AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.89 /5 (sur 111 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Saratov en Russie , le 01/01/1958
Biographie :

Victor Remizov est né à Saratov, en Russie, le 1er janvier 1958. Auteur russe de talent, Victor Remizov signe un premier roman, Volia Volnaïa, littéralement « Liberté libre », actuellement en cours de traduction dans de nombreux pays, un récit dont la puissance réside sans doute dans le fait que l’auteur lui-même a expérimenté tout ce dont il parle. Après des études de géologie, il se tourne vers les langues à l’université d’État de Moscou, puis travaille comme géomètre expert dans la taïga, avant de se tourner vers le journalisme, puis vers l’enseignement en tant que professeur de littérature russe. Il vit actuellement à Moscou avec sa femme et ses enfants et travaille sur son deuxième roman. En 2008, il publie son premier recueil de nouvelles, écrites une vingtaine d’années plus tôt. Deux axes sont au cœur de son travail d’écrivain : d’une part, le rapport de l’homme à la nature sauvage, et d’autre part la société russe gangrénée par la corruption. Nommé pour le Big Book Award et le Russian Booker, Volia Volnaïa est un roman-parabole qui parle de la Russie d’aujourd’hui. Grâce une écriture fine mêlant parfois discours externe et interne dans la même phrase, Victor Remizov propose une approche très sensorielle des confins de la Sibérie extrême orientale, où les hommes survivent grâce à la chasse et la pêche. Il nous décrit avec brio une Russie post-soviétique tiraillée entre tradition et modernité. Un tableau tout en nuance d’un pays qui compose tant bien que mal avec ses propres contradictions. Avec Devouchki, paru cette année, il livre le portrait de deux jeunes femmes à la dérive, qui décident de quitter la misère de leur province pour s’offrir les lumières de Moscou. Mais derrière le luxe, l’argent et le faste moscovite se cache une réalité bien plus trouble, l’univers des laissés-pour-compte, où chacun est prêt à tout pour exister.

Bibliographie

Devouchki (Belfond, 2019)

Volia Volnaïa (Belfond, 2017)
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Victor Remizov   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Retrouvez l'écrivain Victor Remizov, auteur invité officiel du salon, sur Pavillon Russe. #LivreParis2018


Citations et extraits (87) Voir plus Ajouter une citation
Melpomene125   16 août 2022
Devouchki de Victor Remizov
Un jour, un professeur lui avait demandé de faire un rapport détaillé sur le journalisme russe contemporain. Il avait passé la moitié de la nuit sur Internet avant de refuser de délivrer son exposé. À quelques rares exceptions près, le journalisme russe contemporain est une véritable infamie. On ne pouvait qu’en rire ou plaindre la pauvre Russie, ce qu’il voulait éviter. Il l’expliqua au professeur qui le comprit, disant qu’il respectait son point de vue et aurait fait la même chose à sa place.
Commenter  J’apprécie          462
Victor Remizov
krzysvanco   29 décembre 2019
Victor Remizov
Un grand téléviseur à écran plat assurait discrètement le fond sonore, peuplant la pièce de voix et de visages : différents présentateurs moscovites célèbres et contents d’eux y apparaissaient, en compagnie d’invités tout aussi satisfaits. Le bonheur et l’aisance coulaient de l’écran, il aurait fallu prévoir une bassine pour qu’ils n’inondent pas le sol.

Quoi qu’on dit, la télévision était l’unique moyen de fédérer un pays aussi immense !
Commenter  J’apprécie          420
Bookycooky   19 janvier 2017
Volia Volnaïa de Victor Remizov
La taïga était silencieuse. De petites paillettes voltigeaient dans l’air, tombant du ciel, de l’obscurité cosmique où tout allait certainement bien mieux que sur terre, puis se déposaient sur les rondins gris de l’isba.
Commenter  J’apprécie          410
HordeDuContrevent   27 juillet 2022
Volia Volnaïa de Victor Remizov
La taïga était silencieuse. De petites paillettes voltigeaient dans l'air, tombant du ciel, de l'obscurité cosmique où tout allait certainement bien mieux que sur terre, puis se déposaient sur les rondins gris de l'isba. La lune se montra en entier au-dessus des montagnes, éclairant les pentes blanches où des masses de roches formaient des taches noires, les cimes environnantes se fondaient dans le ciel éclairci. Les mélèzes sur la clairière, les pins nains sur l'autre rive du ruisseau projetaient des ombres nettes sur la neige.
Commenter  J’apprécie          382
Bookycooky   17 janvier 2017
Volia Volnaïa de Victor Remizov
Le matin, il se découvrit face au soleil levant et resta longtemps à le contempler. C’était sa façon de prier. Dans deux de ses isbas, il avait de vieilles icônes héritées de son grand-père, avec les visages à peine perceptibles de saint Nicolas le Thaumaturge et du Sauveur, mais il priait toujours ainsi, face au soleil levant.
Commenter  J’apprécie          370
Bookycooky   14 janvier 2017
Volia Volnaïa de Victor Remizov
C’était probablement parce que les ombles ne périssaient pas qu’ils n’avaient pas la même force vitale : ils étaient toujours moins nombreux que les saumons de mer. Trop craintifs, ils capitulaient là où ils auraient pu l’emporter, alors qu’une femelle de saumon pas très grosse n’hésitait pas à se jeter sur un banc d’ombles en défendant son nid et les mettait en fuite. Il s’agissait de deux philosophies différentes. Les uns vivaient et se protégeaient, mesquins, les autres se sacrifiaient, et cela les rendait forts.
Commenter  J’apprécie          351
HordeDuContrevent   25 juillet 2022
Volia Volnaïa de Victor Remizov
En avançant en âge - il avait quarante-trois ans -, il s'était mis à apprécier de plus en plus cette vie solitaire au cœur de la taïga. Il était lui-même étonné : avec les années, bien des choses cessaient de l'intéresser et s'éloignaient en douceur, quittaient sa vie, mais cette attirance-là ne faisait que croître. Dans la forêt, il se sentait toujours bien. Mieux qu'ailleurs, avec qui que ce soit.
Commenter  J’apprécie          350
Melpomene125   23 août 2022
Devouchki de Victor Remizov
- T’as émigré ?

- Non, j’habite à Moscou, je suis en stage. Au Guardian, dit-il non sans fierté.

- On n’aime pas trop les Russes ici.

- C’est vrai ? Je n’ai pas remarqué.

- T’es en Angleterre… Ici, tu ne remarques rien, mais on peut le voir dans les journaux. Tu ne fréquentes pas les nouveaux Russes ?

- Non. Et pourquoi on ne les aime pas ?

- Regarde comment ils vivent, tu comprendras. Ils ne font rien, mais ils ont acheté la moitié de Londres.

- Beaucoup d’entre eux ont travaillé mais on leur a pris leur affaire… dit Alexeï pour les défendre.

- Qui leur a pris ? La mafia ?

Jack cligna des yeux.

- Oui, la mafia… Notre gouvernement est fondé sur des principes mafieux, ça explique tout. Mais beaucoup d’Écossais ont dû quitter leur pays eux aussi, non ?

- Les Écossais sont partis pour travailler, les Russes pour se reposer ! Il n’y a que de l’argent sale, chez vous ?

- Pourquoi tu dis ça ? dit Alexeï, vexé.

- Je ne sais pas, je demande…
Commenter  J’apprécie          340
Bookycooky   19 janvier 2017
Volia Volnaïa de Victor Remizov
Un grand téléviseur à écran plat assurait discrètement le fond sonore, peuplant la pièce de voix et de visages : différents présentateurs moscovites célèbres et contents d’eux y apparaissaient, en compagnie d’invités tout aussi satisfaits. Le bonheur et l’aisance coulaient de l’écran, il aurait fallu prévoir une bassine pour qu’ils n’inondent pas le sol.

Quoi qu’on dît, la télévision était l’unique moyen de fédérer un pays aussi immense
Commenter  J’apprécie          330
HordeDuContrevent   26 juillet 2022
Volia Volnaïa de Victor Remizov
De la mer, la route obliquait vers les montagnes, se perdant parmi les arbustes de la toundra. De petits lacs brillaient au soleil, les marécages exhibaient leur mousse fauve et rouge. Bientôt, le véhicule commença à monter en diagonale au milieu de mélèzes clairsemés tout rabougris.

Les vents soufflant de la mer mutilaient les arbres en les déformant bizarrement, en les tordant, en leur imprimant toutes sortes de formes qui ne réjouissaient l’œil de personne. Alexandre Mikhaïlovitch se demandait toujours à qui profitait le fait qu"un mélèze, tout svelte à l'origine, se transforme en une espèce de reptile à queue avec deux têtes.
Commenter  J’apprécie          326

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Quel est l'auteur de cette œuvre ?

Un long dimanche de fiançailles

Emile ZOLA
Sébastien JAPRISOT
Eugène VARLIN
Victor HUGO

10 questions
31 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur