AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.53 /5 (sur 184 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 25/08/1989
Biographie :

Victoire Tuaillon est une journaliste et auteure française.

Elle entre à l'Institut d'études politiques de Paris et part faire sa troisième année aux États-Unis, à vingt ans. Elle étudie la photographie et l’écriture de fiction à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. En septembre 2010, elle rentre en France pour intégrer l’école de journalisme de Sciences Po en master. Elle travaille en apprentissage à France Télévisions en 2011 pour deux ans.

Après ses études, elle devient éleveuse de chèvres en Andalousie, au sein d'une communauté autogérée de 200 personnes. Elle y reste pendant un an. Puis pour des raisons familiales, elle revient en France, devient professeure d’histoire-géo en anglais au lycée Saint-Cyr de Nevers.

Elle commence sa carrière journalistique en décembre 2014 au quotidien "La Montagne", puis signe en août 2015 un CDI à La Grande librairie sur France. Elle en part en février 2017 pour développer des projets plus personnels.

En septembre 2017, elle lance le podcast "Les couilles sur la table" qui s’intéresse aux masculinités d’un point de vue féministe sur Binge Audio. Le quotidien "Le Monde" qualifie "Les couilles sur la table" de "crème de la crème des podcasts féministes" avec "La Poudre" de Lauren Bastide sur Nouvelles écoutes et "Un podcast à soi" de Charlotte Bienaimé sur Arte Radio. En octobre 2019, elle publie "Les couilles sur la table" qui synthétise les 50 épisodes du podcast.

Elle est aussi autrice d’œuvres sonores ("Et là c’est le drame", et "Mental FM" pour Arte Radio) et rédactrice en chef à Binge Audio, où elle imagine et réalise des projets variés ayant pour point commun de faire entendre et circuler la pensée de chercheurs et d'intellectuels.

Le 11 février 2021, elle lance son nouveau podcast intitulée "Le Cœur sur la table", produite par Binge Audio.

Twitter : https://twitter.com/vtuaillon?lang=fr
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Victoire Tuaillon   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Victoire Tuaillon, Mehdi Bayad, Pascale Pascariello... Ils sont les artisans de l'univers foisonnant du podcast. À “Télérama”, où on les suit depuis longtemps, nous les avons rencontrés pour une galerie de portraits vidéo. Aujourd'hui, Axelle Jah Njiké, créatrice de Me, My Sexe and I, de la fille sur le canapé, et productrice de Je suis noire et je n'aime pas Beyoncé.. Elle se définit comme une "autrice et militante féministe païenne". Axelle Jah Njiké a encouragé l'expression des intimités de femmes noires dans le podcast Me, My Sexe and I en 2018, avant de donner à entendre des victimes de violences sexuelles (dont elle-même) dans la bouleversante Fille sur le canapé (Nouvelles Ecoutes). Elle a aussi, pour France Culture, livré une histoire des féminismes noirs francophones (Je suis noire et je n'aime pas Beyoncé dans LSD, la série documentaire). Rencontre avec une humaniste bouillonnante, qui vient de publier son Journal d'une féministe (noire), au Diable Vauvert. Entretien : Laurence le Saux, Réalisation : Pierrick Allain Vous avez aimé cette vidéo ? Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/¤££¤34Abonnez-vous21¤££¤4fHZHvJdM38HA?sub_confirmation=1 Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux ! Facebook : https://www.facebook.com/Telerama Instagram : https://www.instagram.com/telerama Twitter : https://twitter.com/Telerama
+ Lire la suite

Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
Pixie-Flore   09 mars 2020
Les Couilles sur la table de Victoire Tuaillon
Je suis féministe, c'est-à-dire : je crois à cette idée révolutionnaire que les femmes sont des êtres humains. Je veux, et je crois que c'est possible, que quel que soit notre genre, nous puissions mener des vies libres et heureuses, à égalité. Je suis convaincue que cette question des rapports de genre, et donc de masculinité, nous concerne absolument toutes et tous, dans tous les aspects de notre vie.



[p9]
Commenter  J’apprécie          40
de   26 août 2020
Les Couilles sur la table de Victoire Tuaillon
Je crois que le féminisme n’est pas une guerre contre les hommes, mais une lutte contre ces structures qui permettent à la domination masculine de perdurer. Et donc contre ce qui, dans la construction de la masculinité (première partie) en fait un privilège (deuxième partie), une exploitation (troisième partie), une violence (quatrième partie)… Il n’y a aucune fatalité ; ce sont des questions structurelles, et les structures, on peut les défaire ou les esquiver (cinquième partie)
Commenter  J’apprécie          30
Virginie89   15 novembre 2021
Le Coeur sur la table de Victoire Tuaillon
Et puis, plus généralement, je me dis que quand on dit qu'on aime les femmes, qu'on adore les femmes une preuve de cet amour serait de s'intéresser à ce que pensent, font, produisent les femmes. De lire des rommans écrits par des autrices. De regarder des films et des séries réalisées par des femmes. De les écouter pour de vrai
Commenter  J’apprécie          30
Pixie-Flore   13 mars 2020
Les Couilles sur la table de Victoire Tuaillon
Tous les hommes sont en position de domination, mais ils le sont plus ou moins. Ce n'est pas la même chose d'être un jeune homme dans un milieu populaire en ville, d'être un jeune de cité, ou d'être élevé dans un milieu rural. Parce que la masculinité blanche, hétérosexuelle, riche, celle, disons, du "jeune cadre dynamique" ne donne pas les mêmes avantages dans notre société que celle d'un homme gay pauvre, ou celle d'un ouvrier noir qui vit en banlieue - l’État, la police, la justice, les médecins, les employeurs, les propriétaires, etc. ne vont pas les traiter de la même manière. Et ces normes changent selon le contexte, selon l'époque, les pays... mais sans que ça ne remette jamais en cause la domination masculine.



