AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.71 /5 (sur 102 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Virginia Reeves est titulaire d'un BA d'anglais du Carroll College à Helena et d'un Master of Arts in Teaching de l'Université Willamette.

Elle est diplômé en écriture créative du Michener Center for Writers à l’Université du Texas à Austin (2012).

Elle a enseigné l’anglais à Headwaters School à Austin.

"Un travail comme un autre" (Work Like Any Other, 2016), son premier roman, a été nominé pour le Prix Booker et a obtenu le Prix Page/America 2016.

Après avoir vécu pendant sept ans à Austin au Texas, elle vit à Helena en Montana avec son mari et ses deux filles.

son site : http://www.virginia-reeves.com/
Twitter : https://twitter.com/VirginiaReeves_

Ajouter des informations
Bibliographie de Virginia Reeves   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Alex W Inker a adapté le recit de Virginia Reeves, l'histoire d'un voleur d'électricité pendant la Grande dépression aux Etats-Unis. Il explique ici comment il s'y est pris pour le dessiner. Plus d'informations sur la BD parue chez Sarbacane : https://www.franceinter.fr/culture/bande-dessinee-un-travail-comme-un-autre-par-alex-w-inker-la-grande-depression-a-travers-un-loser-eclaire Plus de "Comment j'ai dessiné" : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD et https://www.franceinter.fr/emissions/la-lecon-de-dessin Plus de bande dessinée sur le sire de France Inter : https://www.franceinter.fr/theme/bande-dessinee
+ Lire la suite

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Jeanfrancoislemoine   28 mai 2018
Un travail comme un autre de Virginia Reeves
J'ai vu beaucoup d'hommes cacher qu'ils étaient analphabètes. La mémoire peut permettre de faire illusion.Les gens sont capables de repérer la physionomie d'un mot même si les lettres n'ont aucun sens pour eux,comme Gerald avec ses premiers livres.Au début, il récitait par coeur les mots que sa mère lui avait lus.Il les associait aux images.Il ne lisait pas.Il avait tout mémorisé .Certains n'ont jamais dépassé ce stade,et par la suite,ils trouvent des moyens pour que d'autres effectuent le travail à leur place,comme Taylor.Il peut envoyer quelqu'un à la bibliothèque chercher des informations pour lui,du moment qu'il persuade les autres qu'il n'a pas le temps de s'en charger lui -même .
Commenter  J’apprécie          240
nadiouchka   12 décembre 2016
Un travail comme un autre de Virginia Reeves
Je veux m’occuper de l’électricité, je me souviens lui avoir dit.

- Ces lumières brillent grâce au charbon, fils.

P.67
Commenter  J’apprécie          180
Allantvers   19 septembre 2016
Un travail comme un autre de Virginia Reeves
Tasser, pelleter, planter. Le travail se mesure en temps autant qu'en salaire. je ne sais pas très bien combien il faut courir d'heures pour égaler le prix de la main d'un homme, de son poignet, de son avant-bras, de son coude. Combien de livres à ranger en échange d'un doigt? Combien il faut remplir de seaux de lait? Combien d'épouses et d'enfants?

Je ne sais toujours pas précisément combien je dois.
Commenter  J’apprécie          150
Zakuro   12 septembre 2016
Un travail comme un autre de Virginia Reeves
Je comprends enfin pourquoi il trouvait tant de réconfort dans ces veine de charbon. Elles étaient tangibles, de même que les chariots, et les mules, et les hommes. On pouvait les toucher, les déplacer, pas comme ce courant qui se déploie dans les câbles et que j'admire tant. Son charbon était pareil au maïs dans les champs, aux vaches à l'étable, aux chiens dans le chenil : des choses concrètes qu'on peut sentir avec ses mains, voir avec ses yeux, humer, entendre, goûter. Il y a de la satisfaction dans cette matérialité.

J'aimerais pouvoir lui dire que je comprends.
Commenter  J’apprécie          141
Bazart   12 juin 2017
Un travail comme un autre de Virginia Reeves
On est en 1925, ça devrait signifier quelque chose, ce quart du siècle déjà passé. Il y a plus de trois ans que je suis ici, et ça aussi, ça devrait signifier quelque chose. Je viens d’avoir trente-trois ans, et ma vie se divise en deux, les années à Kilby, et celles d’avant Kilby. J’espère qu’il y en aura d’autres après, mais je préfère ne pas trop y croire. Quand l’espoir est déçu, c’est encore plus dur.
Commenter  J’apprécie          140
Stockard   13 octobre 2018
Un travail comme un autre de Virginia Reeves
Je pense à mon père, qui nous a toujours dit qu'on n'était pas des paysans. Qu'on possédait une maison respectable avec du terrain. Mon père établissait une distinction très claire. "Ce n'est pas une ferme. On a une maison respectable sur un bout de terrain."
Commenter  J’apprécie          140
nadiouchka   09 décembre 2016
Un travail comme un autre de Virginia Reeves
Le transformateur électrique qui un jour allait tuer George Haskin était perché en haut d’un poteau dans l’angle nord-est de la ferme où Roscoe T Martin vivait avec sa famille. P.13
Commenter  J’apprécie          140
Stockard   11 octobre 2018
Un travail comme un autre de Virginia Reeves
Tu ne verras jamais une lampe branchée par un fil ici, dans cette boutique [...] Le feu doit être libre, dans un endroit où on peut le surveiller. Pas enfermé dans des câbles.
Commenter  J’apprécie          111
LiliGalipette   07 juin 2016
Un travail comme un autre de Virginia Reeves
« On naît avec quelque chose dans les veines, pour mon père, c’était le charbon, pour Marie, c’est la ferme, pour moi, un puissant courant électrique. » (p. 67)
Commenter  J’apprécie          60
stef6534   02 mars 2017
Un travail comme un autre de Virginia Reeves
Une pile de livres, voilà le seul fondement dont un homme a besoin.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox