AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.06 /5 (sur 183 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Après des études de droit, un début de carrière dans l'administration scolaire, des engagements associatifs, Véronique Chauvy se lance dans l'écriture.

Elle choisit l'Auvergne, sa terre d'adoption depuis plus de vingt-cinq ans, pour planter le décor de ses romans où le destin de ses personnages traverse la grande Histoire.

Après un premier roman en 2015, "Le Cri des Hyènes" (éditions des Monts d'Auvergne), Prix du jury 2017 du Salon du livre d'Ebreuil, elle publie "Une promesse bleu horizon" aux éditions De Borée en 2018.

Ce dernier obtient Prix du jury 2018 du salon d'Ebreuil de l'ANDRA et Prix Lucien Gachon 2019.

"Aux douceurs du temps" (De Borée, 2019), son troisième roman, présente le destin d’une femme dans la confiserie auvergnate à la fin du XIXe siècle. Il est sélectionné pour le prix du jury 2019 du salon d'Ebreuil.

Elle vit à Clermont-Ferrand.

page Facebook : https://www.facebook.com/V%C3%A9ronique-Chauvy-1573485302974813/

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Véronique Chauvy   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Découvrez le nouveau titre de Véronique Chauvy, l'Ivresse du vent paru le 10 mars 2022. Suivez l'aventure de Gabrielle à travers l'essor de l'automobile au début du XXe siècle et de la célèbre course Gordon Bennett.


Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
laure14   26 janvier 2023
Aux douceurs du temps de Véronique Chauvy
Juliette devinait, sous les couvertures hermétiquement jointes les unes aux autres, un foisonnement de savoirs, une avalanche de rêves, une abondance de voyages entraînant vers des rives inconnues. Elle aurait voulu tout avoir lu, tout avoir feuilleté, se doutant que sa minuscule personne ne pourrait qu'être écrasée sous tant de découvertes.
Commenter  J’apprécie          10
Lili39   15 décembre 2021
Aux douceurs du temps de Véronique Chauvy
Le citoyen républicains que je suis espère que ce même lecteur condamnera les massacres commis au nom d'une idéologie qui perdure encore aujourd'hui dans sa volonté de tout régenter.

_ Ne croyez-vous pas qu'à faire une lecture du Moyen-âge à l'aube du XXeme siècle on se trompe de regard?
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaoui   27 novembre 2019
Aux douceurs du temps de Véronique Chauvy
Juliette le regardait avec une sérénité attentive et Gustave Marquand se surprit à penser que cette fille combinait beaucoup de qualités : pugnace sans être entêtée, décidée mais pas obtuse pour autant, et en même temps lucide sans faiblesse. L’épisode de la confiture sauvée de justesse avait renforcé une conviction que la débrouillardise de la jeune fille, au cours de toutes ses années d’emploi, avait fait naître peu à peu. Mais elle avait eu la prudence de rester à sa place, c’est-à-dire de ne pas profiter de l’expérience pour aspirer à un poste d’ouvrier confiseur. Il n’y avait pas de féminin à cette tâche et il lui avait su gré de ne pas chercher à prétendre de façon pérenne à un travail où elle ne pourrait jamais être employée.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   28 novembre 2019
Aux douceurs du temps de Véronique Chauvy
Elle tourna les talons, furieuse contre Rodolphe et contre elle-même. Si seulement, ce fameux soir du 3 janvier 1892, alors qu’elle rentrait dépitée du banquet des confiseurs, la porte entre les deux magasins s’était ouverte sur Rodolphe ! Elle avait tant besoin de réconfort que sans doute, s’il était venu la consoler par des gestes tendres, c’est à lui qu’elle se serait donnée… Elle se rappellerait toujours avoir guetté un mouvement du côté de la porte communicante. Mais c’est celle de l’atelier qui s’était ouverte, imprimant à sa vie une autre direction, et il ne pouvait être question de revenir en arrière.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   27 novembre 2019
Aux douceurs du temps de Véronique Chauvy
Une bâtarde ! Le mot avait tourné dans sa tête durant la journée, la renvoyant à ces chiens qui traînaient dans les rues quand on ne les avait pas jetés au ruisseau au préalable, l’échine tombante comme s’ils se savaient marqués du sceau de leur origine. Elle avait voulu se convaincre que le déshonneur dont s’était rendue coupable sa mère était demeuré un secret bien gardé, mais elle se sentait cependant salie. Elle avait essayé de se persuader qu’elle avait vécu vingt et un ans de la sorte, dans une ignorance qui l’avait préservée, alors pourquoi sa vie devrait-elle en être brusquement changée ?
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   28 novembre 2019
Aux douceurs du temps de Véronique Chauvy
Les regrets l’avaient déjà saisi, à quoi bon s’obstiner à tenter de séduire une Juliette qui, elle, avait les pieds sur terre et ne s’en laissait pas conter par un utopiste comme lui ?



