AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.6/5 (sur 60 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Virginie Martin est une politologue et essayiste française, diplômée de Sciences Po Paris et titulaire d'un doctorat en sciences politiques.
Elle enseigne à Kedge Business School et est fondatrice du Think Tank Différent.
Elle est membre du Conseil économique, social et environnemental.

"Garde-corps" (2016) est son premier roman.

Ajouter des informations
Bibliographie de Virginie Martin   (8)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
Le jeu du pouvoir n'est pas du tout un jeu, c'est une guerre. Moi, ma guerre à moi, elle est ailleurs, elle est juste entre moi et moi.
Commenter  J’apprécie          50
Un livre qui nous plonge tout droit dans les coulisses de l'univers politique et de celui des médias ; ce sont les parties qui ont ma préférence. Un patte indéniablement féministe pour cette analyste que je ne connaissais que via des émissions comme C dans l'air. Un changement d'angle bigrement réussi, qui se dévore. Extrait : "Autant que faire se peut" est une expression de la France d'en haut comme ils disent, difficile à caser et surtout, impossible à écrire. Tout est là tout est exactement là, dans l'impossibilité d'écrire ce que l'on en entendu. Autant que faire ce peu, Au temps que faire se peut..... p44
Commenter  J’apprécie          30
Il est difficile, en ces temps troublés, de penser la reconnaissance mutuelle bien sûr. C'est pourtant un défi impératif à relever. Il me semble que c'est peut être le seul qui fera qu'un pays comme le nôtre celui qui permet de penser sans s'affoler et de continuer à envisager le "commun". La France doit impérativement continuer à être une "substance pensante".
Commenter  J’apprécie          31
Un remaniement et je me retrouve dans un mini trois-pièces de l'est parisien. Ancienne ministre, c'est un peu comme ancienne miss, ancien footballeur... Faut vraiment savoir se recaser.
Commenter  J’apprécie          30
Mon école se fissure de l'intérieur. La traversée de la cour semble durer des heures...disparaître, me cacher, m'envoler, m'éclipser, retrouver mon école et l'odeur des devoirs à la maison, danser sur les lignes des romans que je dévore et rêver à une vie à moi. Les fissures sont insupportables, mon petit univers d'enfant m'échappe, je ne pleure pas, je suis un peu ailleurs.
Seul le bunker version toilettes semble résister. Je me réfugie dans cette pissotière sans âme nichée au fond de la cour : du béton grisâtre, des portes sommaires, des odeurs souvent intenables. Me réfugier dans ces toilettes, là où j'ai tiré une fois sur une cigarette, une menthol qui m'a fait sacrément tousser, là où les grands crament un paquet par jour en essayant de dissiper la fumée.
Il est 7h56 et je rentre enfin dans un endroit sans regard, sans ces yeux sur moi. Il est 7h56 et mon école s'est soudainement résumée à ces chiottes douteuses. Il est 7h56 et sur le mur du fond, inscrit au marqueur noir, je lis : "Gabrielle la pute".
Commenter  J’apprécie          10
Un ouvrage fort , un ton incisif, vous ne lâcherez pas ce roman avant de l'avoir terminé !
Commenter  J’apprécie          30
Les questions fusent, je suis bonne dans l’adversité. J’excelle et je le sais. Je ne le montre pas trop, histoire de ne pas agacer. Mais j’excelle. Je le sais.

Mon grand oral de ministre du Travail passé, je rejoins le monde plat des mortels. Je vais m’asseoir sagement sur un des fauteuils rouges dans les premiers rangs de l’Assemblée. Je quitte la lumière.

Plus tard, je rejoins Patrick. Ce chauffeur-violeur-de-petite-fille. Je sais que j’ai réussi mes combats en partie grâce à des monstres comme lui. C’est toute l’ironie de l’histoire. Moi, je suis en train d’y rentrer dans l’Histoire.
Commenter  J’apprécie          10
Mes névroses mélangées à mes ambitions ont depuis longtemps pris la main sur mon agenda.
Commenter  J’apprécie          20
Un jour de 2014, je me souviens avoir pénétré dans une prison avec une fille a la peau très pâle aux yeux bleu délavé, au regard perdu. Elle s’appelait Piper. Orange is the new black etait arrivé en France via la plate-forme Netflix. Depuis cette rencontre je n’ai plus lâché le monde des séries.
J’ai plongé dans ce monde fictionnel sans fin découpé en épisodes et rapidement la politiste et la sociologue qui sont en moi se sont éveillées. La puissance de ces séries était une évidence.
Commenter  J’apprécie          00
Elle a coupé ses cheveux assez courts, maintenant elle est crédible... Une grosse tignasse en politique, ça le fait pas...
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Virginie Martin (74)Voir plus

¤¤

{* *}