AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.1/5 (sur 240 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Portugal , le 17/09/1986
Biographie :

Vania Isabel Prates, alias V. I. Prates, est une romancière.

Venue s’installer en France avec sa famille à l’âge de 3 ans, c’est à Paris qu’elle trouve sa voie.

Après une mauvaise expérience due à un contrat à compte d’auteur, elle participera à un concours littéraire et obtiendra la seconde place avec son roman fantasy l’"Ère des enchanteurs, tome 1 : La Princesse du crépuscule" (2013).

Elle sera remarquée par le jury qui décidera ensuite de la révéler. Ce sera son premier roman édité sous le pseudonyme d’Ellana Bloom.

Aujourd’hui, elle choisit de publier sous son vrai nom et passe le plus clair de son temps sur son ordinateur, concentrée sur les mots et l’imaginaire.

"Fille de bohème" (2019) a été le coup de cœur du jury du Prix du Livre Romantique.

page Facebook : https://www.facebook.com/vaniaprates.ecrivain?locale=fr_FR

+ Voir plus
Source : http://www.editionsleduc.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Vania Prates   (9)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe, mais d'apprendre à danser sous la pluie
Commenter  J’apprécie          410
Et dans son cœur, je reprendrai la lumière qu'elle m'a dérobée
Commenter  J’apprécie          290
- Débée.
- D.B. ? Ce sont les initiales de quoi ça ?
Il se mit soudain à tousser. D'abord doucement, puis de manière continue. Il regarda avec horreur son verre qui tomba sur la moquette. Et enfin, ce fut son tour. Il s'écrasa à côté de la flaque de whisky avec un bruit sourd et une couleur de peau avoisinant le violet. Sa toux s'intensifiait. Bientôt son coeur le lâcherait. Définitivement. Ce poison était rapide et efficace.
- D.B.? répondis-je enfin, en haussant les épaules. J'imagine que ça veut dire Diabolique.
Puis je repartis en direction de l'ascenseur. Un dernier coup d'oeil à ma montre m'indiqua l'heure. 00h30. L'heure à laquelle j'avais prévu de sortir. Les caméras s'éteignirent à nouveau et je repris le même chemin.
Mission accomplie.
Commenter  J’apprécie          40
J'avais 12 ans. ça semble jeune pour beaucoup de gens, mais à cet âge je devais déjà savoir courir plus vite que n'importe qui, faire cent pompes par jour, être ceinture noire de judo et supporter la moindre douleur.
Commenter  J’apprécie          50
Elle frappa pendant une bonne dizaine de minutes à la porte d’Arch avant qu’il ne daigne ouvrir. Il avait changé son costume noir pour un gris ardoise, s’était rasé de près et sentait bon. Il avait toujours cet air impeccable. Dormait-il seulement ?

— J’ai cru que vous aviez décidé de vous faire la malle.

Il secoua la tête.

— Je vous l’ai dit, trop d’affaires à réunir en un laps de temps trop court. Avez-vous bien dormi ?

— Oui. D’ailleurs je vais récupérer ces médicaments miracle que vous m’avez donnés hier. Ça peut m’aider à l’avenir.

— Prenez ! Essayez de ne pas en abuser, ça peut griller quelques neurones à force, ce serait dommage d’esquinter votre intelligence.

— Merci du conseil. Alors Arch, venons-en au fait. Ce livre des symboles, est-ce qu’il vous mène au supposé journal du comte ?

— Pourquoi est-ce que je perçois une note de scepticisme dans votre ton, Faye ? Ça ne me plaît pas beaucoup.

— Faites comme si j’étais le commun des mortels qui vous entoure, vous devez me prouver que ce que vous recherchez va au-delà de simples suppositions.

— Voilà un excellent défi, s’enthousiasma-t-il. Je l’accepte. Et un jour, vous aussi, vous finirez par prononcer ces quatre mots que j’aime tant. Ma phrase préférée.

— Qui est ?

— « Vous aviez raison, Arch ».
Commenter  J’apprécie          20
Hormis ces petits détails, Jeen était un fier gaillard plein de vie, qui me regardait comme si j'étais la femme la plus sexy au monde. Après tant de temps passé à l'isolement, je pouvais assez le comprendre. Seulement, il dut vite se rendre à l'évidence : je n'étais pas sur le marché. Liam et Jonatan avaient compris depuis longtemps que personne ne me touchait.Personne. La question ne se posait même pas. Maître insistait beaucoup sur le sujet et se montrait intraitable.
Commenter  J’apprécie          30
J’ai toujours cru que nous devions garder pour nous certaines choses, non par égoïsme, au contraire. Par solidarité . Parce que c’est notre devoir, notre fardeau: on porte la vérité sur nos épaules. L’information peut parfois apporter la peur et l’angoisse. Et les gens peuvent devenir fou à cause de la peur.
Commenter  J’apprécie          30
La nature s’ordonne à sa façon et de bien plus belle manière lorsque l’homme ne s’en mêle pas.
Commenter  J’apprécie          40
Dans le cœur du sincère, pas de place pour la pensée amère.
Commenter  J’apprécie          40
Céleste se figea, se disant que le bruit allait forcément alerter Daniel. Heureusement, il ne pourrait exiger d'entrer dans sa chambre, mais il pouvait toujours sonner pour que quelqu'un vienne s'assurer que tout allait bien.
Elle resta silencieuse, le regard braqué sur Dao, jusqu'à ce qu'inévitablement on frappe à sa porte :
- Toujours vivante ?
- Oui, oui. Désolée, je suis ... Maladroite.
- Hmm, je m'en moque, en fait. Ce que tu fais dans ta chambre te regarde. Par contre, je viens de me souvenir que j'ai oublié de te demander quelque chose d'essentiel ...
Céleste retint son souffle, priant pour que Dao ne bouge pas pendant quelques secondes encore.
- Oui ?
- Ressens-tu parfois des envies de brûler des choses ? Comme du papier, du bois, des rideaux ou même des demeures ?
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Vania Prates (275)Voir plus

¤¤

{* *} .._..