AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.96 /5 (sur 14 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 2/04/1956
Biographie :

Vincent Amiel est un essayiste, théoricien du cinéma, de l'image et des médias, professeur des universités, et critique de cinéma français.

D'abord étudiant en philosophie, Vincent Amiel s'est ensuite spécialisé dans l'analyse et la recherche cinématographique. Il est professeur d'études filmiques à l'université de Caen, et enseigne aussi l'histoire du cinéma ainsi que l'esthétique du montage à l'école Louis-Lumière et à l'ESRA Paris.

Il est également membre du comité de rédaction de la revue Positif (à laquelle il collabore depuis 1981) et critique pour la revue Esprit (depuis 1990). Il a également collaboré, plus occasionnellement, à CinémAction et à L'Avant-Scène Cinéma

Il a publié récemment Le corps au cinéma : Keaton, Bresson, Cassavetes et Esthétique du montage..

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Vincent Amiel   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Présentation du livre "Histoire vagabonde du cinéma" par Vincent Amiel et José Moure. Corps, décors, effets spéciaux, couleurs, montage, rires, larmes : à rebours d'une évolution continue et linéaire, cette approche très complète et pourtant très personnelle, signée de deux auteurs parmi les plus réputés, met en lumière les influences et tendances qui traversent les films, grands classiques ou méconnus, au gré des époques et des continents.


Citations et extraits (7) Ajouter une citation
manU17   18 février 2014
Les Ateliers du 7e art, tome 2 : Après le clap de Vincent Amiel
La Poésie ou la tension dramatique d'une scène peuvent dépendre d'un plan qui dure peu, d'une pièce laissée vide après la sortie du personnage, ou d'un enchaînement rapide de gestes. Le voisinage de deux plans, de deux couleurs ou de deux formes produit des effets sensibles, parfois effets de sens qui font la logique et la matière du film.
Commenter  J’apprécie          170
manU17   08 mars 2014
Les Ateliers du 7e art, tome 2 : Après le clap de Vincent Amiel
Parfaite chanteuse de saloon dans La Rivière sans retour (Otto Preminger, 1954), Marylin Monroe a su dans bien des films user de la sensualité de sa voix pour accompagner et amplifier son charme physique.
Commenter  J’apprécie          150
manU17   16 avril 2014
Les Ateliers du 7e art, tome 2 : Après le clap de Vincent Amiel
Les traces de pas de l'homme invisible dans la neige, Fred Astaire qui danse au plafond, la mer Rouge s'écartant devant Moïse... Autant de "trucs" spectaculaires dûs à l'inventivité et à la patience des techniciens de l'impossible. Bricolés au tournage ou produits en laboratoire, les effets spéciaux transforment les films en tours de magie et spectateurs en "gogos" ébahis.
Commenter  J’apprécie          130
charlit21   27 octobre 2019
Formes et obsessions du cinéma américain contemporain (1980-2002) de Vincent Amiel
[Cinéma de Michael Bay] La vitesse n'a aucune valeur psychologique car elle n'est jamais justifiée par les caractéristiques des personnages et leur évolution : elle s'impose pour elle-même, quel que soit le personnage, la situation, le moment du film. L'effet recherché est la saturation : saturer l'image de mouvement, de telle sorte qu'elle ne signifie rien d'autre qu'elle-même, à savoir une image en mouvement. Le corrélat de la saturation est la vacuité : vacuité de la mise en scène, des personnages, absence d'enjeux dans les films eux-mêmes. (p.69)
Commenter  J’apprécie          10
PGilly   13 février 2021
Histoire vagabonde du cinéma de Vincent Amiel
Filmé en gros plan et ainsi transposé de l'espace dans une autre dimension, celle de la physionomie, le visage isolé devient la géographie d'un paysage sur lequel peuvent se dessiner des sentiments contraires, impalpables, en un jeu continu d'incertitudes, de changements et de contradictions. Il est le lieu où se manifeste l'invisible, où se joue la dramatique révélation de ce qui se cache sous l'apparence d'un homme.
Commenter  J’apprécie          10
charlit21   27 octobre 2019
Formes et obsessions du cinéma américain contemporain (1980-2002) de Vincent Amiel
La scène qui résiste, l'image inacceptable pour Hollywood, c'est celle qui ne peut se confondre avec une pure apparence, celle qui, par sa réalité propre, instaure un rapport au monde (celui du film, celui de la perception ordinaire), au lieu de ne renvoyer d'une part qu'à elle-même, et d'autre part à son exploitation commerciale. (p.23)
Commenter  J’apprécie          10
PGilly   13 février 2021
Histoire vagabonde du cinéma de Vincent Amiel
Les images en mouvement du cinématographe ne prennent consistance que grâce à l'activité perceptive du spectateur : activité que l'on a longtemps expliquée par la seule persistance rétinienne et dont on sait aujourd'hui qu'elle relève principalement de la faculté du cerveau à percevoir du mouvement là où il n'y a que succession rapides d'images fixes (effet bêta). Sans cette faculté du spectateur, les images projetées du cinématographe ne produiraient qu' une succession d'ombre et de lumière.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

QUIZ monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran

Qui est l'auteur ?

Molière
Charles Baudelaire
Eric-Emmanuel Schmitt
Jean de La Fontaine

10 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran de Eric-Emmanuel SchmittCréer un quiz sur cet auteur