AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.8 /5 (sur 43 notes)

Nationalité : Portugal
Né(e) à : Henrique de Carvalho, Angola , le 25/09/1971
Biographie :

Valter Hugo Mãe, de son vrai nom Valter Hugo Lemos, est diplômé en droit et en littérature contemporaine portugaise.

Poète, musicien et performer, il écrit également des critiques artistiques et littéraires pour plusieurs magazines portugais.

En 2007, Valter Hugo Mãe reçu le Prix Saramago pour son premier roman et en 2012, le prix Portugal Telecom pour son dernier roman.

Il vit actuellement au Portugal.

Source : http://www.editions-metailie.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Valter Hugo Mãe   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Valter Hugo Mãe - L'Apocalypse des travailleurs .
A l'occasion du Festival de Manosque 2013, rencontre avec Valter Hugo Mãe "L'Apocalypse des travailleurs" aux éditions Métailié. Traduit du portugais par Daniel Schramm. http://www.mollat.com/livres/mae-valter-hugo-apocalypse-des-travailleurs-9782864249320.html Notes de Musique : 01 Pursuit of Happiness - Free Music Archive

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   27 novembre 2016
Le fils de mille hommes de Valter Hugo Mãe
Un homme arriva à l'âge de quarante ans et assuma la tristesse de ne pas avoir d'enfant. Il s'appelait Crisostomo.

Il était seul, il n'avait pas eu de chance en amour et il avait le sentiment qu'il lui manquait la moitié de tout, comme s'il n'avait eu que la moitié des yeux, la moitié du coeur et la moitié des jambes, la moitié de la maison et des couverts, la moitié des jours, la moitié des mots pour pouvoir s'expliquer auprès des gens. (...)

Il se voyait à moitié dans son miroir parce qu'il se voyait sans personne à ses côtés. (...)

A l'intérieur de lui c'était l'infini, et peu ou rien de ce qu'il contenait ne lui servait de bonheur. A l'intérieur de l'homme l'homme tombait .(p. 13)
Commenter  J’apprécie          130
fanfanouche24   28 novembre 2016
Le fils de mille hommes de Valter Hugo Mãe
Il pensait que l'enfant était l'héritage. L'enfant était ce qui restait au monde comme la continuité de quelque chose que l'on n'avait pas pu faire avant ni d'aucune façon. (...)

Le vieil Alfredo, qui n'avait peut-être été qu'un idiot, voulait que le garçon ait la bouche remplie de leurs noms et qu'il perpétue leur souvenir. Parce qu'il y avait une tristesse insupportable à permettre qu'un amour aussi fort disparût sans témoin. Comme s'il n'avait servi à rien. (p. 67)
Commenter  J’apprécie          120
fanfanouche24   27 novembre 2016
Le fils de mille hommes de Valter Hugo Mãe
Il commençait toutes ses phrases en disant : tu sais , mon fils. C'était ce qu'il avait le plus besoin de dire. Il voulait dire mon fils, comme si en prononçant ces mots il avait le pouvoir de donner la vie à quelqu'un, (p. 13)
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24   27 novembre 2016
Le fils de mille hommes de Valter Hugo Mãe
Elle s'était réveillée vide, sans personne à l'intérieur d'elle, et à présent elle se sentait remplie par l'idée qu'il était en fait impossible d'oublier l'amour. Parce que l'amour était l'attente et elle , qui n'avait plus rien, ne faisait rien d'autre qu'attendre. Isaura savait qu'elle aimait quelqu'un qui viendrait, elle aimait l'abstraction de quelqu'un à venir. Elle attendait l'avenir, et attendre était une manière d'aimer. (p. 59)
Commenter  J’apprécie          60
croquignol   27 décembre 2020
Le fils de mille hommes de Valter Hugo Mãe
À l’intérieur de lui c’était l’infini, et peu ou rien de ce qu’il contenait ne lui servait de bonheur. À l’intérieur de l’homme l’homme tombait.
Commenter  J’apprécie          70
Pumpkin   14 novembre 2013
L'apocalypse des travailleurs de Valter Hugo Mãe
et des rêves érotiques, lui demandait monsieur ferreira. rien, répondait-elle. je ne fais que des rêves désagréables, dans lesquels vous venez me dire, encore une fois, que je suis une ignorante, et que si ce n'était vous, je mourrais et irais au ciel sans savoir qui était mozart, ou goya, ou proust.

tu es une femme de ménage, lui disait son amie,à moins que ces hommes aient inventé le cif senteur marine je ne crois pas qu'ils te rendent plus heureuse. ils me rendent plus triste, je sais, mais ils ont toujours été persuadés que l'oeuvre qu'ils ont laissée me rendrait plus heureuse. ne pense pas à ça, ma fille, travaille et avance. ne pense pas. et s'il faut que je pense plus tard, quand je serais aux portes du paradis, pour pouvoir entrer et avoir tout à justifier. les portes du paradis n'existent pas, il n'y a que des nuages et des chaises longues. eh oui. je dois convaincre mes rêves de cela, que la vie est suffisamment difficile pour qu'on exige pas que nous soyons responsables de ce que nous en faisons .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
zazy   06 septembre 2016
Le fils de mille hommes de Valter Hugo Mãe
Le bonheur c’est d’être ce que l’on peut être.
Commenter  J’apprécie          60
croquignol   29 décembre 2020
Le fils de mille hommes de Valter Hugo Mãe
Il pensait que lorsqu’on rêve si puissamment la réalité en tire un enseignement.
Commenter  J’apprécie          50
fanfanouche24   27 novembre 2016
Le fils de mille hommes de Valter Hugo Mãe
Il décida qu'il sortirait dans la rue pour dire à tous qu'il était un père à la recherche d'un enfant. Il voulait savoir si quelqu'un connaissait un enfant seul. Il disait aux gens qu'il vivait dans le quartier des pêcheurs, puisqu'il était un pêcheur, il disait qu'il n'avait pas eu de chance en amour, mais que les amours ratées ne détruisaient pas pour autant l'avenir. Crisostomo pensait que peut-être dans le village quelqu'un l'attendrait, quelqu'un qui serait la moitié de tout ce qui lui manquait. Et peu importait qu'on le trouve idiot, il n'éprouvait pas de honte et ses rêves étaient si puissants que chaque empêchement ne représentait qu'un petit retard, en aucun cas un renoncement ou l'acceptation de sa folie.

Il pensait que lorsqu'on rêve si puissamment la réalité en tire un enseignement. (p. 15)
Commenter  J’apprécie          20
JeannineOtte   29 juin 2020
La déshumanisation de Valter Hugo Mãe
Pour elle, les livres avaient des griffes et des dents aiguisées et mangeaient gloutonnement ceux qui les lisaient. Le feu dans la cheminée prenait avec les pages arrachées et mon père, qui était un lecteur, avait beaucoup lu et savait plus de choses que quiconque, ne réagissait pas. Les pages des livres brûlaient comme si elles avaient pu emporter avec elles les histoires dont elles ne voulaient plus se souvenir. Ma tante disait que le feu, où qu'il se trouve, était lui aussi la bouche de dieu. Parce que ce qu'il consumait entrait dans une dimension parallèle. Se dématérialisait. Devenait insondable.Je trouvais que ce feu n'était pas un amphitryon.Il était assurément la bouche du diable.La bonne femme se mettait en colère.

Le feu était la chaude main de dieu. Etendue au dessus de nous par sa générosité.Le feu était un amphitryon. Il consumait les livres comme si dieu les lisait. Et dieu jugerait chaque phrase.Les écrivains auraient de sérieux comptes à régler avec dieu, parce qu'ils avaient osé laisser les idées les plus dangereuses au service des mal préparés, des ingénus, des rêveurs, de ceux qui se tromperaient quelle que soit la décision qu'ils prendraient face aux questions les plus élémentaires. Dieu jugerait chaque texte, chaque souvenir, et tous les écrivains seraient triturés entre ses doigts pour tomber comme de la poussière dans l'oubli de l'enfer. Il ne nous revenait rien d'autre que faire le ménage, organiser, obéir.Je pensais que ne pas lire était comme fermer les yeux, boucher les oreilles,perdre le sens. Les gens qui ne lisaient pas n'avaient pas de sens. Ils vivaient comme s'ils ne voyaient pas, n'entendaient pas, ne parlaient pas.Ils ne savaient même pas le goût des pommes de terre. Seuls les livres expliquaient le monde.Les gens qui ne lisent pas s'effacent de la surface de la terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les prénoms des personnages de Harry Potter (+ noms dans la version originale)

Quel est le prénom de Hagrid ?

Hagrid est son prénom
Rubeus
Filius
Severus

17 questions
4684 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l'Ecole des Sorciers de J. K. RowlingCréer un quiz sur cet auteur