AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.73 /5 (sur 258 notes)

Nationalité : Bosnie-Herzégovine
Né(e) à : Odžak , le 13/06/1964
Biographie :

Velibor Čolić est un écrivain bosniaque vivant en France.

Né dans une petite ville de Bosnie, il perdra sa maison et ses manuscrits réduits en cendres pendant la guerre. Enrôlé dans l’armée bosniaque, il déserte dès mai 1992, est fait prisonnier mais s’échappe et se réfugie en France au mois d’août de la même année.

Accueilli à Strasbourg par le Parlement des écrivains pour une résidence d’un an, l’écrivain y reste quelques temps puis part s’installer en Bretagne où il vit désormais. Il organise des ateliers d'écriture dans les collèges environnants.

Son premier livre paru en France, "Les Bosniaques" (1993), décrit la guerre de Bosnie sous forme de petits tableaux voire de croquis d'après des notes prises en catimini sur le front.

Son roman "Perdido" (2005), biographie imaginée de Ben Webster, saxophoniste de Duke Ellington, se déroule dans le monde du jazz.

En 2008, Velibor Čolić décide d'écrire ses romans directement en français et publie aux éditions Gaïa "Archanges", dans lequel il fait œuvre de mémoire en évoquant les atrocités perpétrées durant la guerre en Bosnie. Il publie par la suite "Jésus et Tito", en 2010, qui reçoit de nombreuses critiques flatteuses.

En 2010 et 2011, il participe à une résidence d'écrivain à l'initiative de Lecture en Tête qui l'avait invité deux ans plus tôt lors du Festival du Premier roman de Laval. Il y écrit "Sarajevo omnibus", son troisième roman en français, paru en 2012 aux éditions Gallimard.

site officiel : https://veliborcolic.wordpress.com/
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dimanche 10 mai 2009 Rencontre avec le romancier Velibor Colic (dernier ouvrage paru : Archanges, roman a capella, éd. Gaïa 2008) : « Écrire sans pays » dans le cadre du banquet de printemps 2009 intitulé " Exils et frontières" Velibor oli est un écrivain bosnien vivant en France. Il est né en 1964 dans une petite ville de Bosnie où il perdra sa maison et ses manuscrits réduits en cendres pendant la guerre. Après des études de littérature yougoslave à Sarajevo et Zagreb, il travaille à la radio régionale comme journaliste chargé de rock et jazz. Enrôlé dans l'armée bosniaque, il déserte dès mai 1992, est fait prisonnier mais s'échappe et se réfugie en France au mois d'août de la même année. Accueilli à Strasbourg par le Parlement des écrivains pour une résidence d'un an, l'écrivain y reste quelque temps puis part s'installer en Bretagne où il vit désormais. Il organise des ateliers d'écriture dans les collèges environnants. Son premier livre paru en France, Les Bosniaques, décrit la guerre de Bosnie sous forme de petits tableaux voire de croquis d'après des notes prises en catimini sur le front. Son roman Perdido, biographie imaginée de Ben Webster, saxophoniste de Duke Ellington, se déroule dans le monde du jazz. En 2008, Velibor oli décide d'écrire ses romans directement en français et publie aux éditions Gaïa Archanges, dans lequel il fait oeuvre de mémoire en évoquant les atrocités perpétrées durant la guerre en Bosnie. Il sera invité pour ce roman au Festival du Premier Roman de Laval.

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (176) Voir plus Ajouter une citation
Velibor Colic
Bookycooky   20 juin 2016
Velibor Colic
" Un exilé est un homme qui est plus ou moins mort quelque part. "
Commenter  J’apprécie          520
nadejda   08 juin 2016
Manuel d'exil : Comment réussir son exil en trente-cinq leçons de Velibor Colic
Plus que jamais je suis perdu dans une Europe aveugle, indifférente au sort des nouveaux apatrides. Mes rêves de capitalisme et de monde libre, de voyage et de villes des arts et des lettres sont devenus des mouchoirs en papier usagés, utiles pendant un bref instant mais gênants après l’utilisation. Rien que des cendres. J’ai échangé la fin du communisme pour le crépuscule du capitalisme.
Commenter  J’apprécie          370
nadejda   14 mai 2012
Perdido de Velibor Colic
La mélodie existe, mais elle est dispersée, éparpillée un peu partout comme de la poussière d'étoiles, comme le souffle du vent qui, soudain, tourne les pages d'un livre. Elle est jouée avec indolence, nonchalance, si bien que, d'une fragilité cristalline, elle semble inconstante, irréelle telles des lettres tracées sur le sable. Mais le son est clair pourtant.
Commenter  J’apprécie          320
Bookycooky   29 juin 2016
Manuel d'exil : Comment réussir son exil en trente-cinq leçons de Velibor Colic
— Quand on voit les croix des autres, soupire-t-il, on reprend toujours les siennes...
Commenter  J’apprécie          320
nadejda   03 juin 2014
Ederlezi : Comédie pessimiste de Velibor Colic
Les rêveurs, conclut tristement Azlan Bathalo, meurent de faim, prouvant ainsi qu'ils ont vécu de leurs rêves.
Commenter  J’apprécie          300
Bookycooky   28 juin 2016
Manuel d'exil : Comment réussir son exil en trente-cinq leçons de Velibor Colic
Je cherche la vraie parole de Dieu, et le curé, visiblement, a autre chose à faire. Dieu pêche les âmes à la ligne, le diable les pêche au filet.
Commenter  J’apprécie          291
litolff   23 mai 2011
Jésus et Tito de Velibor Colic
Quand on mange bien, c'est du catholicisme. Et si on n'a rien à manger mais qu'on chante et qu'on danse, c'est du communisme.
Commenter  J’apprécie          280
nadejda   18 mai 2012
Mother Funker de Velibor Colic
Ce livre pourrait encore s'appeler "Les Quatre Saisons", mais elles ont une tonalité beaucoup plus sombre que celles de Vivaldi, elles se jouent sur la partie droite du clavier, la plus triste, accompagnée de la trompette argentée comme le clair de lune de Miles Davis, du jeu mélancolique de Stan Getz, doux et chaud comme la vanille, et d'un solo particulièrement sauvage de Charlie Bird Parker, qui se fiche tel un couteau dans le dos de la nuit.

Velibor Colic

Budapest, 1997-1998

(placé en exergue de Mother Funker)
Commenter  J’apprécie          260
nadejda   19 mai 2012
Mother Funker de Velibor Colic
Hubert Selbie retrouva Paris par un petit matin gris. A travers la vitre sale du taxi, il contemplait les trottoirs mouillés et les devantures des restaurants alsaciens qui jouxtaient la gare de l'Est. Il se sentait du vague à l'âme. C'était un peu comme si un oiseau noir, en route pour sa migration vers le sud, projetait sur son visage son ombre veloutée. p 89
Commenter  J’apprécie          260
nadejda   02 juin 2014
Ederlezi : Comédie pessimiste de Velibor Colic
De mon vivant, j’étais de partout et de nulle part, j’étais tout le monde mais aussi personne. J’étais un grand soleil et parfois des nuages ; tantôt l’ombre mais très souvent la lumière. J’étais l’eau fraîche et le sang chaud, l’enfant illégitime de chaque nation. Moustachu, barbu et pieds nus ; j’étais le saint des pauvres et le sel de la terre. J’étais l’oiseau, les percussions et chaque instrument à cordes. Compteur et conteur, poète et chanteur. J’étais celui qui porte le violon sur son épaule ; celui qui rendait vos rêves possibles. J’étais voyageur, fou du roi, paysan sans terre et apôtre, témoin et traître.J’ai fait mille fois l’amour et jamais la guerre.


(...) Une chose est sûre : mon nom est Azlan Tchorelo, Azlan Bahtalo et Azlan Chavoro Baïramovitch et je suis mort ce matin.


Voici mon histoire

Commenter  J’apprécie          250

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-49813

est un dessert composé de sorbet citron arrosé de vodka?

Brigadier
Capitaine
Caporal
Colonel
Lieutenant
Major
Soldat

7 questions
20 lecteurs ont répondu
Thèmes : armée française , grades , associations d'idéesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..