AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.69 /5 (sur 213 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Vienne , le 24/01/1888
Mort(e) à : Hollywood , le 29/08/1960
Biographie :

Vicki Baum, née Hedwig Baum, était une romancière américano-autrichienne.

Ses parents la destinaient à la musique. Dès l'âge de cinq ans elle participe à des concerts. Elle triompha en tant que harpiste au Conservatoire de Vienne. Elle quitta l'Autriche assez vite pour se rendre en Allemagne, à Darmstadt, où elle enseigne la musique à l'École supérieure. En 1915, elle épouse le chef d'orchestre Richard Lert.

Elle écrit son premier essai à quatorze ans.

Elle vit jusqu'en 1931, à Berlin. C'est à cette époque qu'elle écrit : Futures Vedettes, Arrêt de mort, Hélène Wilfur, Lac aux dames, Lowinckel en folie, Grand Hotel.

Le 28 janvier 1938, elle est naturalisée américaine et s'établit à Los Angeles, à proximité d'Hollywood où elle travaille fréquemment, soit lorsque certains de ses romans seront portés à l'écran, soit pour satisfaire à des commandes et adapter des œuvres d'autrui. Elle travaillera par exemple comme scénariste pour Dudley Murphy, Dorothy Arzner ou encore William Keighley.

Ses voyages fréquents sont de grandes sources d'inspiration : La Nuit cramoisie et Bombes sur Shanghaï ont été conçus lors d'un voyage en Chine, Sang et volupté à Bali au cours d'un séjour dans cette île, l'L'Ange sans tête a été imaginé au Mexique, Le Vol du destin durant un voyage en avion à travers l'Amérique du Sud. Elle est l'auteur de Bataille de femmes paru en 1956.


+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Vicki Baum   (23)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (109) Voir plus Ajouter une citation
Vicki Baum
milamirage   05 février 2013
Vicki Baum
L'écrivain jonche sa route d'idées abandonnées et on trouve toujours, dans ses bagages, quelque vieille malle pleine de manuscrits inachevés. Parfois, cependant, un incident presque oublié retrouve vie après avoir hiberné de longues années, et s'écrit, tout seul.