[p12]
Commenter  J’apprécie          20
Deslivresetlesmots   22 mai 2021
Les Couilles sur la table de Victoire Tuaillon
Personnellement, malgré tout mon optimisme, je choisis la seule solution qui me paraît cohérente : refuser fermement toute proposition de mise en ménage. Emménager avec un homme, quand on est une femme, c’est prendre le risque de voir son temps de travail doubler. Quelle ironie, quand on pense que ce sont souvent les femmes qui insistent pour emménager ensemble, alors qu’il est très probable que ce sont elles qui y perdront. Mais je reconnais que cette solution est difficilement généralisable ; toutes les femmes n’ont pas envie de vivre seules. Ou tout simplement… pas vraiment les moyens (et on en revient aux inégalités de salaire).

p. 128
Commenter  J’apprécie          20
foxinthesnow   29 décembre 2020
Les Couilles sur la table de Victoire Tuaillon
Ce n’est pas nouveau, cette idée que les hommes sont en danger. Dès que les femmes ont eu un peu plus de droits, ou qu’un changement s’est produit dans l’ordre du genre, à cause de bouleversements politiques, ou économiques, sont apparus des discours sur la crise de la masculinité. Quelques exemples, donnés par le politologue Francis Dupuis-Déri, qui étudie depuis 15 ans ces discours et les démonte dans un essai génial (et souvent drôle) : dans la Rome antique, au IIème siècle av. JC, Caton l’Ancien se plaint que les hommes soient dévirilisés car des femmes demandent à avoir le droit de conduire des chars et de mettre des vêtements colorés ; à la cour d’Angleterre du XVIème siècle, on déplore que les femmes s’habillent comme des garçons, et portent les cheveux courts ; aux Etats-Unis, dans les années 1930, au moment du mouvement des suffragettes qui se battaient pour le droit de vote des femmes, le président Wilson les qualifie de « monstres » exécrables, asexuées et masculines. C’est comme si les hommes avaient toujours été en crise… et c’est bien compréhensible, car la masculinité telle que la définissent ces hommes ne peut qu’être en crise : forcément instable, incertaine, fragile, parce que toujours susceptible d’être contestée. (p. 47)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pixie-Flore   11 mars 2020
Les Couilles sur la table de Victoire Tuaillon
Coline Grando défend évidemment le droit total des femmes à décider toutes seules si elles veulent ou non un avortement. Ce n'est plus à ce moment-là que doit intervenir le choix de l'homme, car, même si elle reconnaît que " C'est très violent pour un homme de devenir père alors qu'il n'a pas décidé, les hommes devraient prendre conscience que le moment du choix, pour eux, c'est le rapport sexuel ; et il faut bien qu'ils l'aient en tête au moment où ils font l'amour à une femme sans qu'il y ait de protection, ou sans qu'ils se soient préoccupés de la contraception."



[p142-143]
Commenter  J’apprécie          10
Pixie-Flore   13 mars 2020
Les Couilles sur la table de Victoire Tuaillon
On voit se développer des discours réactionnaires, racistes et essentialistes sur la masculinité. En France, ces idées ont notamment été répandues par un polémiste d'extrême droite dans un ouvrage qui a rencontré un grand succès [Eric Zemmour avec "Le Premier Sexe"], où ce triste personnage assène par exemple que l'homme "est par nature un prédateur sexuel usant de violence", déplore que l'homme "ait perdu ses repères", soit "castré", frappé d' "un immense désarroi", "interdit de parole" et "interdit d'existence". Pourquoi ? A cause des femmes et du féminisme, bien sûr.



[p46]
Commenter  J’apprécie          10
foxinthesnow   29 décembre 2020
Les Couilles sur la table de Victoire Tuaillon
Dans le cadre d’une cour de récré, poursuit Kevin Diter, déclarer qu’on est amoureux devient une transgression de genre : ceux qui le font risquent des rappels à l’ordre de la part des autres garçons : ils se feront traiter de « bébé », de « fleur bleue », de « fillette », voire de « pédé »… (…) Dans le même temps, les enfants apprennent aussi que la norme, c’est l’hétérosexualité : les adultes romantisent volontiers les relations hétérosexuelles que les enfants entretiennent (…) Quand on assemble cette obligation à l’hétérosexualité et l’infériorisation du féminin, on comprend ce paradoxe tragique : on apprend aux garçons qu’ils doivent désirer ce qu’on leur a d’abord appris à mépriser.

En résumé, la masculinité n’est pas un propriété immuable, qui serait identique depuis la nuit des temps et partout sur la planète. C’est une construction (historique, sociale et culturelle), en perpétuelle reconfiguration, c’est un processus relationnel (on le construit non pas tout seul, mais en relation avec les autres), c’est une relation hiérarchique (le masculin toujours supérieur au féminin), et une performance : on performe son identité masculine comme un acteur qui joue un rôle, par ses paroles, ses attitudes, ses gestes. (p. 34)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
de   26 août 2020
Les Couilles sur la table de Victoire Tuaillon
je me suis dit que cette table sur laquelle il était valorisé de les poser, on pouvait la transformer en table d’examen, de discussion, de dissection de la masculinité
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Michel ? 🤔

Quel animal la Mère Michel réclame-t-elle au père Lustucru ?

Un chien
Un rat
Un chat
Une souris

12 questions
31 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , michelCréer un quiz sur cet auteur