   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
steka   06 octobre 2020
Par affinités : Amitié politique et coexistence de Valérie Gérard
Ne regarder que les idées et leurs enchaînements logiques sans prendre en compte leurs effets sur les gens témoigne d'une indifférence pour le monde. Et affirmer, dans le champ politique, des idées élaborées au dehors, c'est refuser de voir que toute idée politique est une prise de parti pour un monde, qui a quelque chose de personnel et de subjectif, au lieu de quoi on prétend apporter une vérité transcendante et qui pourrait s'imposer, de l'extérieur, à tous et à toutes. C'est d'une certaine manière, refuser de prendre responsabilité de ses idées (puisque la théorie dit que c'est vrai).

La théorie peut donc servir de prétexte pour avancer dans l'arène politique sans être comptable de ses inclinations, qui ne sont jamais présentées comme telles.
Commenter  J’apprécie          30
steka   08 avril 2019
Par affinités : Amitié politique et coexistence de Valérie Gérard
Hypothèse : c’est quand on s’oriente par affinité avec des gens et avec leurs manières d’être au monde qu’on se rapporte politiquement aux autres, au monde, aux idées. Cela signifie qu’une pensée, pour être sensible à la politique, ne peut être abstraite des personnes qui la formulent, de la manière dont elles le font et dont elles l’incarnent. Et que c’est cela qui la rend politique, ou politisée, ou politisante.
Commenter  J’apprécie          30
steka   27 septembre 2020
Par affinités : Amitié politique et coexistence de Valérie Gérard
... Tenter de comprendre le sens de la logique affinitaire. Une certitude : elle ne consistera pas en une promotion de l’homogénéité, du refus de toute altérité, de toute altération, de tout déplacement. La logique affinitaire n’est pas une logique identitaire ; ce n’est pas une logique du même ; ce n’est pas une logique clanique ...
Commenter  J’apprécie          10
Megalo   04 mars 2014
Obéir ? se révolter ? de Valérie Gérard
Ce n'est pas la force du tyran qui contraint le peuple à l'obéissance, mais l'obéissance du peuple qui fait le pouvoir du tyran.



Le sentiment d'impuissance des opprimés fait leur faiblesse.
Commenter  J’apprécie          00
cdilegalinet   20 février 2014
Obéir ? se révolter ? de Valérie Gérard
On commence sa vie en obéissant.Ou plutôt en étant tenu d'obéir.D’où la désobéissance.Car ce qu'on sait dire très,c'est non!
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Un ou une ?

Le mot "cerne" est-il masculin ou féminin ?

Masculin, on dit 'un cerne'
Féminin, on dit 'une cerne'
Les deux
-

15 questions
25 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur