AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.74 /5 (sur 450 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Arras , le 07/04/1907
Mort(e) à : Faucon , le 28/05/1972
Biographie :

Violette Leduc est une romancière française.

Elle est la fille illégitime de Berthe Leduc et d'André Debaralle, un "fils de famille" de la haute bourgeoisie de Valenciennes. Il refuse de reconnaître l'enfant.

Elle est interne au collège de Valenciennes, puis dans celui de Douai. En 1925, Denise Hertgès (Cécile dans "Ravages" et Hermine dans "La Bâtarde"), surveillante au collège de Douai et fine musicienne, devient son amante. En 1926, Violette accompagne sa mère et son beau-père à Paris et poursuit ses études secondaires au lycée Racine. Elle rate son baccalauréat et décide d'abandonner ses études pour gagner sa vie. Elle devient échotière chez Plon. Après avoir été quittée par Denise, Violette entre en 1936 chez Synops comme scénariste, y rencontre en mai 1938 Maurice Sachs, écrivain aventurier homosexuel, futur auteur du "Sabbat", dont elle tombe éperdument amoureuse. En 1939, elle est secrétaire pour la Nouvelle Revue Critique.

Elle épouse en 1939 Jacques Mercier, un ancien ami, photographe de mariages et peintre à ses heures, mais le couple, installé au 20, rue Paul Bert (Paris XIe), se sépare au bout d'un an. Violette se fait avorter à cinq mois et demi de grossesse et frôle la mort. Cette expérience dramatique est longuement décrite dans "Ravages" (1955). Pendant l'Occupation, elle survit grâce à ses petits trafics de marché noir.

En février 1945, Leduc est présentée à Simone de Beauvoir qui accepte de lire le manuscrit de "L'Asphyxie". D'emblée Beauvoir reconnaît son talent. Dès lors, elle suivra son travail et la soutiendra jusqu'à la fin. En 1956, elle séjourne six mois dans une clinique de Versailles pour soigner ses tendances paranoïaques, et en 1957 six mois dans une maison de repos, "La Vallée aux Loups". "La Bâtarde", une autobiographie romanesque, qui , commencée en 1958, paraît en 1964. Le succès est immédiat. Violette Leduc a 57 ans au moment de son succès littéraire. Elle continue à publier et rencontre chaque fois un grand succès d'estime.

En 1970, elle publie "La Folie en tête". Elle continue à écrire malgré l'aggravation de son cancer du sein et meurt chez elle le 28 mai 1972.

Un site lui est consacré : http://violetteleduc.net
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Violette Leduc   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"Il m?arrive d?être trois jours seule sans dire un mot à quelqu?un, c?est tout de même dur et quelque fois on perd pied" avouait Violette Leduc en 1965. Deux ans plus tard, Jean Renoir affirmait qu'"un des inconvénients de notre époque, c?est la solitude." Alors que Jean Cocteau estimait, lui, "que la vraie solitude est au milieu de beaucoup de monde". Culture Prime, l?offre culturelle 100% vidéo, 100% sociale de l?audiovisuel public, à retrouver sur : Facebook : https://facebook.com/cultureprime Twitter : https://twitter.com/culture_prime La newsletter hebdo : https://www.cultureprime.fr Abonnez-vous pour retrouver toutes les vidéos France Culture : https://www.youtube.com/channel/¤££¤12Jean Renoir6¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (372) Voir plus Ajouter une citation
Revouest   09 novembre 2011
La Bâtarde de Violette Leduc
Mon cas n’est pas unique, j’ai peur de mourir et je suis navrée d’être au monde. Je n’ai pas travaillé, je n’ai pas étudié, j’ai pleuré, j’ai crié. Les larmes et les cris m’ont pris beaucoup de temps. La torture du temps perdu, dès que j’y réfléchi… Je ne peux pas réfléchir longtemps mais je peux me complaire sur une feuille de salade fanée où je n’ai que des regrets à remâcher. J’aurais voulu naître statue, je suis une limace sous mon fumier. Les vertus, les qualités, le courage, la méditation, la culture, bras croisés, je me suis brisée à ces mots là.
Commenter  J’apprécie          500
moravia   10 mai 2013
La Bâtarde de Violette Leduc
Ecrire c'est lutter, c'était gagner ma vie comme les croyants gagnent leur paradis.
Commenter  J’apprécie          380
infini   25 décembre 2013
Thérèse et Isabelle de Violette Leduc
Ce qui a été dit a été assassiné.Nos paroles qui ne grandiront pas et qui n'embelliront pas se faneront à l'intérieur de nos os.
Commenter  J’apprécie          230
Nayac   30 août 2013
La Bâtarde de Violette Leduc
Ma mère dédaigne les jeux. Elle soigne son enfant depuis le brossage des cheveux jusqu’aux fortifiants, un point c’est tout.

Nous prenions notre petit déjeuner, ma mère m’entretenait des laideurs de la vie.

Elle m’offrait chaque matin un terrible cadeau : celui de la méfiance et de la suspicion. Tous les hommes étaient des salauds, tous les hommes étaient des sans cœur. Elle me fixait avec tant d’intensité pendant sa déclaration que je me demandais si j’étais un homme ou non. Pas un ne rachetait l’autre. Abuser de vous, voilà leur but. Je devais le comprendre et ne pas l’oublier. Des cochons. Tous des cochons.

Commenter  J’apprécie          201
MegGomar   09 mai 2015
Thérèse et Isabelle de Violette Leduc
Quand on aime on est toujours sur le quai d'une gare.
Commenter  J’apprécie          210
ster   22 mai 2011
Thérèse et Isabelle de Violette Leduc
Les petites lumières dans ma peau convoitèrent les petites lumières dans la peau d'Isabelle, l'air se raréfia. Nous ne pouvions rien sans les météores qui nous entraîneraient dans leur course, qui nous jetteraient l'une dans l'autre. Nous dépendions des forces irrésistibles. Nous avons perdu conscience mais nous avons opposé notre bloc à la nuit du dortoir. La mort nous rappelait à la vie : nous sommes entrées dans plusieurs ports.
Commenter  J’apprécie          180
infini   25 décembre 2013
Thérèse et Isabelle de Violette Leduc
Nous nous aimions et nous nous retenions:nous nous tenions en équilibre sur le pétale d'une églantine
Commenter  J’apprécie          195
moravia   27 février 2013
Thérèse et Isabelle de Violette Leduc
Andréa était un joli quartier d'hiver. Ses yeux brillaient de froidure, la gelée fendait ses lèvres toujours gercées.

Je lui serrais la main, j'enfermais l'oxygène de la liberté.
Commenter  J’apprécie          180
Nayac   30 août 2013
La Bâtarde de Violette Leduc
C’était un vieux mariage qui sentait la naphtaline. Nous arrivâmes la veille au soir, nous couchâmes dans l’appartement de ma mère. Prudence, camouflage d’une pièce à l’autre, la guerre contres les mites puait jusqu’à la désolation…. J’ai dit adieu à mes cheveux restés entre les dents de mon peigne, j’ai dit adieu à la mousse sur mon verre à dents. Vierge à la godille, je partais quand même au sacrifice… Attendre mon tour sur un banc, répondre oui, signer sur un registre. Trop simple, trop rapide. Je rêvais à de longues tresses de fleurs que nous aurions tressées pendant des jours et des nuits dans cette salle de mairie avant qu’on nous unisse…

Pourquoi me suis-je mariée ? 9 avril 1961, 12h50. Il faut que je réponde tout de suite. La peur de devenir une vielle fille, la peur qu’on dise : elle ne trouvait pas , elle était trop laide. Besoin de saccager, d’anéantir ce que j’avais eu, ce que j’avais.

Commenter  J’apprécie          150
Amorina   22 mai 2016
Thérèse et Isabelle de Violette Leduc
J'ai trouvé en te rencontrant un sens à mon néant.
Commenter  J’apprécie          170

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Violette Leduc, la mal aimée

Quelle actrice incarne Violette Leduc dans le film de Martin Provost ?

Emmanuelle Béart
Emmanuelle Seigner
Emmanuelle Devos

12 questions
27 lecteurs ont répondu
Thème : Violette LeducCréer un quiz sur cet auteur

.. ..