[prologue de "Bataille de femmes"]
Commenter  J’apprécie          270
Sachenka   08 octobre 2015
Hôtel Berlin 43 de Vicki Baum
- [...] Mais l'âme allemande est gothique. Elle est abstraite, pleine de ténèbres et a le visage d'une gargouille ; elle est tordue, torturée et aime la souffrance. Il n'y a que les Russes pour comprendre quelque chose à sa capacité illimitée et à son désir ardent de souffrance. Elle adore l'infliger et l'éprouver. Aucun de nous on comprend l'Allemagne. Ce que vous appelez enrégimentation, militarisme, discipline, c'est la loi prussienne du commandement et de l'obéissance aveugle. Vous ne comprenez pas que les Allemands aspirent éternellement à la chaîne et à la férule parce qu'ils ont peur de leur propre fureur émotive, insondable et profonde. L'Allemand ne désire pas la liberté car cela signifie pour lui la destruction de soi-même. C'est çe que, vous autres Anglo-Saxons, ne comprendrez jamais avec vos idéaux humanitaires et superficiels, votre optimisme de jardin d'enfants ; vous ne savez pas ce que c'est de vivre avec un démon en soi.
Commenter  J’apprécie          230
Gwen21   13 mars 2015
Grand Hôtel de Vicki Baum
- [...] Vous arrivez là de votre trou de province, avec des idées fausses sur la vie. Vous pensez : le Grand Hôtel ! Vous pensez : l'hôtel le plus cher ! Dieu sait quelle merveille vous attendez d'un hôtel de ce genre ! Vous finirez bien par vous rendre compte de ce qui s'y passe. Tout l'hôtel n'est qu'une vaste blague. Il en est identiquement de même de la vie entière. Toute la vie n'est qu'une fumisterie, monsieur Kringelein. On arrive, on s'arrête un petit moment, on s'en va. Des passants, comprenez-vous ? Pour un court séjour, voyez-vous ? Que faites-vous dans un grand hôtel ? Manger, dormir, flâner, faire des affaires, flirter un peu, danser un peu, quoi ? Eh bien ! et que faites-vous dans la vie ? Cent portes donnant sur un couloir et personne ne sait rien du voisin qui demeure à côté. Quand vous partez, un autre arrive et se couche dans votre lit. C'est fini.
Commenter  J’apprécie          222
LambertValerie   23 janvier 2022
Hôtel Berlin 43 de Vicki Baum
Tous dans nos vieux uniformes pâlis, la plupart d'entre nous avec la Croix de fer, telle ou telle partie du corps en moins, et le même genre d'expérience derrière nous. Nous étions revenus de la glorieuse frénésie de l'avant-guerre. Mon Dieu, quand je pense au congrès de Nuremberg en 1934 ! Je jouais du tambour, je n'oublierai jamais ce que nous avons éprouvé quand le Führer a remonté cette longue voie triomphale et qu'il s'est arrêté pour nous parler tandis que les bannières claquaient au vent. Ils nous avaient tellement ennivrés qu'il nous a fallu Stalingrad pour dessoûler.
Commenter  J’apprécie          210
Sachenka   07 octobre 2015
Sang et volupté à Bali de Vicki Baum
- En quoi la guerre entre le prince et les Hollandais nous regarde-t-elle? dit-il. Nous n'avons pas voulue guerre, et combattre n'est pas notre affaire. Que mangeront les gens de Badoung si les paysans se battent, au lieu de cultiver le riz? La charrue est plus importante que le kriss.
Commenter  J’apprécie          210
Sachenka   05 octobre 2015
Hôtel Berlin 43 de Vicki Baum
- Du temps de mon père, c'est le portrait de Bismarck qui était suspendu ici, et quand je fus élève officier, celui du Kaiser le remplaça. Après l'autre guerre vint le tour d'Hindenburg, maintenant celui d'Hitler, je me demande qui viendra ensuite, grommela-t-il.
Commenter  J’apprécie          200
viou1108_aka_voyagesaufildespages   29 août 2021
Hôtel Berlin 43 de Vicki Baum
Vanderstraaten était un homme anxieux. Par peur il s'était donné et avait donné sa banque aux nazis dès le bombardement de Rotterdam, au printemps 1940. Peur pour sa famille, peur pour sa vie, peur de perdre son argent, son affaire, sa position, sa maison. Peur d'être mis en prison, d'être battu. Peur d'un changement de mode de vie radical, ce qui est la peur la plus courante chez ceux qui n'ont jamais rencontré de grandes difficultés et qui, par conséquent, en surestiment l'impact et sous-estiment leur endurance.
Commenter  J’apprécie          190
Gwen21   14 mars 2015
Grand Hôtel de Vicki Baum
On dit que, dans les hôtels, les femmes de chambre regardent par le trou des serrures. C'est une sotte légende ! Les femmes de chambre des hôtels ne s'intéressent nullement aux gens qui vivent derrière le trou des serrures. Les femmes de chambre ont beaucoup trop d'ouvrage ; surmenées, harassées et en général plutôt résignées, elles ont assez à s'occuper de leurs propres affaires.
Commenter  J’apprécie          191
LambertValerie   26 janvier 2022
Hôtel Berlin 43 de Vicki Baum
Le petit peuple de Berlin, blotti dans des abris précaires, se sentait tout petit et terriblement effrayé. Ils avaient plutôt bien supportés les raids aériens, jusqu'à maintenant. Mais celui-ci était différent, terrible, d'un dessein sans merci. Les petites gens ne se rendaient pas compte de leur responsabilité, ils n'avaient pas conscience d'avoir eux-mêmes lâché les bêtes féroces de la guerre, d'avoir allumé les feux qui les consumaient à présent. Ignorants et mesquins, ils se préocupaient de leur petite vie, avaient peur de ce qu'ils deviendraient, dans les dommages de la catastrophe générale. Leurs fils, frères ou maris étaient au front, ou prisonniers ou blessés, ou morts....

Et blottis ainsi dans leurs abris, ils continuaient de s'inquiéter des pauvres choses qu'ils avaient amassées et chéries.
Commenter  J’apprécie          180
LambertValerie   22 janvier 2022
Hôtel Berlin 43 de Vicki Baum
Avec une innocence et une ignorance totales, Lisa était une enfant du Troisième Reich et croyait sans doute ni tourment à l'évangile de l'ordre nouveau. On lui avait rebattu les oreilles de la mission solennelle de l'Allemagne, qui était de répandre l'ordre nouveau dans le reste du monde, et à supposer qu'elle y pensât parfois, elle se sentait heureuse de savoir qu'un jour, le monde entier en partagerait les bienfaits. Elle percevait le monde extérieur comme chaotique, sans ordre, plein d'égoïsme avide et de cruauté barbare. Quant aux ennemis du Reich, tous ces bolcheviks, ces Américains, ces juifs et ces démocrates, elle les imaginait d'après les affiches de propagande, ils étaient déformés, infirmes, ils louchaient, avaient le nez crochu, étaient répugnants et lâches, mûrs pour l'extermination.
Commenter  J’apprécie          172

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Je me suis fait assommer par Zola

la soûlerie du matin cuvée à midi et repincée le soir, les tournées de ...?... se succédant, se perdant dans la nuit, pareilles aux lampions d’une fête. Indice : Inspirez !

casse-tête
casse-poitrine

12 questions
106 lecteurs ont répondu
Thème : Émile ZolaCréer un quiz sur cet auteur