AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.05 /5 (sur 11 notes)

Nationalité : Mexique
Né(e) à : México , le 22/08/1949
Biographie :

Vilma Fuentes est journaliste et écrivain.

En 1969 elle intègre le Centre Mexicain d'Écrivains où elle côtoie des grandes figures de la littérature mexicaine comme Juan Rulfo et Salvador Elizondo.

Elle vit en France depuis 1975 où elle est correspondante de presse écrite et audiovisuelle, dont le quotidien mexicain "La Jornada" où elle collabore régulièrement.

Elle s'impose avec un style propre dans des romans comme "L' Autobus de Mexico" (1995), "La Castañeda" (Ayer es nunca jamás, 1988), "Gloria" (1992) ou "Des châteaux en enfers" (Castillos en el infierno, 1992).

Cherchant à lever le voile sur la profondeur de l'âme humaine, Vilma Fuentes sonde, dans ses romans, les confins de la mémoire et du souvenir au travers de personnages au passé tumultueux.

son site : http://vilma.fuentes.free.fr/index.htm
+ Voir plus
Source : http://www.evene.fr/celebre/biographie/vilma-fuentes-40458.php
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (7) Ajouter une citation
art-bsurde   09 mars 2015
Les Greffiers du diable de Vilma Fuentes
Elle cessa de chanter en pensant que le pays de son enfance était le Mexique, et qu'elle n'aimerait jamais une autre ville autant que Mexico. Mais il s'agissait d'un "amour à la mexicaine", comme disait son cher ami Julio Villareal. Un amour passionnel, dévorant, violant et obsessif. Un amour possessif qui réclamait toute son attention et lui permettait seulement, quand elle se retrouvait dans cette ville, d'errer dans ses ruelles, ses avenues, ses allées, ses milliers de rues qui lui racontaient plus d'histoires que les Mille et Une Nuits, et lui dévoilaient les terrifiants secrets des âmes en peine qui, même après la mort, ne pourraient jamais quitter cette ville où cohabitaient les vivants et les morts, les dieux anciens et les saints. Chaque coin de rue lui rappelait une autre vie antérieure et l'égarait parmi mille réincarnations qui, de leur voix sourde pleine de séduction insidieuse, ne la laisserait pas savoir si elle les avait déjà vécues ou si elle y entrait à peine, car à Mexico les morts restaient longtemps en vie et les vivants participaient, sans pouvoir mourir, de ce temps propre aux morts qu'on appelle l'éternité, et qui n'est qu'une mort sans fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Tandarica   15 mars 2015
Gloria de Vilma Fuentes
Il est rare que les morts prennent congé. Sans que nous le sachions, ils s'en vont sans dire adieu, un peu en cachette, comme ces invités à une fête qui se souviennent brusquement d'un rendez-vous plus important et s'échappent par une porte dérobée.
Commenter  J’apprécie          40
art-bsurde   01 mars 2015
Les Greffiers du diable de Vilma Fuentes
L'âge l'avait prise par surprise et Veronica ne voyait pas dans la glace, qu'elle trompait par ses mimiques faites de regards en coin et de minauderies avec lesquels elle avait berné tant d'hommes, que son visage ne cachait plus son âge, ni son caractère égoïste et paresseux, ni la bassesse de ses ambitions ni la rapacité de ses désirs, peut-être parce que les années, quand elles commencent à sillonner de rides un visage, impose un masque élaboré à partir des pulsions les plus profondes, celles qui survivent aux ravages du temps et en triomphent, en se faisant oublier dans un recoin obscur et en finissant par l'emporter.
Commenter  J’apprécie          20
art-bsurde   05 mars 2015
Les Greffiers du diable de Vilma Fuentes
Rends-toi compte, Rafaela, un tueur a tellement peur qu'il tue pour fuir la mort. Il croit l'esquiver quand il s'en approche, quand il la convoque pour tuer quelqu'un d'autre, sans s'apercevoir qu'il se tue lui-même.
Commenter  J’apprécie          20
Tandarica   18 mars 2015
Gloria de Vilma Fuentes
J'ai regardé Alberto, les yeux mi-clos, la tête chancelante au rythme des paroles d'une chanson : « Ta voix a pénétré mon être et je la retiens prisonnière… »
Commenter  J’apprécie          20
art-bsurde   24 février 2015
Les Greffiers du diable de Vilma Fuentes
La compassion est un sentiment qui dresse une personne passionnée contre elle-même, et finit par l'irriter contre celui qui la lui inspire.
Commenter  J’apprécie          20
art-bsurde   25 février 2015
Les Greffiers du diable de Vilma Fuentes
Il se sentit à nouveau pris au piège que lui tendaient ses principes : les oublier n'était-ce pas s'oublier soi-même?
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur