AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 5 /5 (sur 1 notes)

Nationalité : Roumanie
Né(e) à : Bacau (Roumanie) , le 21/07/1821
Mort(e) à : Mircesti (Roumanie) , le 22/08/1890
Biographie :

Vasile Alecsandri, poète, dramaturge, folkloriste, diplomate et homme politique roumain est considéré comme le créateur du théâtre et de la littérature en Roumanie.
Il fut membre de l'Académie roumaine.
Il a milité pour l'union de la Moldavie et de la Valachie.
Ami de Frédéric Mistral, il a oeuvré pour le rapprochement entre la France et La Roumanie.
Il a vécu en France, à Paris entre 1848 et 1850 avant de rentrer au pays où il se consacre au recueil des poèmes, chants, contes populaires roumains.
Après 1855 et l'avènement d'une Roumanie unifiée, il est nommé ministre des affaires étrangères et mène plusieurs missions en Europe.
Il est l'auteur de l'hymne national roumain qui prévaudra jusqu'en 1947 (Longue vie au roi)

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Vasile Alecsandri   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Vasile Alecsandri
Tandarica   22 juin 2018
Vasile Alecsandri
Mon cœur s'envole alors vers l'Éden de ma vie,

Vers les temps si heureux où pourtant j'ai souffert ;

Alors forêt et lacs, mers, et fleurs et étoiles,

Entonnent pour moi seul un hymne sans limites.



Et ainsi solitaire, lorsque dehors il neige,

Ma pensée se promène sur de beaux arcs-en-ciel,

Jusqu'à ce que le feu et la lampe s'éteignent.

Et que mon petit chien saute de mes genoux.



(fin du poème « Les soirs à Mircești », dans la traduction d'Andrée Fleury Gropeanu)
Commenter  J’apprécie          582
Tandarica   05 novembre 2017
Opere. Vol. 9. Corespondență. 1861-1870. de Vasile Alecsandri
À Alexandru Ioan Cuza,

Paris, 27 avril 1861

Mon cher Prince,

Mon arrivée à Paris a été considérablement retardée par les lenteurs de la navigation du Danube au commencement de la belle saison. J’ai mis quinze jours de Galați à Vienne ! C’est tout dire ; mais enfin j’ai gagné Paris et me suis acquitté de ma mission avec bonheur. Le Prince Napoléon et M. Thouvenel m’ont parfaitement accueilli et ont prêté la plus grande attention à tout ce que je leur ai dit au sujet de l’Union, d’abord, ensuite au sujet des armes et de la question des Bulgares.

L'Union définitive des Principautés est dans tous les esprits en France, et je pense que la réalisation de cette grande idée politique par le Prince de la Roumanie donnera à son nom un glorieux retentissement en Europe. L’Union Roumaine est une conséquence de l’Union italienne et ce qui est bien vu chez les Italiens au-delà des Alpes ne peut pas être mal vu chez leurs frères au-delà des Carpates.

L’Empereur qui nous a toujours si généreusement protégés, ne désavouera pas plus les uns que les autres.

M. Thouvenel m’a parlé, il est vrai, de patience, en se basant sur les nouvelles de Constantinople qui lui annoncent l’adhésion du Gouvernement Turc aux demandes exposées dans Votre mémoire. Il m'a assuré des bonnes intentions du gouvernement l’Empereur à notre égard. Le Prince Napoléon de son côté, après avoir pris connaissance de Votre lettre, m'a de nouveau déclaré que ses sympathies étaient acquises à la Roumanie ainsi qu’à son Prince régnant, mais toutes ces belles paroles ne me suffisent pas pour m’éclairer sur la situation présente et future de mon pays, aussi je compte demander une audience à l’Empereur aussitôt mon retour de Turin et j’espère que Sa Majesté, comme d’habitude, s’expliquera plus catégoriquement au sujet de la politique que nous devons suivre.

Tout ce dont je puis Vous assurer pour le moment, c’est que nous avons toujours des amis en France. La presse nous est favorable et les hommes d’État ne sont pas hostiles malgré les petites intrigues de Bibesco et Co.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Vasile Alecsandri
Tandarica   16 juillet 2021
Vasile Alecsandri
Rodica



Portant une cruche d’eau fraîche

Sur l’épaule aux blanches rondeurs,

Rodica gaiement se dépêche

Du côté des jeunes semeurs.



Ils sautent vite sur la route

Disant: « Rodica, fleur de lys,

Que la fortune au moins t’écoute

Toi qui toujours sur le bonheur glisses.



Que tu sois belle mariée

Et que tes jours soient florissants,

Que ta maison soit fortunée

Et tes seins un berceau d’enfants ! »



De grains d’or ils poudrent sa tête

Puis boivent la cruche, joyeux.

Elle rit et vole, coquette,

Semant le blé de ses cheveux.



(traduit du roumain par Gabrielle Danoux)
Commenter  J’apprécie          140
Tandarica   30 mars 2015
Opere. Vol. 9. Corespondență. 1861-1870. de Vasile Alecsandri
Paris, 15 janvier 1862

Mon cher Branisteano,

Je t’ai écrit plusieurs lettres qui sont restées sans réponse jusqu’à ce jour. Aurais-tu par hasard quelque intrigue d’amour, vieux polisson, qui t’absorbe au point de n’avoir pas le temps de mettre la plume à la main pour tracer quelques mots à la hâte ?

(Page 107)

N.B : en français dans le texte
Commenter  J’apprécie          100
Vasile Alecsandri
Tandarica   16 juillet 2021
Vasile Alecsandri
La Belle de la montagne



Pourquoi ne veux-tu pas, la Belle,

Traverser cette passerelle

Que je te serre sur mon sein ?

Je te ferai, ma mignonnette,

Bientôt haïr ta maisonnette

Et même oublier Dieu le Saint.



N’as-tu pas trop filé de laine ?

Jette au loin la quenouille pleine

Et passe vite ce ruisseau,

Pour que nous fassions la cueillette

Toi de fraises dessous l’herbette,

Moi sur ton sein d’un lys si beau !



Par ici, la verte prairie

Est un tapis d’herbe fleurie

Où la source frissonne au jour.

Aussi vient vers moi, mignonnette,

Que je chante la chansonnette

Qui fait pleurer ton doux amour.
Commenter  J’apprécie          60
SZRAMOWO   23 janvier 2015
Ballades et chants populaires de la roumanie de Vasile Alecsandri
« La massue s’échappa de ma main

Sous le coup d’un sabre païen ;

Hélas ! elle ne tomba pas seule à terre,

Ma main aussi tomba avec elle

À côté du païen qui tomba.

Depuis lors je ne sais plus que devenir,

Car je suis resté pauvre et invalide ;

Je n’ai ni maison, ni charrue,

Ni jeunes bœufs à mettre au joug.

Vainement j’ai prié, et encore prié

Tous les riches habitants du village

De me prêter une charrue pour une heure,

Afin de labourer un coin de terrain ;

Pendant six jours, je les ai suppliés

Sans qu’ils fissent attention à moi 
Commenter  J’apprécie          60
SZRAMOWO   23 janvier 2015
LEGENDES de Vasile Alecsandri
La race latine est la Reine

Des grandes races d’ici-bas.

À son front brille, souveraine,

L’Étoile qui ne s’éteint pas.

Le Destin lui montre la route où,

Sous un nimbe de rayons,

Elle va, lumineuse toute,

À la tête des nations.



La race latine est la Belle,

Au charme doux et ravissant,

Devant qui l’étranger rebelle

Tombe à genoux comme un amant.

Elle rit dans la brise chaude

Et resplendit sous le soleil,

Vénus d’une mer d’émeraude,

Jeune d’un éclat sans pareil.



La race latine possède

Sa part des plus riches trésors ;

Mais à ses sœurs elle les cède,

Et répand ses dons au dehors.

Formidable dans sa colère,

Quand elle lutte pour l’honneur,

Les tyrans mordent la poussière

Sous son fort bras libérateur.



Le Dieu, devant qui tout s’incline,

Dira, le jour du Jugement,

Tourné vers la race latine :

« Qu’as-tu fait sous le firmament ? »

Alors, fière, qu’elle réponde :

« Tant que j’ai sur terre existé,

Aux yeux émerveillés du monde,

Seigneur, je t’ai représenté. »

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Vasile Alecsandri (2)Voir plus


Quiz Voir plus

Quiz autour du "journal" d'Anne Frank

1. Sous quelle forme le livre est-il écrit?

A. Un roman
B. un Journal intime
C. Un conte

10 questions
383 lecteurs ont répondu
Thème : Journal d'Anne Frank de Anne FrankCréer un quiz sur cet auteur