Il referma la couverture du fascicule dont il avait commencé la rédaction dans l’après-midi, en attendant son ami le député. Celui-ci avait sans doute préféré demeurer chez lui, de crainte d’avoir à se glisser au milieu d’un défilé des croisades qu’ils qualifiaient tous deux de mascarade. Il relut le titre qu’il avait écrit provisoirement : « Vers une nécessaire séparation des Églises et de l’État. »
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   28 novembre 2019
Aux douceurs du temps de Véronique Chauvy
Dans la voix de Pierre, Juliette avait senti vibrer la peur. La peur d’être découvert, la peur d’être dénoncé, la peur de devoir payer sa fuite. Durant ces cinq longues années, où elle avait enduré l’humiliation d’avoir été abandonnée, la tristesse d’élever une enfant sans père, éprouvé du souci et de la peine pour Rodolphe, lui se cachait et n’exprimait à présent que de la peur ? C’était tout là l’homme qu’elle avait épousé ! Ses propres angoisses d’être confrontée à lui s’évanouirent aussitôt.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   27 novembre 2019
Aux douceurs du temps de Véronique Chauvy
Un à un, les fruits seraient sélectionnés, les plus beaux seraient écartés, destinés à être confits entiers. Le tout-venant serait transformé en confiture ou en pâtes de fruits. Éclairées par d’immenses verrières, les tables attendaient les ouvrières qui découperaient, dénoyauteraient, éplucheraient. Adélaïde Récamier jeta un œil vers la place où, il y a quelques années, la petite Juliette officiait : la deuxième chaise à gauche de la cinquième table, vers la baie vitrée. Gustave Marquand, alors qu’il visitait les champs de fruitiers dont il achetait la production, avait remarqué qu’elle s’occupait de la cueillette avec soin. Sans doute parce que, en tant que fille d’un propriétaire d’un joli verger d’abricotiers, elle avait pris conscience de la fragilité de ces fruits que menaçaient sans cesse les caprices de la nature, un coup de gel qui grillait les bourgeons, la pluie trop dense qui lavait les fleurs, la sécheresse exceptionnelle qui appauvrissait la chair du fruit.
Commenter  J’apprécie          00
Cathye   22 septembre 2022
Aux douceurs du temps de Véronique Chauvy
- …. Tout simplement parce que je fais le même métier que vous, messieurs ! coupa Juliette

- Vous ne manquez pas de toupet ! Lança Léon. Le même métier ? Certes non ! Une confiseuse vend ce que fabrique son mari ! Elle ne fabrique pas !

--------------------------------

- je croyais que tu lui avais fait lire Voltaire ? demanda Théophraste (le député républicain) à Rodolphe (le libraire et ami) à voix basse. Pour l’ouvrir à autre chose qu’aux sermons des curés !

---------------------------

- (Juliette)… c’est un ordre de versement d’une allocation à la veuve…

- (L’ouvrier) Mais elle n’a droit à rien ….

- Chez moi, coupa Juliette, j’attribue une somme à la veuve…je subodore que c’est particulièrement nocif de respirer à longueur de journée des tiges d’angélique oxydées dans des bacs en cuivre (sous entendu, ce serait bien que votre Société de secours revoie sa position vis-à-vis des femmes).
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   28 novembre 2019
Aux douceurs du temps de Véronique Chauvy
Juliette méditait les paroles de Pierre en le dévisageant d’un air à la fois amusé et circonspect. Une impulsion naturelle l’incitait à se méfier de ce beau garçon dont elle avait appris à comprendre que, sous le comportement servile, se cachait une forte personnalité. Elle était consciente de la lutte qu’elle poursuivait pour se faire respecter en tant que femme, sachant que, de son côté, il menait son propre combat pour se rendre indispensable à la bonne marche de l’entreprise. Qu’aurait-elle fait sans lui ? Il offrait ses bras, ses compétences et la peine qu’il donnait sans se plaindre dans le seul but de fabriquer un produit « Montel » derrière lequel il était parfaitement invisible. Que deviendrait-elle s’il prenait l’envie à Pierre de s’installer à son propre compte ?
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Un mot, un héros ! 📞 🧐

Moulins.

don juan
don quichotte
don camillo

10 questions
44 lecteurs ont répondu
Thèmes : Personnages littéraires , associations d'idées , Mot , roman , bande dessinée , films , séries télé , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur