AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.51 /5 (sur 73 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Valérie Rey-Robert est une militante féministe.

Elle combat les violences sexuelles depuis près de vingt ans et anime le blog Crêpe Georgette.

Avec l'essai "Une culture du viol à la française" (2019), elle signe son premier ouvrage.

son blog : https://www.crepegeorgette.com/
Twitter : https://twitter.com/valerieCG?lang=fr

Ajouter des informations
Bibliographie de Valérie Rey-Robert   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Valérie Rey-Robert vous présente son ouvrage "Téléréalité : la fabrique du sexisme" aux éditions Les Insolent.e.s. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2604648/valerie-rey-robert-telerealite-la-fabrique-du-sexisme Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite

Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
lemillefeuilles   27 avril 2019
Une culture du viol à la française de Valérie Rey-Robert
C'était très difficile pour elle ; avec une finesse d'analyse remarquable, elle trouvait beaucoup plus facile de voir son père en victime qu'en coupable parce qu'au moins ainsi elle pouvait arriver à l'aimer. Elle avait longtemps cru qu'il serait plus facile de se haïr que de le haïr.
Commenter  J’apprécie          140
Jeannepe   15 avril 2020
Une culture du viol à la française de Valérie Rey-Robert
Même lorsque l’agresseur sexuel reconnaît qu’il a commis les actes qui lui sont reprochés, il met encore une forme de distanciation face aux gestes qu’il a pu faire. Certes, il les a bien commis, certes, dans d’autres contextes cela serait un viol ou une agression sexuelle, mais dans son cas précis, cela n’a strictement rien à voir. On les verra alors parler de « dérapage », « d’humour un peu lourd », de « culture tactile », de « problèmes personnels » ou de « choses qui tournent mal ».

Une des idées les plus courantes en la matière est d’évoquer une « pulsion irrépressible » qui aurait ôté tout libre-arbitre à celui qui en aurait été victime. En effet, on finit par considérer l’auteur de violences sexuelles comme sa principale victime.
Commenter  J’apprécie          61
lemillefeuilles   27 avril 2019
Une culture du viol à la française de Valérie Rey-Robert
La comparaison entre les victimes des violences sexuelles qui parlent et la dénonciation des Juifs pendant la guerre nous renvoie encore une fois à l'idée que lutter contre les violences sexuelles, c'est au fond trahir sa patrie, attenter à l'identité nationale française. Si celles et ceux qui ont dénoncé les Juifs n'ont pas - loin de là - tous été jugés, ils sont vus néanmoins comme traîtres à la France et à ses valeurs. En osant cette comparaison, on fait donc de celles et ceux qui parlent des violences sexuelles subies des traîtres et des traîtresses. Quel meilleur moyen de montrer que dans l'ADN de la France il y a aussi la défense des violences sexuelles ?
Commenter  J’apprécie          50
Abyssinia   23 avril 2019
Une culture du viol à la française de Valérie Rey-Robert
Nous n'avons plus le temps. Plus le temps de soigner les ego de ceux qui se sentent davantage blessés par ce que nous disons que la réalité des violences sexuelles. Plus le temps que la honte change de camp. Plus le temps que les victimes continuent à se reconstruire seules dans leur coin. Plus le temps qu'elles épongent une culpabilité qu'elles ne devraient jamais ressentir. Plus le temps que les violences sexuelles passent de la rubrique "faits divers" à "politique". Plus le temps d'attendre. Plus le temps de rassurer les hommes. Plus le temps de leur caresser la misère sexuelle. Plus le temps d'être importunées.
Commenter  J’apprécie          51
hupomnemata   27 octobre 2019
Une culture du viol à la française de Valérie Rey-Robert
Le harcèlement sexuel ne doit jamais être une option ; on ne siffle pas les femmes dans la rue, on ne leur donne pas notre opinion sur leur tenue, leur sourire ou son absence ou leur physique. Le harcèlement fait que les femmes se sentent objectivées, c'est-à-dire qu'elles apprennent à penser à leur propre corps en tant qu'objets du désir des hommes, au lieu de l'apprécier pour ses capacités ou sa force. Il a été montré que cela conduit à la dépression, à l'anxiété, aux troubles du comportement alimentaire et à de mauvais résultats scolaires. Il est important de dire à ses amis, ses camarades, ses collègues, bref aux autres hommes, qu'on n'est pas à l'aise avec le fait d'importuner des femmes. Une étude a montré que 80% des hommes se sentent mal à l'aise lorsque d'autres hommes font des remarques sexistes sur les femmes mais qu'ils n'osent rien dire car ils pensent être les seuls à le penser.
Commenter  J’apprécie          20
Aderu   02 septembre 2021
Dix questions sur le féminisme de Valérie Rey-Robert
Certaines féministes pointent un continuum entre la sexualité dite consentie et les violences sexuelles, montrant qu'il existe une zone grise, où les pratiques sexuelles coercitives des hommes ne relèvent pas de l'infraction mais sont pour autant une forme de violence. Le harcèlement de rue, récemment condamnable, en est un exemple. (57)
Commenter  J’apprécie          20
de   16 avril 2020
Le sexisme, une affaire d'hommes de Valérie Rey-Robert
Bref, le panel d’excuses qu’on trouve en permanence à la violence masculine comme si elle était inéluctable, inexorable et inévitable, et que c’était aux femmes de s’en prémunir et non aux hommes de ne pas l’exercer ou, à tout le moins, de la soutenir par un silence qui vaut approbation
Commenter  J’apprécie          10
lea1011   17 septembre 2021
Dix questions sur le féminisme de Valérie Rey-Robert
Dire que le sexisme est systémique veut dire qu’il est structurel, c’est-à-dire qu’il est inscrit dans l’organisation d’une société, sa structure. Lorsqu’on constate que des discriminations individuelles se répètent, alors on parle de discrimination systémique.
Commenter  J’apprécie          10
Maxinelit   29 avril 2021
Le sexisme, une affaire d'hommes de Valérie Rey-Robert
Si certains hommes sont malheureux, ce n’est pas à cause des mutations de la société, mais bien à cause d’idéaux masculins démodés, inatteignables et qui cherchent à rendre viril mais pas heureux (avez-vous déjà vu Rambo sourire ? CQFD).
Commenter  J’apprécie          10
de   06 janvier 2020
Une culture du viol à la française de Valérie Rey-Robert
La lutte pour mettre fin aux violences sexuelles n’a pas à avoir d’autre but en soi, cela en est un suffisant. Et si elle doit passer par le fait de repenser nos rapports amoureux, c’est plutôt une chance, une promesse, qu’une crainte
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Points communs entre œuvres diverses (2)

Confession d'un gang de jeunes filles Nous étions les Mulvaney Blonde (une autrice)

Le cœur est un chasseur solitaire
Beloved
L'Histoire de l'amour
Un livre de martyrs américains

10 questions
41 lecteurs ont répondu
Thèmes : points communs , écrivain femme , écrivain homme , tragédie , roman policier contemporain , nouvelles , histoire , thèmesCréer un quiz sur cet auteur