AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.68 /5 (sur 11 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Boston , le 25/03/1970
Biographie :

Le livre étant attribué à un personnage fictif issu de Roman américain, il n'est pas sorcier de comprendre qu'Antoine Bello est un peu plus que le traducteur.
Ainsi, on retrouve le journaliste qui, après son vaste reportage sur le life settlement, accepte d'écrire un polar de commande. Pour son intrigue, il exploite le matériau confidentiel - mais remanié - qu'il avait glané en vue d'un précédent projet avorté, la biographie du dirigeant d'un grand groupe industriel.
Antoine Bello, né le 25 mars 1970 à Boston dans le Massachusetts, est un écrivain et entrepreneur français (bénéficiant aussi par sa naissance d'un passeport américain).

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Cannetille   03 septembre 2020
Du rififi à Wall Street de Vlad Eisinger
Laser volait par cynisme, Tar par philanthropie : deux manifestations d’un même orgueil, deux faces d’une seule vérité. Soudain, je regrettai de ne pas pouvoir terminer mon livre. Car j’aurais atteint mon objectif de départ, j’aurais cerné la vérité au moyen de la fiction, en montrant la terrifiante diversité du capitalisme.
Commenter  J’apprécie          100
Lucillius   07 mai 2020
Du rififi à Wall Street de Vlad Eisinger
Je connais peu d'auteurs à l'aise dans le genre pornographique. Les écrivains ont des parents, parfois aussi des enfants, et la perspective que les uns et les autres tombent sur leurs récits de braguette n'a rien de particulièrement réjouissant.
Commenter  J’apprécie          30
Cannetille   03 septembre 2020
Du rififi à Wall Street de Vlad Eisinger
Cette préface (Cercueils sur mesure de Truman Capote), à laquelle j’avais à peine prêté attention à l’époque, était capitale. Car elle disait que pour cerner le vraiment vrai, il était parfois nécessaire de sacrifier le vrai tout court ; ou, dans le cas présent, que pour parvenir à l’essence du meurtre diabolique, il était permis de conglomérer plusieurs affaires distinctes. Je comprenais les réserves que pouvait inspirer une telle approche. En qualifiant son texte de « récit véridique », Capote avait peut-être poussé le bouchon un peu loin. Mais personnellement, cela m’était égal, car il avait atteint à un degré de vérité incomparable. De même que l’Autoportrait à l’oreille coupée était plus authentique que n’importe quel selfie, Capote avait produit un faux plus vrai que nature.

(…)

Quel était mon projet à l’origine ? J’avais rêvé d’écrire un roman d’un genre nouveau, à mi-chemin entre la fiction et la réalité, afin d’exprimer l’essence profonde de Black et de son dirigeant. Tar ne m’avait pas laissé aller au bout de mon idée, mais celle-ci n’avait, selon moi, rien perdu de sa puissance. N’avais-je pas d’ailleurs atteint mon but sans le savoir ? Car, à la réflexion, ma peinture transposée de Black était plus conforme à la vérité que l’insipide monographie pour laquelle on m’avait engagé. La fiction s’était, une nouvelle fois, révélée plus pénétrante que le journalisme d’investigation. Je comprenais à présent pourquoi Truman Capote s’était permis d’agréger plusieurs affaires distinctes pour écrire Cercueils sur mesure : son texte romancé exprimait la vérité mieux que tous les rapports de police du monde réunis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cannetille   03 septembre 2020
Du rififi à Wall Street de Vlad Eisinger
Au fond, travailler sous pseudonyme pour une collection de seconde zone m’avait désinhibé. J’avais écrit sans me soucier de la critique, en présumant que mes lecteurs seraient rares et peu exigeants. N’ayant ni réputation à défendre, ni à me préoccuper de la place que ce nouvel opus prendrait dans mon œuvre, j’avais donné libre cours à ma verve, sans sentir derrière mon épaule le regard désapprobateur de mes maîtres en littérature. Bref, je découvrais un peu tard les vertus de la littérature sous contrainte : forcez un écrivain à composer un livre sans utiliser la lettre « e » ou à en situer l’action dans une station météorologique au Groenland et il vous révélera le fond de son âme plus sûrement que si vous lui laissiez carte blanche. Nos obsessions trouvent toujours à s’exprimer, surtout quand elles ont l’impression qu’on cherche à les en empêcher.
Commenter  J’apprécie          10
motspourmots   16 février 2020
Du rififi à Wall Street de Vlad Eisinger
- Et tweete davantage, bon Dieu, on jurerait que tu n'as rien à dire.

- C'est que je suis écrivain, pas bateleur de foire.

- Alors, poste de fausses critiques à ta gloire sur Goodreads. Prends exemple sur Dan Brown, il parait qu'il ne laisse à personne d'autre le soin d'écrire les siennes.
Commenter  J’apprécie          20
Lucillius   07 mai 2020
Du rififi à Wall Street de Vlad Eisinger
Certaines répliques commencèrent à circuler dans le monde de la finance : le peu distingué "Je t'emmerde et je baise ta femme", comme le plus subtil "Je crois à la division des tâches" ou le lamentable "Si vous souillez votre pantalon, je vous le rembourserai".
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   16 avril 2020
Du rififi à Wall Street de Vlad Eisinger
Comme tous les grands groupes, General Motors, Ford et Chrysler sont tenus de constituer des réserves pour faire face au paiement des futures retraites de leurs employés. Ces réserves sont investies en actions et en obligations, et, à l’occasion, dans des supports plus exotiques comme des gisements de matières premières ou des parts de sociétés non cotées. Naturellement, quand la bonne conjoncture boursière gonfle les portefeuilles, ces entreprises ont tendance à surseoir à leurs versements annuels, préférant récompenser maintenant leurs actionnaires sous la forme de copieux dividendes qu’assurer la sécurité financière d’ouvriers qui ne partiront pas à la retraite avant vingt ou trente ans.
Commenter  J’apprécie          10
Cannetille   03 septembre 2020
Du rififi à Wall Street de Vlad Eisinger
J’avais souvent regretté d’avoir quitté le Wall Street Journal en 2007, juste avant que n’éclate la crise financière. « C’est quand la marée se retire qu’on voit qui nageait tout nu », a coutume de dire Warren Buffett. Le reflux des marchés et la fin de l’argent facile avaient mis au jour un véritable musée des horreurs : les appartements en construction qui changeaient trois ou quatre fois de main pendant les travaux ; les municipalités endettées à taux variable dans des monnaies exotiques ; les banques suisses qui enseignaient à leurs clients comment frauder le fisc…
Commenter  J’apprécie          10
Cannetille   03 septembre 2020
Du rififi à Wall Street de Vlad Eisinger
Je prends la peine de préciser ce point car un malentendu circule sur les écrivains. Il se dit que nous piloterions nos personnages comme des automates. Rien n’est plus faux. Une fois jeté sur le papier, un personnage cesse d’obéir à son créateur. Il prend une vie propre, développe des penchants alcooliques ou se révèle incroyablement vulgaire au moment où l’on s’y attend le moins. Tom était né sans crier gare dans mon imagination. Nous devions maintenant faire connaissance.
Commenter  J’apprécie          12
rkhettaoui   16 avril 2020
Du rififi à Wall Street de Vlad Eisinger
C’est au moment où tout me souriait que je décidai de changer de vie. J’avais espéré à ma sortie de Columbia pouvoir concilier mon travail et l’écriture de fiction. Vœu pieux. Un journal est un paquebot impérieux, qui se moque des plans de son équipage. Entre les déplacements, les conférences de rédaction et les entrevues avec mes sources, je n’avais que rarement devant moi les trois ou quatre heures dont j’estimais avoir besoin pour créer dans de bonnes conditions.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Leur nom est devenu d'un commun !! 👓 🙃

Sébastien Bottin / le bottin :

vrai
faux

12 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : inventions , Noms propres , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..