AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.33/5 (sur 381 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Vologda , le 01/07/1907
Mort(e) à : Moscou , le 17/01/1982
Biographie :

Varlam Tikhonovitch Chalamov est un écrivain russe qui passa 22 ans de sa vie au goulag dont il tira de terribles récits.

Varlam est né dans une famille aisée ruinée par la révolution de 1917. Il est le dernier des cinq enfants d'un ecclésiastique privé de ses fonctions par le nouveau régime. Après ses études secondaires, en 1924, il fuit la misère et trouve du travail près de Moscou. En 1926, devenu ouvrier, il a accès à l'université. À Moscou, il fréquente les bibliothèques, les cercles futuristes et constructivistes. Il commence à écrire.

En 1929, il est arrêté dans une imprimerie clandestine qui diffusait le Testament de Lénine. Il passe deux ans dans un camp de travail à Vichéra, nord de l’Oural, où il rencontre sa femme. En 1931, à Moscou, il publie ses premières œuvres.

En 1937, Varlam Chalamov est condamné à cinq ans de bagne pour « activité contre-révolutionnaire trotskiste ». Il est envoyé en Kolyma, dans cet Extrême-Orient soviétique. Dans des conditions inhumaines, il travaille dans différentes mines, d'or en particulier. Il n'est en fait libéré de sa peine qu'en 1951, mais reste assigné à résidence à Kolyma. Il écrit de la poésie.

Quand il rentre à Moscou en 1954, après une absence de dix-sept ans, c'est pour se faire chasser par sa femme et par sa fille, qui l'accuse d'être « un ennemi du peuple ». L'année suivant, Varlam Chalamov entreprend la rédaction des "Récits de Kolyma". Dès sa libération, Chalamov rencontre Pasternak qui lui confie en 1954 et 1955, en deux fois, le manuscrit de "Docteur Jivago", il en est l'un des premiers lecteurs.

Varlam Chalamov est officiellement réhabilité en 1956, il s’installe à Moscou, rompt avec Pasternak, fait la connaissance de sa seconde femme, O.S. Neklioudova. "Les Récits de Kolyma", refusés en URSS, paraissent à l'étranger en 1960, mais il ne perçoit aucun droit d'auteur. En 1972, Chalamov doit renier ses "Récits", très probablement forcé par les pressions de l'État. Le livre paraît en URSS en 1987.

Isolé et malade, Varlam Chalamov meurt aveugle et sourd, dans un hôpital psychiatrique où il a été transféré contre son gré. De son vivant, il n'a publié dans son pays que quelques recueils de poèmes.
+ Voir plus
Source : http://www.bibliomonde.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Varlam Chalamov   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dans ses "Récits de la Kolyma", un recueil de nouvelles écrites après sa libération, l'écrivain russe Varlam Chalamov témoigne de l'enfer des goulags staliniens, auquel il a survécu après une vingtaine d'années de pénitence. L'histoire de Varlam Chalamov a été source d'inspiration pour Gisèle Bienne et Michaël Prazan, invités de Nicolas Herbeaux pour transmettre ce témoignage marquant et essentiel. #goulag #staline #bookclubculture __________ Venez participer au Book club, on vous attend par ici https://www.instagram.com/bookclubculture_ Et sur les réseaux sociaux avec le hashtag #bookclubculture Retrouvez votre rendez-vous littéraire quotidien https://youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrqL4fBA4¤££¤8Michaël Prazan19¤££¤ ou sur le site https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/bienvenue-au-book-club-part-2 Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture

+ Lire la suite
Podcasts (8) Voir tous


Citations et extraits (142) Voir plus Ajouter une citation
J'ai toujours acheté des livres, ne fût-ce que quelques-uns, ne fût-ce qu'un par mois ou tous les deux mois. Quand je me suis marié, j'ai cru que j'allais pouvoir en rassembler un certain nombre - mes livres à moi, que je pourrais annoter, dont je pourrais corner les pages, des livres que je pourrais serrer, froisser, dont je pourrais caresser la reliure en écoutant ce bruissement plus doux encore que celui des feuilles d'arbres dans une forêt - celui des pages d'un livre.
Commenter  J’apprécie          540
J'avais du mal à écrire, et ce n'était pas seulement parce que mes mains étaient devenues calleuses, que mes doigts s'étaient recourbés autour des manches de pelle ou de pic et qu'il m'était incroyablement difficile de les déplier.
J'avais du mal à écrire parce que mon cerveau s'était épaissi comme mes mains, mon cerveau saignait comme mes mains. Il fallait ranimer, ressusciter des mots qui étaient désormais sortis de ma vie...
Commenter  J’apprécie          510
Les livres sont ce que nous avons de meilleur en cette vie, ils sont notre immortalité.
Commenter  J’apprécie          451
Varlam Chalamov
La poésie

Si je ne perds pas mes forces,
Si je puis dire quelque chose,
C'est que tu es ma volonté et ma force.

Là est le sens de mon chant,
Là est l'accusation de mes mots
Et le simple secret de mon être.

Tu conduis mon âme
Par la mer et la terre,
Les plantes et les bêtes.

Tu me protèges des balles,
Juillet, tu me le ramènes,
A la place des décembres éternels.

Tu cherches le bon passage,
Tu portes l'eau fraîche
A ma bouche toute sèche

A toi je suis lié
Par toi irradié
Je vais sans peur dans les ténèbres.

( Cet auteur a passé 22 ans au Goulag...)

" Cahiers de la Kolyma et autres poèmes"
Commenter  J’apprécie          413
Varlam Chalamov
Ce qui fait l’écrivain, c’est la pression qu’exerce sur l’âme le flux irrésistible de la poésie : on dirait que les mots cherchent à fuir un incendie qui se serait déclaré à l’intérieur, qu’ils se précipitent, se ruent sur le papier.

Correspondance avec Boris Pasternak
Commenter  J’apprécie          380
Le mécanisme qui broyait et tuait semblait éternel.
Ceux qui avaient tenu le coup, ceux qui avaient survécu jusqu'au terme de leur peine, étaient voués à de nouvelles errances, à de nouvelles souffrances sans fin. Le désespoir de n'avoir aucun droit, ce destin irrémédiable, c'est l'aube noire de sang des lendemains.
Commenter  J’apprécie          360
Mais il n'y avait pas que l'indifférence, l'envie et la peur pour témoigner de mon retour à la vie. La pitié à l'égard des animaux me revint avant la pitié à l'égard de l'homme.
Commenter  J’apprécie          330
Varlam Chalamov
Les conditions du camp ne permettent pas aux hommes de rester des hommes...


Tous les sentiments humains : amour, amitié, jalousie, charité, miséricorde, ambition, honnêteté nous ont quittés avec la chair de nos muscles...


Il ne nous reste que la haine, le sentiment humain le plus durable.
Commenter  J’apprécie          320
Les livres, c'est aussi un monde qui ne nous trahit jamais.
Commenter  J’apprécie          310
Le camp était une grande épreuve pour les forces morales de l'homme, pour l'éthique humaine élémentaire, et 99 % des hommes ne la surmontaient pas.
Ceux qui la surmontaient mouraient avec ceux qui ne l'avaient pas surmontée, s'efforçant d'être les meilleurs et les plus fermes uniquement pour eux-mêmes.
Commenter  J’apprécie          290

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Varlam Chalamov (640)Voir plus

Quiz Voir plus

La Sphinx mystère (2) ... 👼🏻 🦋

Une Sphinx en Or ! Elle s'est engagée pour la protection des animaux dans un groupe de femmes ( ...❓..., Jessie, Sissi, Morgane, Sophie, et quelques autres) : Les Vigies.

lorette
vanessa
lucile
justine
diane

1 questions
8 lecteurs ont répondu
Thèmes : sphinx , Devinettes et énigmes , jeux de langage , cache-cache , paradis , pseudo , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..